Icon Sport

Fritz : Carton rouge et polémique

Fritz : Carton rouge et polémique
Par Rugbyrama

Le 24/01/2011 à 16:13Mis à jour Le 24/01/2011 à 16:19

L’expulsion déterminante du centre toulousain Florian Fritz pour un plaquage dangereux dimanche face aux London Wasps a surpris de nombreux observateurs. L’arbitre irlandais Alain Rolland a-t-il trop vite réagi ? Excessivement ? Il assure être serein et avoir appliqué le règlement.

Un plaquage qui déclenche la polémique. Rappel des faits: on joue dimanche la 46e minute entre les London Wasps et Toulouse. Sur une contre-attaque des Anglais, le Toulousain Florian Fritz plaque l’ailier adverse Tom Varndell, le fait décoller du sol et le renverse sur le côté. Une action quelque peu spectaculaire immédiatement arrêtée par l’arbitre du match, Alain Rolland. Celui-ci prend une décision radicale en brandissant le carton rouge à l’international français qui n’en croit pas ses yeux. Le Stade toulousain évoluera ainsi pendant plus d’une demi-heure en infériorité numérique et s’inclinera dans les dernières secondes (21-16) sur un essai fatal de Lemi. Ce revers, le seul des quadruples champions d’Europe lors de cette édition 2010-2011, sera lourd de conséquences puisqu’ils seront obligés de se déplacer à Biarritz en quart de finale de H Cup.

Oui, il y a bien eu plaquage cathédrale

Cette décision a-t-elle eu une influence sur le résultats ? Certainement. Les Toulousains ont pourtant tenu tête face à des Wasps survoltés et qui n’avaient plus perdu à domicile en H Cup depuis 14 rencontres. Alain Rolland a-t-il pris la bonne décision ? C’est à ce sujet que les avis divergent. Certains trouvent la sanction logique et veulent éradiquer du monde du rugby ces actions dangereuses qui peuvent nuire à la santé des joueurs. D’autres la jugent excessive et n’auraient donné qu’un simple carton jaune. Ce qui est sûr, c’est que Florian Fritz a bien commis un plaquage cathédrale sur l’action. Le règlement stipule en effet que la notion de plaquage cathédrale est retenue à partir du moment où «la ligne des épaules du plaqué passe en-dessous de la ligne de ses hanches». Ce qui est bien le cas même si Fritz accompagne son adversaire au sol en le faisant retomber sur le côté.

Tom Varndell s’étant relevé immédiatement après cette phase de jeu, nombre de personnes ont trouvé la décision d’Alain Rolland lourde en l’encontre du trois-quarts centre stadiste. "C’est vraiment très sévère", avance son coéquipier Vincent Clerc dans Midi Olympique. Serge Blanco, président de Biarritz et futur adversaire de Toulouse en quart de finale n’avait pas d’autres mots dans Sud-Ouest: "Ce carton rouge pour Fritz est très sévère, il m’a même chagriné". Yannick Bru, l’entraîneur des avants haut-garonnais, s’est montré plus mesuré. "Alain Roland a été très strict dans sa décision, mais je ne veux pas la commenter".

Fritz cité par l’ERC ?

L’arbitre irlandais assume pleinement sa décision en soulignant le geste délibéré de Fritz. "Il n'y avait aucune hésitation à avoir", a-t-il déclaré à l’issue de la rencontre. Très proche de l’action, il est indéniable qu’Alain Rolland a bien vu ce qu’il s’est passé. Aurait-il du attendre de voir si le joueur était blessé pour prendre sa décision ? Le règlement de l’IRB indique qu’un arbitre ne doit pas juger un geste en fonction de ses conséquences.

Expulsé face aux Wasps, Florian Fritz sera convoqué devant une Commission de discipline prochainement. Mais il pourrait être cité également pour "mauvaise conduite". En effet, alors qu’il sortait du terrain, les caméras l’ont surpris en train d’adresser un doigt d’honneur au public de l’Adam’s Park qui le conspuait. La sanction à cet égard pourrait être bien plus sévère que s’il avait été jugé uniquement pour son plaquage.

Contenus sponsorisés
0
0