AFP

Cette Coupe du monde a déjà fait plus de blessés que tout le Mondial 2011

Cette Coupe du monde a déjà fait plus de blessés que tout le Mondial 2011
Par AFP

Le 30/09/2015 à 09:11Mis à jour Le 30/09/2015 à 15:12

STATS - En seulement dix-neuf matchs, seize joueurs ont déjà fini leur Coupe du monde, soit plus que durant tout le Mondial 2011. Une véritable hécatombe malgré les précautions prises par World rugby concernant la santé des hommes.

Des genoux de guingois, des épaules démontées, deux mâchoires emportées, des muscles déchirés... Au total, 16 blessés (15+ Tonita qui s'est rajouté ce mercredi, ndlr) ont quitté la Coupe du monde après les 19 premiers matches, alors que World rugby avait sacralisé la santé des joueurs avant le début du tournoi. Une séquence symbolise la situation. En l'espace de quatre minutes, entre les 63e et 67e, le Pays de Galles a perdu son centre Scott Williams (genou), son ailier Amos (épaule) et son arrière Liam Williams (commotion), face à l'Angleterre samedi à Twickenham. Le Mondial des deux premiers s'est arrêté là. Liam Williams devrait être en mesure de retrouver les terrains assez rapidement. En attendant, il a été dispensé du match face aux Fidji jeudi.

La blessure de l'arrière gallois Liam Williams face à l'Angleterre

La blessure de l'arrière gallois Liam Williams face à l'AngleterreIcon Sport

16 joueurs remplacés après 19 rencontres, c'est plus que sur l'ensemble du Mondial 2011 en Nouvelle-Zélande, soit 48 matches. Et ce même si World rugby a indiqué que le "taux de blessures n'a pas changé depuis 2002". En cause ? L'âpreté et la répétition des contacts. "C'est un sport dur, pratiqué par de véritables athlètes qui sont très mobiles", souligne Mike Catt, centre anglais aux quatre Coupes du monde, désormais entraîneur-adjoint du XV de la Rose.

Catt: "Le jeu a changé"

"Le jeu a vraiment changé depuis mon époque", relève aussi Catt, qui a mis un terme à sa carrière internationale après le Mondial-2007. Le rugby n'est plus le même. Selon World rugby, depuis 1995 et l'arrivée du professionnalisme, le temps de jeu a explosé, passant en moyenne de 20 à plus de 35 minutes entre 1987 et 2011. Les matches où il excède les 40 minutes sont désormais légion. Surtout, la structure des matches a changé. Le nombre de pénalités (-16%), de touches ou mêlées (-35 à 37%) a considérablement baissé. En revanche, le nombre de points de rencontres (mauls et mêlées ouvertes) a bondi de... +135%. C'est là que les contacts sont les plus rudes. Lorsque des joueurs lancés "déblayent" des joueurs arrêtés, occupés à protéger le ballon.

Waisea (Fidji) sort blessé face à l'Australie - le 24 septembre 2015

Waisea (Fidji) sort blessé face à l'Australie - le 24 septembre 2015Icon Sport

"Tu t'aperçois que ce n'est pas une Coupe du monde 'à toucher'. On est dans un rugby où la dimension physique est devenue primordiale, où toutes les nations sont bien préparées, et pas que les quatre-cinq meilleures", souligne le sélectionneur du XV de France Philippe Saint-André. Que faire face à cette cascade de blessures ? Avant le début du Mondial, World Rugby avait classé la "santé du joueur priorité N.1". Le sélectionneur gallois Warren Gatland a un début de réponse: "Je ne sais pas si la période de repos de quatre ou cinq jours entre les matches n'est pas trop courte".

Evolution des règles

Sensibilisés sur les problèmes des commotions, les arbitres ont reçu pour consigne d'être particulièrement sévères sur les déblayages au cou dans les regroupements. Les recours à la vidéo pour sanctionner les comportements déviants ont été nombreux. Mais les blessures ont, pour l'instant, touché d'autres parties du corps, avec une forte prévalence pour le genou, à l'origine de 7 des 15 forfaits. "On ne peut pas concevoir un sport qui blesse, qui traumatise. Il faut que l'on soit un sport praticable par tous", avait indiqué à l'AFP Bernard Lapasset, le président de World Rugby, avant le début du Mondial.

L'Irlandais Chris Henry, le visage en sang contre la Roumanie

L'Irlandais Chris Henry, le visage en sang contre la RoumanieIcon Sport

L'organe suprême du jeu devrait se pencher sur une réforme en profondeur des règles après la Coupe du monde, pour enrayer l'évolution du jeu, qui semble arrivé au bout d'un cycle né avec le professionnalisme. Le rugby est devenu un sport d'affrontement et non plus d'évitement. "Ça tape fort, il y a plus de jeu. C'est un sport de contacts qui fait mal, résume Pascal Papé, le deuxième ligne français, qui, comme les autres, a fait "don de son corps" aux mêlées ouvertes et s'apprête à arrêter sa carrière, dans un an. Et dans une pirouette habile, il se refuse à envisager l'avenir des débutants: "Les jeunes ? Ils gagneront plus d'argent donc ils auront le droit de se faire un peu plus mal !"

Les seize blessés

Afrique du Sud (1) : Jean de Villiers (centre, mâchoire)

Angleterre (1) : Billy Vunipola (troisième ligne centre, genou)

Australie (2) : Will Skelton (deuxième ligne pectoraux), Wycliff Palu (troisième ligne centre, cuisse)

Canada (2) : Liam Underwood (ouvreur, genou), Connor Braid (trois-quarts polyvalent, mâchoire)

Ecosse (1) : Grant Gilchrist (deuxième ligne, cuisse)

Fidji (2) : Waisea Nayacalevu (centre ou ailier, genou), Isei Colati (pilier, genou)

France (1) : Yoann Huget (ailier, genou)

Géorgie (1) : Davit Kubriashvili (pilier, genou)

Italie (1) : Andrea Masi (centre, tendon d'Achille)

Pays de Galles (3) : Cory Allen (centre, cuisse), Scott Williams (centre, genou), Hallam Amos (ailier, épaule)

Roumanie (1) : Ovidiu Tonita (deuxième ou troisième ligne, main)

Le centre italien Andrea Masi quitte le terrains contre la France

Le centre italien Andrea Masi quitte le terrains contre la FranceAFP

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés