AFP

Coupe du monde - En partant de Bagshot, les Anglais ont coupé le gaz et l'électricité

En partant de Bagshot, les Anglais ont coupé le gaz et l'électricité

Le 13/10/2015 à 11:45Mis à jour Le 13/10/2015 à 11:48

Mondial 2015 - L'Angleterre digère décidément bien mal son élimination de la Coupe du monde. Les journalistes sud-africains ont découvert avec stupéfaction des conditions de travail déplorables au Penny Hill Park Hotel de Bagshot, ex-lieu de vie du XV de la Rose aujourd'hui occupé par les Springboks. Pas fair play.

Du ressentiment né du l'humiliation à la sournoise perfidie, il y a une ligne sur laquelle les Anglais ont mordu ce lundi. Sa Coupe du monde terminée, le XV de la Rose a quitté son havre de Bagshot, récupéré par les Springboks pour cette semaine de quart de finale face au pays de Galles. C'est très logiquement que les journalistes, pour beaucoup sud-africains, sont venus en tout début d'après-midi suivre la première conférence hebdomadaire du champion du monde 2007.

Et là, surprise, la grande tente réservée aux médias, parée de toutes les commodités du temps pas si lointain où l'Angleterre était encore en compétition, en est soudain totalement dépouillée. Une fontaine à eau sans eau, une cruche de lait et un thermostat de café pour trente personnes et plus de service de restauration, luxe offert aux journalistes par l'organisation anglaise ces dernières semaines.

"C'est inadmissible"

Au-delà du confort, c'est surtout les conditions de travail qui battaient de l'aile. Pas un technicien pour régler le son des micros pour les médias audiovisuels et parer à tout problème technique, et même pas de connexion wifi pour pouvoir abreuver les rédactions en temps réel. Tout juste une hôtesse d'accueil, bien seule pour essuyer les protestations de nos confrères sud-africains à la place de ses supérieurs. "C'est inadmissible", pestait l'un d'entre eux. "Nous sommes en quarts de finale d'un événement vu dans le monde entier et l'IRB n'est même pas fichue de vérifier que nous avons au moins une connexion wifi et des conditions de travail décentes". Difficile de le contre-dire sur le coup.

Stuart Lancaster (Angleterre) et Ian Ritchie (Président de la RFU) en conférence de presse à Bagshot - le 4 octobre 2015

Stuart Lancaster (Angleterre) et Ian Ritchie (Président de la RFU) en conférence de presse à Bagshot - le 4 octobre 2015AFP

Les Anglais rectifieront très certainement le tir dans les prochains jours, histoire de ne pas perdre une nouvelle fois la face en passant pour des très mauvais perdants. Mais cette image laissée pour cette première semaine à un stade de la compétition où ils ne sont, bien qu'hôtes, pas invités, écorne quelque peu leur légendaire fair-play.

Contenus sponsorisés