Reuters

Laporte : "Un échec"

Laporte : "Un échec"
Par Rugbyrama

Le 14/10/2007 à 10:00Mis à jour

La mine défaite, Bernard Laporte, sélectionneur du XV de France, a expliqué l'élimination des Bleus en Coupe du monde par une trop grande fébrilité offensive. Selon, lui, les Français n'ont pas osé.

Quelle est votre réaction après ce match ?

Bernard LAPORTE : Je suis très déçu. Nous voulions aller en finale. Notre parcours s'arrête là. Les Anglais étaient costauds devant, performants dans l'occupation du terrain, nous nous attendions à ça. En fait, nous n'avons pas su nous libérer. Chaque équipe craignait la défense adverse, avait un jeu timoré et l'occupation du terrain était prioritaire. A la 68e, nous avons eu la possibilité de faire le break avec la percée de Vincent Clerc mais Worsley l'a empêché de marquer de peu. C'est le tournant du match je crois.

Ensuite, ils sont revenus chez nous, nous avons fait un renvoi aux 22 mètres trop court, nous sommes restés chez nous et puis il y a eu cette pénalité. L'essai d'entrée nous a fait mal aussi. Ces cinq points ont été difficiles à rattraper. C'est une déception immense, mais je tiens à féliciter les joueurs, qui ont montré beaucoup d'âme, d'envie, même s'il y en avait aussi en face. L'Angleterre a montré qu'elle est une grande nation du rugby, qui a relevé la tête comme nous. Il faut la féliciter aussi.

Vous le disiez, on a l'impression que les Français n'ont pas osé jouer...

B.L. : C'est ce qu'on s'est dit à la mi-temps. Qu'il fallait mettre plus de rythme en seconde période. Il y a d'ailleurs deux ballons en première période que nous tentons en drop alors qu'il faut jouer à la main. Force est de reconnaître que les avants anglais ont été performants et qu'il était difficile de jouer après eux. Nous avions décidé de passer par-dessus et nous ne l'avons pas assez fait. Nous avons trop usé des chandelles et pas assez du jeu au pied offensif.

La sortie de Fabien Pelous a-t-elle été un moment-clé ?

B.L. : Fabien est un élément important. Nous connaissons aussi les performances de Sébastien (Chabal, ndlr) quand il entre en fin de match et quand il a la possibilité de concentrer toute sa puissance. Là, sa puissance a perdu de son importance en jouant une heure. Mais il a fait un bon match quand même. Nous aurions préféré garder Fabien une heure et laisser Sébastien dans son rôle habituel mais la blessure fait partie du jeu. Et elle ne nous a pas aidés.

Considérez que votre Coupe du monde est gâchée, voire ratée ?

B.L. : Elle n'est ni ratée ni gâchée. Pour nous, elle n'est pas réussie parce que nous voulions être champions. C'est un échec. Maintenant, dire qu'elle est ratée... Nous sommes quand même allés en demi-finale. Non, elle n'est pas ratée, il y a eu un réel engouement autour de l'événement. Après, on ne peut pas dire que cela aura été une grande Coupe du monde au niveau du jeu. Mais c'est comme ça.

Comment allez-vous aborder ce match pour la troisième place ?

B.L. : Je ne connais pas une équipe qui ne rentre pas sur le terrain pour jouer à fond. Nous allons y réfléchir cette semaine. Il y avait un excellent état d'esprit dans le groupe. Les joueurs qui n'ont pas joué le quart et la demie doivent jouer. Quand ils entreront sur le terrain, ce ne sera pas en se disant qu'ils vont perdre. Ils auront envie de faire honneur au maillot bleu. Je crois que la Coupe du monde 2011 démarre déjà pour nous. Il va aussi falloir se tourner vers le Tournoi des 6 Nations. C'est le début d'une nouvelle aventure pour l'équipe de France.

Pensez-vous que votre bilan à la tête n'est pas bon, sans titre de champion du monde au bout ?

B.L. : Nous perdons deux fois en demie contre l'Angleterre, oui. En 2003, ils étaient vraiment supérieurs mais aujourd'hui ils ne l'étaient pas. Les deux équipes se valaient. Encore une fois, cela s'est joué à rien. A la 68e minute du match, nous étions en finale. Cela veut dire que nous n'avons pas su faire basculer le match. Maintenant, il faut que le rugby français rebondisse vite, dès samedi et lors du prochain Tournoi des 6 Nations. Ce rugby français est trois fois champion d'Europe en quatre ans et a disputé deux finales de Coupe du monde. C'est bien.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés