• Le feu d'artifice après la finale de la Coupe du monde à Twickenham - 31 octobre 2015
    Le feu d'artifice après la finale de la Coupe du monde à Twickenham - 31 octobre 2015
  • L'essai de Tommy Bowe (Irlande) face à la Roumanie - 27 septembre 2015
    L'essai de Tommy Bowe (Irlande) face à la Roumanie - 27 septembre 2015
  • L'essai de Ma'a Nonu (Nouvelle-Zélande) face à l'Australie en finale - 31 octobre 2015
    L'essai de Ma'a Nonu (Nouvelle-Zélande) face à l'Australie en finale - 31 octobre 2015
  • Amanaki Mafi (Japon) face aux Etats-Unis - le 11 octobre 2015
    Amanaki Mafi (Japon) face aux Etats-Unis - le 11 octobre 2015
  • Julian Savea (Nouvelle-Zélande) face à la France - 17 octobre 2015
    Julian Savea (Nouvelle-Zélande) face à la France - 17 octobre 2015

Ces 10 chiffres qui montrent que l'édition 2015 a été exceptionnelle

Le

COUPE DU MONDE - Le Mondial 2015 a été une véritable réussite, tant sur le plan sportif qu'économique. Une édition tout simplement exceptionnelle. Voici 10 chiffres pour vous le confirmer.

271. On a retrouvé les essais...

Cette édition 2015 a atteint un niveau de jeu très élevé, dépassant même toutes nos attentes. D’autant plus que le Mondial 2011 s’était montré verrouillé avec seulement 241 essais marqués et une certaine frilosité de la part de certaines équipes. Là, on a retrouvé du jeu. La preuve : une hausse de 12% du nombre d’essais (271). Avec notamment des phases finales exceptionnelles et 39 réalisations au compteur. Alors certes, ces 271 essais ne représentent pas un record (il y en a eu 296 par exemple en 2007). Mais il faut nuancer les choses : plus le temps passe et plus l’écart de niveau entre les meilleurs et les plus faibles se réduit. Il n’est plus possible d’envisager aujourd’hui des équipes marquant ou frôlant les 100 points sur un match. En 2007 on avait eu droit à : 91-3 lors de Australie-Japon ; 72-18 avec Galles-Japon ; 108-13 avec Nouvelle-Zélande-Portugal ; 85-8 avec Nouvelle-Zélande-Roumanie ou 87-10 lors de France-Namibie). En 2015, le plus gros score est un... 64-0 (Afrique du Sud/USA).

89 267. Record d’affluence sur un match

Aussi improbable que cela puisse paraitre, la rencontre Irlande-Roumanie a donné lieu à la plus forte affluence dans un stade pour une Coupe du monde. 89.276 personnes se sont rassemblées dans le mythique stade de Wembley, battant le record réalisé... quelques jours auparavant au même endroit avec Nouvelle-Zélande-Argentine (89 019 spectateurs).

L'essai de Tommy Bowe (Irlande) face à la Roumanie - 27 septembre 2015
L'essai de Tommy Bowe (Irlande) face à la Roumanie - 27 septembre 2015

210. Des recettes mirobolantes

On nous avait annoncé qu'on battrait les records en matière de retours commerciaux. C'est fait. Bernard Lapasset, le président de World Rugby, peut être heureux: avec 210 millions d’euros de "produit net", jamais une Coupe du monde n’avait autant rapporté d’argent. Un chiffre atteint grâce notamment au remplissage très élevé des stades (97%) et au merchandising. Jackpot également pour l’économie britannique avec 1,4 milliards d’euros de retour net.

5. Jamais il n’y avait eu autant d’essais en finale

Nous avons clairement eu la chance d’assister cette année à la plus belle finale de Coupe du monde. Rarement le match le plus décisif de la compétition avait donné lieu à un tel spectacle, une telle qualité de jeu. Une magnifique promotion pour notre sport, symbolisée par ces 5 réalisations de Milner-Skudder, Nonu, Barrett, Pocock et Kuridrani. Un évènement puisque jamais autant d’essais n’avaient été inscrits lors d'une finale. Magnifique.

L'essai de Ma'a Nonu (Nouvelle-Zélande) face à l'Australie en finale - 31 octobre 2015
L'essai de Ma'a Nonu (Nouvelle-Zélande) face à l'Australie en finale - 31 octobre 2015

62. Les All Blacks fessent le XV de France

La Nouvelle-Zélande n’a eu aucune pitié envers le XV de France en lui infligeant l’une des plus sévères défaites de son histoire en quart de finale du Mondial. Et jamais aucune équipe n’avait inscrit autant de points (62) durant une phase finale de Coupe du monde. L’écart de 49 points est aussi le plus important de l’histoire, mieux que le 49-6 en demi-finale de l’édition 87.

3. Le Japon, héros malheureux

Le Japon a vraiment été la sensation de la compétition. Auteurs d’un incroyable exploit d’entrée en s’offrant le scalp de l’Afrique du Sud (34-32), les Nippons se sont invités dans la course à la qualification. Malheureusement, ils ont raté les quarts de finale d’un cheveu, malgré un parcours exceptionnel (succès face à l’Afrique du Sud, aux Samoa et aux Etats-Unis). Pour l’anecdote, c’est la première fois de l’Histoire qu’une équipe ne se qualifie pas en affichant trois victoires en poules au compteur.

Amanaki Mafi (Japon) face aux Etats-Unis - le 11 octobre 2015
Amanaki Mafi (Japon) face aux Etats-Unis - le 11 octobre 2015

15. Habana égale Lomu...

Pour sa troisième participation à un Mondial, Bryan Habana est entré parmi les légendes de la compétition. Auteur de 8 essais en 2007 puis de 2 en 2011, il en a inscrit 5 lors des phases de poules de l’édition 2015, portant ainsi son total à 15 réalisations en Coupe du monde. Une performance exceptionnelle puisqu’il égalait la référence absolue : Jonah Lomu. Longtemps en quête de son 16e essai, l’ailier sud-africain est finalement resté muet lors des phases finales. Le record, il doit finalement le partager...

8. Savea égale Lomu... et Habana

Autre ailier à s’être distingué : Julian Savea. Le Néo-Zélandais a fait très fort en claquant deux triplés face à la Géorgie et la France (réduisant au passage Nakaitaci à un simple faire-valoir) ainsi qu’un doublé face à la Namibie. Soit 8 essais en une seule édition. Un record... qu’il partage avec Jonah Lomu (1995) et Bryan Habana (2007). Le 9e, qu’il aurait pu inscrire en demie face à l’Afrique du Sud ou à l’Australie en finale, n’est jamais arrivé. Frustrant.

Julian Savea (Nouvelle-Zélande) face à la France - 17 octobre 2015
Julian Savea (Nouvelle-Zélande) face à la France - 17 octobre 2015

4. L’outrageuse domination du Sud

La vérité est là : l’hémisphère Sud domine le rugby mondial. Et ce comme jamais. La preuve : l’Argentine, l’Australie, l’Afrique du Sud et la Nouvelle-Zélande étaient présentes dans le dernier carré. On n’avait jamais vu pareille situation depuis la création de la compétition et sa première édition en 1987.

14. Les All Blacks imbattables

La Nouvelle-Zélande a réalisé l’impensable : conserver son titre de champion du monde. Un exploit retentissant qu’elle doit à une génération dorée. Mais ce qui est le plus impressionnant, c’est qu’elle a battu au cours de cette édition 2015 la série de 13 victoires consécutives de l’Australie entre 1999 et 2003. Celle des All Blacks s’élève désormais de 14. Série en cours... Et quand on sait que les Néo-Zélandais n’ont jamais perdu un match de poules en Coupe du monde, cette série n’est pas forcément près de s’arrêter.