Panoramic

Nouvelle-Zélande - France : Pour les Bleus, c'est vraiment la raclée de (presque) tous les records

Pour les Bleus, c'est vraiment la raclée de (presque) tous les records

Le 18/10/2015 à 01:14Mis à jour Le 18/10/2015 à 12:31

COUPE DU MONDE – 62-13. La déroute tricolore samedi soir à Cardiff va marquer tout à la fois les annales de la Coupe du monde et celles du XV de France.

Quiconque a vécu la demi-finale de Twickenham en 1999 ou le quart de finale de Cardiff en 2007 ne l'oubliera jamais. Ce quart de finale 2015 entre la France et la Nouvelle-Zélande restera lui aussi gravé dans les mémoires. Et dans le livre des records, tant ils se sont accumulés samedi soir à Cardiff. Oui, cette soirée fera date. Dans l'histoire du XV de France et celui de la Coupe du monde. La preuve.

62 points encaissés : du jamais vu dans l'histoire du XV de France

En 722 matches, jamais le XV de France n'avait encaissé autant de points. Le 723e aura donc marqué un nouveau record. Les 62 points concédés samedi soir au Millennium effacent les 61 pris à Wellington, déjà contre la Nouvelle-Zélande, le 9 juin 2007. Ce sont les deux seules fois où les Français ont pris 60 points ou plus dans leur histoire. Comme lors de ce test-match dans la capitale néo-zélandaise, les Bleus ont concédé neuf essais. A noter qu'au cours de cette année 2015, les Bleus avaient déjà battu leur record de points encaissés face à l'Angleterre (55). Une année tristement historique, donc.

Julian Savea (Nouvelle-Zélande) face à la France - 17 octobre 2015

Julian Savea (Nouvelle-Zélande) face à la France - 17 octobre 2015AFP

9 essais encaissés : un record égalé

Pas de record battu dans ce domaine mais, tout de même, un record égalé. Les 9 essais inscrits samedi par les Néo-Zélandais constituent le plus gros total dans un match face à l'équipe de France, égalant les 9 essais lors de la déroute de Wellington en 2007.

62 points : du jamais vu dans un match éliminatoire en Coupe du monde

Là aussi, les Bleus ont innové. Barrages, quarts, demies et finales cumulés, jamais une équipe n'avait affiché une défense aussi poreuse en Coupe du monde. Depuis 1987, il y a eu 54 matches éliminatoires. Jusqu'à ce France – Nouvelle-Zélande, aucune équipe n'avait encaissé dans ce type de rencontre plus de 48 points. C'était l'Ecosse, en quart de finale de l'édition 1995. Face aux Blacks, évidemment. Le XV du Chardon s'était incliné 48-30. Les Français ont donc pulvérisé cette marque en franchissant non seulement la barre des 50 points mais aussi celle des 60.

49 points d'écart : du jamais vu dans un match éliminatoire en Coupe du monde

Même sanction. Dans les rencontres éliminatoires, la plus grosse différence de points entre deux équipes remontait à la toute première édition, en 1987. En demi-finale, la Nouvelle-Zélande avait corrigé le pays de Galles, 49 à 6. Soit un écart de 43 points. En terre galloise, les hommes de Philippe Saint-André ont pris un plus gros bouillon encore : 49 points d'écart.

62 points : Plus que lors des 5 derniers matches éliminatoires des Bleus au Mondial

Ce n'est pas un record à proprement parler, mais c'est une statistique édifiante : si l'on cumule les points pris par la France lors des trois matches à élimination directe de la Coupe du monde 2011) quart, demie, finale) et les deux de l'édition 2007 (quart et demie), on arrive à un total de 60 points (18 et 14 face aux Blacks et à l'Angleterre en 2007, 12, 8 et 8 contre l'Angleterre, Galles et la Nouvelle-Zélande en 2011). Soit 12 points en moyenne par rencontre. Il aura suffi de ce seul quart de finale 2015 pour concéder davantage de points que sur ces 5 matches.

Le record qui n'est pas tombé : la plus large défaite

On n'ira pas jusqu'à parler de consolation, mais, en dépit du naufrage qu'a constitué ce quart de finale, ce n'est pas la plus lourde défaite de l'histoire du XV de France. L'écart final (49 points) reste juste en-dessous des 51 points d'écart lors de la débâcle de Wellington (61-10). L'en avant de Ma'a Nonu à deux mètres de la ligne à la dernière minute du match a au moins sauvé ça. Reste que compte tenu du contexte, c'est bien une déroute historique. On ne peut comparer un test match du mois de juin avec une équipe diminuée et un quart de finale de Coupe du monde.

Joe Rokococko face aux Bleus en 2007 lors du 61-10 de Wellington.

Joe Rokococko face aux Bleus en 2007 lors du 61-10 de Wellington.Panoramic

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0