L'Angleterre s'en sort

L'Angleterre s'en sort
Par Rugbyrama

Le 22/09/2007 à 19:15Mis à jour

Longtemps accroché, le XV de la Rose est finalement venu à bout des Samoa (44-22) samedi à Nantes. Les Anglais, qui ont décroché sur le fil le bonus offensif, devront maintenant battre les Tonga la semaine prochaine pour se hisser en quarts de finale.

L'Angleterre a remporté son 16e de finale. Toujours aussi loin des standards d'un champion du monde en titre, le XV de sa Majesté a peiné avant de s'en tirer à bon compte face aux Samoa. Vendredi prochain, le tenant disputera un véritable huitième de finale contre les Tonga. Le vainqueur obtiendra son billet pour la phase finale. Mais si les Anglais sont toujours vivants, ils restent sous perfusion. Vu leur niveau de jeu depuis trois matchs, on voit mal comment ils pourraient jouer un rôle majeur dans cette Coupe du monde. En attendant, cette victoire suffit à leur bonheur du moment, surtout après la raclée infligée par les Boks la semaine dernière.

Wilko dépasse Lynagh

Grâce à la botte de leur ouvreur Crichton, les hommes de Michael Jones sont longtemps restés dans le coup. Menés 23-12 à la mi-temps, ils enflammaient la Beaujoire au retour des vestiaires, en signant leur unique essai de la rencontre par l'intermédiaire de Polu, après un excellent jeu au pied de... Crichton. A cet instant, l'avance de l'Angleterre ne tenait plus qu'à un fil, soit quatre points. Le champion, mal en point, a même craint le pire à l'heure de jeu suite à un contre de 70 mètres, qui échoua sur la ligne de but anglaise, Josh Lewsey sauvant la patrie en (grand) danger.

Les Samoa venaient de laisser passer leur chance. Elle ne repasserait pas. La sortie de quelques titulaires, conjuguée à l'apport de sang frais côté anglais, allait leur faire mal. Wilkinson, d'un drop et d'une pénalité, mit son équipe à l'abri, avant que Martin Corry et Paul Sackey ne donnent une ampleur trop sévère au score dans les derniers instants, en même temps que le bonus offensif, inespéré 10 minutes plus tôt, aux Anglais.

Comme lors du Mondial 2003, ces derniers ont donc écarté les Samoa après avoir beaucoup souffert. Il est probable que le parallèle entre les deux compétitions s'arrête là. Car le XV de la Rose est aujourd'hui bien loin de son niveau d'antan. Malgré Wilkinson, auteur de 24 points samedi. Le numéro 10 anglais est devenu samedi le deuxième meilleur marqueur de l'histoire de la Coupe du monde, dépassant Michael Lynagh. Seul l'Ecossais Gavin Hastings reste devant lui. Oui, Wilko demeure indispensable. Mais il ne suffit pas à redonner à cette Angleterre-là une allure de candidate au titre.

Contenus sponsorisés