Icon Sport

Pour Dan Leo, les Samoans subissent des pressions des clubs pour ne pas aller au Mondial

Pour Dan Leo, les Samoans subissent des pressions des clubs pour ne pas aller au Mondial

Le 07/05/2015 à 15:05Mis à jour Le 07/05/2015 à 15:06

Déjà monté au front en novembre pour critiquer sa fédération, le Samoan Dan Leo a jetté un pavé dans la mare : pour lui, les clubs dissuadent leurs joueurs des îles à participer au Mondial.

"J'ai eu la pression de choisir si je voulais jouer pour mon pays ou non pendant ma carrière". C'est par ces mots que Dan Leo a commencé son témoignage choc à nos confrères de Planet Rugby. Le deuxième ligne samoan (39 sélections) aborde un problème qui n'est pas nouveau dans le rugby mais qui prend de l'ampleur selon lui. Passé par les Wasps, Bordeaux-Bègles ou encore Perpignan, le joueur de 32 ans arrive au terme de son contrat avec les London Irish. A la recherche d'un nouveau club, il dénonce les pratiques des clubs et explique leurs méthodes à l'approche de la Coupe du monde.

" Je peux dire avec assurance que les joueurs des Iles pacifiques subissent des pressions pour ne pas jouer avec leur équipe nationale quand ils parlent avec les clubs. "

Même si ce problème est récurrent, c'est un véritable pavé dans la mare que jette Dan Leo. C'est la première fois qu'un joueur, toujours en activité qui plus est, s'exprime si directement sur le sujet. Selon lui, la question de l'équipe nationale est un sujet central au moment de négocier des contrats et des transferts.

Census Johnston a récemment annoncé sa retraite internationale

Census Johnston a récemment annoncé sa retraite internationaleIcon Sport

" C'est un problème qui surgit à chaque Coupe du monde avec les joueurs du Pacifique. Les cas comme ceux de Sireli Bobo ou Jone Qovu sont juste les cas connus, mais il y en a bien plus. "

En 2012, des soupçons planaient sur Racing-Métro qui aurait empêché les joueurs fidjiens Bobo et Qovu de participer à des matchs internationaux. Le club francilien avait ensuite démenti officiellement par la voie d'un communiqué. Dan Leo évoque aussi le cas de Census Johnston qui a annoncé cette année sa retraite internationale à quelques mois de la Coupe du monde et qui s'est engagé pour deux ans de plus au Stade toulousain. Pour Leo, il faut y voir une relation entre ce retrait de la scène internationale et la prolongation. Il considère surtout qu'une grande partie des joueurs des Iles sont dans ce cas-là. "Je ne suis pas là pour juger la décision de Census car je comprends pourquoi il a fait ça".

" Deux contrats, deux salaires. Un dans le cas où le joueur ne participe pas aux matchs internationaux et un dans le cas où il y participe. Il y a une différence de 30 à 40% au niveau du salaire entre ces deux contrats."

Voila la méthode qu'utiliseraient les clubs pour dissuader les joueurs samoans, fidjiens ou encore tonguiens de participer aux grandes compétitions internationales. Un levier financier donc pour pouvoir garder ces joueurs quand tous les autres internationaux sont à la Coupe du monde par exemple. Il explique dans cette interview qu'il est bien plus facile pour les clubs de faire pression sur les joueurs du Pacifiques que sur les autres.

Dan Leo sous le maillot de Perpignan

Dan Leo sous le maillot de PerpignanIcon Sport

" Ils ne sont pas rémunérés suffisamment par leur pays pour participer à la Coupe du monde. Les joueurs des îles ne veulent pas se faire de l'argent en allant à la Coupe du monde, mais ils ne veulent pas non plus en perdre. Pendant la compétition, nous sommes payés 400 livres (un peu plus de 500 euros; NDLR) par semaine ce qui ne couvre même pas mon loyer."
" De plus en plus de clubs le font et rien n'est fait à propos de ça. Il n'y a aucune régulation et aucun moyen d'empêcher ça pour l'instant. Donc tout le monde le fait."

Après cette sortie médiatique, le joueur a reçu de nombreux soutiens de la part du monde du rugby et notamment de George Robson, le joueur anglais des Harlequins, ou encore de l'association des joueurs du Pacifique. Comme souvent, c'est sur Twitter que cela se passe. Reste désormais à savoir si la World Rugby, organe suprême, va se saisir de ce dossier. Pour Dan Leo, il s'agit là de la "crédibilité de la Coupe du monde" qui est en jeu...

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés