AFP

Coupe du monde - Et si Louis Picamoles mettait tout le monde d’accord ?

Et si Picamoles mettait tout le monde d’accord ?

Le 17/07/2015 à 14:01Mis à jour Le 17/07/2015 à 15:45

COUPE DU MONDE - Absent des terrains 4 mois en raison d’une infection pulmonaire en 2014, absent sous la tunique du XV de France depuis juin 2014, Louis Picamoles est sans doute le joueur le plus observé par le staff tricolore. Après douze jours de préparation, le troisième ligne toulousain semble même sur le chemin de son meilleur niveau. Au point d’impressionner certains observateurs…

"Franchement, pour le moment, il y a un joueur qui est impressionnant…" Cette confidence, lâchée dans le calme du domaine de Bellejame, théâtre éprouvant de la préparation du XV de France avant le stage de Tignes, a brisé le conformisme des déclarations jusqu’alors récitées avec bienséance. Mais quel joueur ? Dimitri Szarzewski, stakhanoviste des séances de physique ? Yoann Maestri, décathlonien du rugby ? Wesley Fofana, l’ex-bouboule devenu un athlète accompli ? Non. Après douze jours de torture à enchaîner musculation, crossfit, TUB2, Wattbike, un joueur est visiblement entrain de marquer les esprits: Louis Picamoles (29 ans, 44 sélections). "Quand on voit ce qu’il réalise sur les séances, c’est énorme", nous confie un membre du CNR de Linas-Marcoussis. "Il a une puissance impressionnante dans les jambes, sur ses appuis. Et quand tu le vois torse nu, il n’est pas forcément très dessiné mais c’est une force rustique, brute. A l’impact, ça fait très mal. Sincèrement, je le trouve au-dessus des autres".

"Pour le moment, Louis est énorme. Sa puissance est impressionnante"

Victime d’une infection pulmonaire à l’été 2014, avec de sérieuses complications respiratoires, éloigné des terrains jusqu’en octobre 2014, le troisième ligne du Stade toulousain revient de loin. Après avoir perdu 10 kilos, le numéro 8 international est reparti de zéro. "Je suis revenu à mon poids de forme. Cela m'a permis de travailler quelques axes que je ne pouvais pas travailler avant", expliquait-il lors de son retour à la compétition. "Cette maladie a été bénéfique en quelque sorte. Il faut retenir le positif de tout ça. J'ai perdu quelques mauvais kilos. La musculation m'a permis de construire un haut du corps qui peut aussi permettre de mieux récupérer sur tout ce qui est impacts". Tous les matins, lors de la pesée des Bleus, Louis Picamoles affiche 118 kilos. 118 kilos où les muscles ont pris le pas sur le mauvais gras. Un profil, du haut de ses 192cm, qui en dit long sur le potentiel du Toulousain.

Louis Picamoles (XV de France) en pleine séance de musculation

Louis Picamoles (XV de France) en pleine séance de musculationAFP

Bru: "Louis fait partie de ces joueurs qui ont un super pouvoir"

Troisième dans la hiérarchie actuelle des numéro 8 du XV de France, derrière Damien Chouly et Loann Goujon, Louis Picamoles pourra-t-il convaincre Philippe Saint-André et son staff de participer à l’aventure de la Coupe du monde ? "C’est sur que Louis fait partie de ces joueurs qui ont un super pouvoir", nous confie Yannick Bru, l’entraîneur des avants tricolores. "Il a une puissance innée qui est un atout dans notre jeu et qui nous offre des perspectives un peu nouvelle en terme de complémentarité. On n’a jamais douté de sa participation à cette préparation. On n’était simplement pas satisfait de son niveau athlétique lors des deux dernières saisons. Mais on est convaincu qu’avec une préparation très dure, très calibrée, en le forçant à ingurgiter des méthodes de travail qu’il n’aime pas forcément, qu’on arrivera à l’emmener à un niveau physique nécessaire pour le niveau international. Il le sait et consent beaucoup d’efforts. Il est en souffrance mais son état d’esprit est parfait. Ça nous donne quelques moments d’angoisse pour faire notre choix".

Bru: "En 2012, Louis marchait réellement sur l'eau..."

Retenu pour la Coupe du monde 2011, Louis Picamoles avait profité de la préparation physique tricolore pour signer dans la foulée une saison hors-norme sous le maillot haut-garonnais. "Il avait été monstrueux", coupe Yannick Bru, alors entraîneur des avants Rouge et Noir. Pointé du doigt pour ses lacunes dans le replacement défensif et pour enchaîner les temps de jeu de 2 à 3 minutes, le puissant troisième ligne centre semble donc sur le chemin de la rédemption.

Louis Picamoles (XV de France) avec Morgan Parra et Fulgence Ouedraogo - Juillet 2015

Louis Picamoles (XV de France) avec Morgan Parra et Fulgence Ouedraogo - Juillet 2015Icon Sport

"Le challenge pour nous est clair", insiste Bru. "La préparation physique et les efforts athlétiques auxquels Louis n’a jamais souscrit depuis trois ans lui permettront-ils d’être parmi les meilleurs numéro 8 internationaux ? Toutes les grandes nations ont un grand numéro 8. Si je vous dis Kieran Read (All Blacks), Billy Vunipola (Angleterre), Jamie Heaslip (Irlande), Sergio Parisse (Italie)… la barre est très très haute. J’ai entraîné Louis en 2012 et il marchait réellement sur l’eau en terme de déplacement, de passes après contact, de puissance dynamique. J’ai gardé ça dans un coin de ma tête. Il peut apporter des choses importantes au collectif du XV de France. Mais ce qui guidera nos choix, c’est uniquement la complémentarité et la contribution des uns et des autres a augmenté le potentiel de l’équipe de France. Si Louis peut amener ça, objectivement, il sera dans le groupe des 31". La concurrence est prévenue: Louis Picamoles est bien de retour.

Contenus sponsorisés
0
0