Icon Sport

Coupe du monde - Lionel Nallet: "Les Bleus n’ont pas été bons et n’ont pas existé sur ce match"

Nallet: "Les Bleus n’ont pas été bons et n’ont pas existé sur ce match"

Le 13/10/2015 à 08:49Mis à jour Le 13/10/2015 à 09:56

COUPE DU MONDE - Lionel Nallet, ancien capitaine du XV de France, nous livre son regard d'expert après la sévère défaite des Bleus face à l’Irlande. Notre consultant ne peut que constater l’impuissance des Tricolores.

On a assez vite compris que ce match allait être long pour les Français. Au bout de 20 minutes de jeu, ils avaient déjà du mal à tenir le ballon. Ils n’ont pratiquement pas eu de munitions pour mettre en danger les Irlandais. C’était inévitable. Les Français ont fini par craquer. Après le match, j’ai cherché des explications. Mais finalement, j’ai été obligé d’admettre que la défaite est logique. Les Bleus n’ont pas été bons et n’ont pas existé sur ce match. Ils ont été dominés sur pratiquement tous les secteurs. Il y a un sentiment d’impuissance assez terrible.

" Il y a un sentiment d’impuissance assez terrible"
Yoann Maestri (XV de France) pris par deux Irlandais - le 11 octobre 2015

Yoann Maestri (XV de France) pris par deux Irlandais - le 11 octobre 2015AFP

Tout le monde attendait les Français sur ce match pour savoir où ils en étaient. Les trois premiers adversaires étaient quand même d’un niveau inférieur et on se doutait bien qu’il fallait proposer autre chose pour espérer s’imposer. Il y avait une attente pour se situer par rapport aux meilleures nations mondiales. En voyant le résultat, on se dit "aïe, on n’est pas dans le coup… ". Depuis les matches amicaux, je répète qu’ils ont du mal à enchaîner les temps de jeu parce qu’ils sont pris dans les rucks. Et ils n’y arriveront pas s’ils ne mettent pas davantage la main sur le ballon. On ne devient pas Champion du monde sans imposer 7 ou 8 temps de jeu.

" A la vue du résultat, on se dit "aïe, on n’est pas dans le coup…" "

Le quart de finale va arriver très vite. Sur le jeu, il n’y a plus grand chose à faire. La priorité, c’est de trouver des solutions pour que les mecs se mettent en mode commando. Il faut aller chercher cette envie pour se faire violence. Il faut être lucide. L’écart avec les All Blacks est immense. Si les Bleus ne se révoltent pas, ils n’existeront pas. Pour battre une équipe supérieure à toi, il faut être plus agressif qu’elle et ne pas la laisser respirer. Ils n’ont plus que ça pour espérer : travailler sur le mental pour aller broyer les All Blacks.

XV de France face à l'Irlande - le 11 octobre 2015

XV de France face à l'Irlande - le 11 octobre 2015Icon Sport

Avec notre envoyé spécial à Cardiff, VINCENT PERE-LAHAILLE

Contenus sponsorisés