Icon Sport

Débordée par l'envie samoane, l'Ecosse s'en sort vraiment bien et met fin au rêve japonais

Débordée par l'envie samoane, l'Ecosse s'en sort vraiment bien et met fin au rêve japonais

Le 10/10/2015 à 17:28Mis à jour Le 10/10/2015 à 18:14

COUPE DU MONDE - Au terme d'un match exceptionnel à plus d'un titre, l'Ecosse s'est imposée face à de remarquables joueurs samoans (36-33). Peu aidés par l'arbitre, les Samoa ont enfin affiché leur vrai visage dans ce Mondial, en inscrivant 4 essais dont 3 dans une première période de très haut niveau. L'Ecosse se qualifie pour les quarts de final et entérine les espoirs du Japon.

Époustouflant. La fin de match offerte par les deux équipes était tout simplement étouffante. A l'image de cette rencontre où les Samoans ont affiché un visage enfin familier et un jeu décomplexé. Les coéquipiers de Census Johnston ont bousculé l'Ecosse, qui n'a jamais vraiment mis la main sur le ballon. L'adresse et la vista de Greig Laidlaw l'ont souvent sauvée. Au même titre que l'arbitrage de Mr Peyper, déplorable en première période. Mais au final, l'Ecosse a serré les fesses pour s'imposer (36-33) et valider le billet pour les quarts de finale.

Dès la première mêlée (7e), le ton était donné par l'arbitre Jaco Peyper. Census Jonsthon est amené au sol par son homologue qui pique clairement de la tête. Mais c'est bien le Samoan qui est pénalisé pour avoir posé le coude au sol. L'arbitre sud-africain de cette rencontre ne fera pas de cadeau aux Samoans. En revanche, il s'est montré plus laxiste sur certaines décisions vis-à-vis des Ecossais, comme l'essai de Hardie (32e) avec ce ballon porté et écroulé dans l'en-but remplis de bras et de jambes, où l'arbitrage vidéo n'aurait pas été de trop.

Paul Perez (Samoa) face à l'Ecosse - le 10 octobre 2015

Paul Perez (Samoa) face à l'Ecosse - le 10 octobre 2015Rugbyrama

Carton rouge pour l'arbitre

A l'inverse, jamais en première mi-temps les essais samoans n'ont connu un coup de sifflet franc et un bras levé. Une attitude, certainement inconsciente, mais qui pose tout de même question sur le sort réservé à certaines équipes. D'ailleurs, le 4e essai samoan a été refusé. Mais la décision la plus criante, reste le carton jaune infligé au flanker écossais Wilson, pour s'être gentiment essuyé les crampons sur un Samoan au sol lui retenant la jambe. Visiblement Mr Peyper n'avait pas de carton rouge dans sa poche cet après-midi.

Pour le reste, les 30 acteurs nous ont offert une première période complètement folle, très largement à l'initiative des Samoans. Si les Ecossais restaient au contact à la pause (23-26), il n'ont vraiment rien proposé. Ils peuvent remercier l'audace samaoane de relancer des ballons improbables depuis leur en-but, et notamment cette passe mal inspirée de l'arrière Nanai Williams interceptée par Seymour (12e). Enfin fidèle à son jeu, l'équipe de Stephen Betham a retrouvé une animation tout en puissance et ambitieuse, faite de passes et de prises d'intervalles. Un régal. Surtout quand l'efficacité est au rendez-vous : Tusi Pisi (10e), Manu Leiataua (14e) et Lee-Lo (21e).

Cinq dernières minutes de folie

L'intensité était tellement importante qu'une baisse de régime était prévisible. Le retour des vestiaires l'a prouvé. Les Ecossais et l'arbitres se sont repris, les Samoans eux se sont calmés. Et puis Greig Laidlaw, qui a tout de même manqué deux pénalités (56e, 63e) donne pour la première fois l'avantage à son équipe (53e). Les supporters écossais pourront même le remercier, avec l'essai de la victoire après un gros travail collectif (73e).

Le match était plié, pensait-on. Les cornemuses se mettent même à fleurir dans les tribunes et le "Flower of Scotland" résonne dans les travées de St James Park. C'est bien ce qu'il fallait aux Ecossais, qui ont tout de même plié sur un nouveau coup de boutoir samoan et l'essai de Matu'u (77e). Mais ils n'ont pas sombré, au plus grand dam des Japonais, qui ont dû frôler la crise cardiaque en suivant cette rencontre. Les Ecossais sont qualifiés. La logique est finalement respectée dans ce groupe B. Mais qu'on s'est régalé à suivre toutes ces rencontres, aux scénarios improbables et aux surprises nombreuses.

Greig Laidlaw (Ecosse) face aux Samoa - le 10 octobre 2015

Greig Laidlaw (Ecosse) face aux Samoa - le 10 octobre 2015Icon Sport

Contenus sponsorisés
0
0