AFP

Argentine ou Australie, déchiré entre le cœur et la raison, Mario Ledesma opte pour l'isolement

Déchiré entre le cœur et la raison, Ledesma a opté pour l'isolement

Le 23/10/2015 à 16:39Mis à jour Le 23/10/2015 à 16:40

COUPE DU MONDE - Talonneur emblématique de l'Argentine pendant quinze ans, Mario Ledesma est désormais patron de la mêlée australienne. Le moment est tout particulier pour l'ancien Clermontois, forcément tiraillé, qui a choisi de s'enfermer dans une bulle pour préparer la demi-finale face aux Pumas.

Même s'il savait à quoi s'attendre en acceptant de lier son destin à celui de Michael Cheika, Mario Ledesma a dû ramer pour trouver le sommeil toute cette semaine. Lui, le fidèle talonneur aux 84 sélections avec les Pumas entre 1996 et 2011, doit préparer les avants australiens à priver l'Argentine de la première finale de Coupe du monde de son histoire. Un crime contre son cœur en somme. Alors pas question pour lui d'en parler publiquement. Le patron de la mêlée australienne l'a fait savoir très tôt dans la semaine, il ne souhaite pas s'exprimer devant les médias. De peur, sans doute, de se voir accusé de traîtrise par les uns et d'être un agent-double par les autres, à la moindre phrase ambiguë.

Mario Ledesma entraine désormais la mêlée des Wallabies

Mario Ledesma entraine désormais la mêlée des WallabiesIcon Sport

Côté Wallabies, on veut se persuader, Michael Cheika le premier, du professionnalisme à toute épreuve de Super Mario: "Je sais que c'est spécial pour lui mais je lui fais confiance pour rester focalisé sur comment il peut faire encore progresser notre mêlée". Les joueurs vont dans le même sens, à l'image du troisième ligne Ben McCalman. "C'est une semaine vraiment très particulière pour Mario. C'est un garçon très passionné qui a insufflé sa passion à tout notre pack. Je suis sûr que c'est un immense challenge pour lui d'être face à son pays, mais aussi du fait qu'il fera son maximum pour nous, comme il l'a toujours fait" . En revanche, dès lors qu'on gratte un peu en évoquant un possible conflit d'intérêts, les mâchoires se resserrent quelque peu. "Je ne sais pas, demandez-lui plutôt", lâche, gêné, Matt Giteau.

Imhoff : "Mario, s'il te plaît !"

Si la pression venue d'Australie est forte, elle l'est encore plus en provenance d'Argentine pour Mario Ledesma. Il est facile d'imaginer le nombre d'appels et de textos de la famille, des amis, des anciens frères d'armes lui demandant de ne pas être trop dur avec sa patrie de naissance. "J'espère qu'il fera quelque chose pour nous aider à battre l'Australie et qu'il jouera encore une fois pour l'Argentine", déclarait même en début de semaine l'ailier du Racing 92 Juan Imhoff. "Mario, s'il te plaît !"

Juan Imhoff - Ailier de l'Argentine - Irlande-Argentine, 18 octobre 2015

Juan Imhoff - Ailier de l'Argentine - Irlande-Argentine, 18 octobre 2015Icon Sport

Les Pumas actuels l'assurent, il n'y a "officiellement" pas eu d'échange entre eux et celui qui a disputé la dernière Coupe du monde avec l'Argentine. Toujours est-il que les polémistes australiens ne manqueront pas de voir une relation de cause à effet si la mêlée des Pumas domine outrageusement celle des Wallabies. Il suffit pourtant de regarder le quart de finale entre l'Australie et l'Écosse pour s'apercevoir que le pack aussie a montré, pour la première fois, quelques signes de faiblesse. S'il les a bien identifiés, le staff argentin n'aura même pas besoin des éventuels tuyaux du bon Mario.

Contenus sponsorisés