Rugbyrama

Sereins comme des Argentins

Sereins comme des Argentins

Le 19/09/2019 à 09:00Mis à jour Le 19/09/2019 à 10:59

COUPE DU MONDE 2019 - Les Argentins sont arrivés à Tokyo ce mercredi, après avoir terminé leur préparation du côté de Fukushima. Et les Pumas renvoient encore et toujours ce sentiment de tranquillité, à trois jours de leur entrée en lice contre l’équipe de France à l’Ajinomoto Stadium.

Après le J-Village de Fukushima, les Argentins reçoivent désormais du côté du somptueux hôtel Rihga de Tokyo, à deux pas de la prestigieuse université de Waseda. Et le trajet entre ces deux lieux n’a pas entamé leur confiance, alors que cela marquait justement une nouvelle bascule avec cette fois l’entrée en lice en ligne de mire. L’on sent toujours une certaine sérénité de la part d’une équipe qui a pourtant enregistré neuf défaites consécutives sur l’année écoulée.

Le 15 septembre, les Pumas ont en effet fêté le triste anniversaire de leur dernière victoire (en Australie 19-23, ndlr) mais cette série de mauvais résultats ne semble pas avoir eu raison de leur état d’esprit. "Personne ne pense que ces résultats aient pu avoir une conséquence sur l’équipe", rétorque le trois-quarts centre Matías Orlando.

La défense au centre d’une bonne préparation

Tous les joueurs l’assurent à l’unisson, la préparation a été "dure et intense." On constate avec attention que si les Bleus ont cherché à remonter en intensité depuis leur arrivée au Japon, les Pumas ont œuvré à retrouver la fraicheur, alors qu’une partie de l’équipe a bataillé en Super Rugby avec les Jaguares, puis dans le Rugby Championship. D’autant qu’avec une moyenne de 32 points encaissés par match sur l’année écoulée, l’état de la défense interpelle à l’approche d’un premier duel de Coupe du Monde.

Face à cette mise à l’épreuve au fil des confrontations, Matías Orlando a reconnu une période de doute. Bien que ce dernier tempère et rassure. "Nous l’avons analysé, […] et nous avons travaillé notre défense, notamment sur les mauls. Le match à Pretoria (défaite 24-18 contre l’Afrique du Sud, ndlr), nous avons défendu en équipe, avec plus de solidarité. Nous avons travaillé notre système et notre jeu. Je crois que cela donne de la sécurité et un sentiment de tranquillité."

" La France marque le commencement mais ne sera pas une fin"

La France se présente sur la route argentine pour un duel qui sera déjà décisif dans la course à la qualification, sauf que toute forme de pression est rejetée. "Nous savons que c’est une partie très importante. Elle lance notre Mondial car c’est contre un concurrent direct. Mais nous savons aussi que si elle marque le commencement, elle ne sera pas une fin", assure le talonneur Julián Montoya. "Nous avons analysé leur jeu et nous savons comment nous voulons être. Notre dernier match contre la France n’a pas été bon mais tout est bon pour apprendre. Nous savons que nous allons affronter une équipe forte, avec un gros paquet d’avants. Physiquement, ils aiment bien dominer et nous avons travaillé pour tenter d’être plus forts qu’eux. Nous avons eu une bonne utilisation du jeu au pied lors de notre dernier match, dans le but de mettre la pression", poursuit-il, rejetant ensuite toute forme d’ascendant psychologique alors que l’Argentine a remporté 10 des 17 confrontations entre les deux nations.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0