Icon Sport

4e journée H Cup - Harlequins-Racing (17-3) - Le Racing n'a rien pu faire

Le Racing n'a rien pu faire

Le 15/12/2013 à 16:11

Indiscipliné et dominé en mêlée, le Racing s'est incliné aux Harlequins (17-3) et a quasiment perdu toute chance de qualification pour les quarts de finale.

Encore battu par les Harlequins (17-3), le Racing quitte déjà la compétition au sein d’une poule 4 dominée par Clermont. Une désillusion pour un effectif dont les ambitions ne concordent pas avec les performances sur le terrain. Déjà défaits à six reprises en treize rencontres de Top 14, le Racing reste bloqué à une seule victoire en quatre matches de H Cup cette saison. Corrigés à Nantes le week-end dernier (8-32) par les Harlequins, les hommes du duo Travers-Labit n’ont une nouvelle fois pas fait le poids à Twickenham. Au Stoop, les Harlequins, quatrièmes de Premiership ont tout simplement été supérieurs dans tous les domaines.

Comme à Nantes, le Racing n’a pas pu exister… Et quitte ainsi la compétition dès la phases de poules, malgré un recrutement quatre étoiles cette année. Sur le papier en tout cas. Car, alignés d’entrée de jeu, les quatre Lions britanniques (Lydiate, Phllips, Sexton et Roberts) sont passés à côté. Encore une fois, est-on tenté de dire…A l’image d’une autre recrue phare, Tonga’uiha, pilier gauche replacé à droite de la mêlée ce dimanche après-midi, sans succès.

Quatorze changements, et le même résultat…

Le staff francilien a pourtant tout tenté pour renverser la tendance de la première confrontation. Seul Juan Martin Hernandez conservait sa place à l’arrière. Au final, cela n’y changea rien. Comme la semaine dernière, les Londoniens monopolisaient le ballon, dominaient dans le combat et privaient les partenaires de Battut de munitions.

Et comme la semaine dernière, Charlie Walker, même pas 21 ans, y allait de ses exploits sur son aile droite. Jusqu’à son essai, sur la sirène annonçant la mi-temps. A la pause, les Quins viraient déjà largement en tête (14-0). Pas grand chose n’était à signaler lors du second acte. Il fallait même attendre l’heure de jeu pour voir Sexton ouvrir le compteur du Racing ! Une pauvre prestation à laquelle le club de Jacky Lorenzetti commence malheureusement à nous habituer…

Contenus sponsorisés