AFP

Coupe du monde - Capitaine Agustin Creevy (Argentine) rêve en grand

Capitaine Creevy rêve en grand
Par AFP

Le 14/10/2015 à 17:57Mis à jour Le 14/10/2015 à 17:58

COUPE DU MONDE - Agustin Creevy le clame haut et fort: le capitaine de l'Argentine "rêve" de soulever la coupe William Webb Ellis, remise au champion du monde.

La plupart de ses adversaires évitent la question ou jouent de langue de bois. A quelques jours du quart de finale face à l'Irlande, dimanche à Cardiff, Creevy, lui, le dit tout haut: "Je rêve de soulever la coupe. Je ne sais pas si je vais le faire, je n'ai pas de boule de cristal, mais je jure que j'en rêve". Il est comme ça, Creevy. Nature, sans faux semblant. Après dix ans et 44 sélections chez les Pumas, un crochet par l'Europe (Biarritz, Clermont, Montpellier, Worcester), il semble en train de vivre son rêve, en toute fierté.

Agustin Creevy (Argentine) avec l'arbitre face à la Nouvelle-Zélande - le 20 septembre 2015

Agustin Creevy (Argentine) avec l'arbitre face à la Nouvelle-Zélande - le 20 septembre 2015Icon Sport

Il assume les prises de décision. "Je peux demander certaines choses aux anciens, mais les décisions de capitaine j'essaye de les prendre moi-même. Les décisions difficiles à prendre, c'est sur le terrain. Je peux écouter, mais je décide. En dehors du terrain, je fais en fonction du groupe".

Pas de privilège

Décisionnaire, Creevy, 30 ans, tranche au nom de l'intérêt général. D'ailleurs, il ne revendique aucun privilège lié à son rang. "Jusque-là, le capitaine ne partageait pas sa chambre. mais, moi cela ne me plait pas. Ca m'ennuie. J'aime partager. Là, je suis dans la chambre avec Lucas Gonzalez Amorosino. C'est tranquille. Bon... Je parle plus que lui".

Lucas Gonzalez Amorosino - Arrière de l'Argentine - Argentine-Namibie - 11 octobre 2015

Lucas Gonzalez Amorosino - Arrière de l'Argentine - Argentine-Namibie - 11 octobre 2015Icon Sport

Le capitaine s'efforce de transmettre sa passion de la vie en collectivité. Et il appuie sur tous les ressorts. "J'aime beaucoup le groupe et l'harmonie. On s'entend tous bien, les plus grands comme les plus chétifs. Avec la suspension de Mariano Galarza (9 semaines avant le Mondial, NDLR), qui est mon ami, j'ai perdu un proche. C'est comme ça. Mais je lui ai dit que cela nous rendrait plus forts, qu'il aurait sa revanche. C'était un moment triste mais cela nous a encore plus resserrés. Quand ils nous prennent un soldat c'est ce qui se passe. Ces choses-là nous unissent et nous protègent en tant qu'équipe".

Elevé à la mamelle du collectif depuis son arrivée chez les Pumas, en 2005, Agustin Creevy s'est véritablement installé en 2010. Il a notamment vécu l'entrée en 2012 dans le Four nations, aux côtés des grands du sud, Nouvelle-Zélande, Australie et Afrique du Sud. Ces matches ont forgé le caractère du groupe, d'abord enseveli sous les défaites, puis victorieux des Wallabies en 2014 et chez les Springboks en juillet. "L'honnêteté, la transparence et la camaraderie sont les caractéristiques premières de cette équipe", estime Creevy. "C'est un groupe qui s'amuse, qui est sain et qui travaille". Et qui semble prêt à entretenir le rêve de son capitaine.

Horacio Agulla (Argentine) - Coupe du monde 2015

Horacio Agulla (Argentine) - Coupe du monde 2015AFP

Contenus sponsorisés