Icon Sport

Toulouse à réaction

Toulouse à réaction
Par Rugbyrama

Le 17/10/2009 à 13:23Mis à jour

Après avoir été mené de 14 points à la pause, le Stade toulousain s'est imposé sur la pelouse des Harlequins (23-19) grâce à deux essais d'Yves Donguy et Shaun Sowerby au terme d'un deuxième acte héroïque. Les hommes de Guy Novès s'installent confortablement en tête de leur poule.

Le Stade toulousain a réalisé une très grosse performance au Stoop Memorial Stadium ce soir, contre les Harlequins, en s’imposant 19-23. Totalement étouffés en première période par la pression et l’agressivité des Anglais, incapables de conserver le ballon et d’inquiéter leurs adversaires du jour, les Rouge et Noir rentraient aux vestiaires sur le score inquiétant de 14-0 après un essai de Monye et trois pénalités de Nick Evans. A ce moment-là, personne ne misait un penny sur une victoire des joueurs de la ville rose…

Fantomatiques en première période

Asphyxiés, fébriles, approximatifs balle en main (huit en-avants en première mi-temps), friables défensivement, les Toulousains ne débutaient pas le match de la meilleure des manières. Féroces à l’impact, morts de faim sur les zones de rucks, imprenables en défense, les Harlequins ne mettaient pas longtemps quant à eux à profiter des errances de leurs adversaires du jour. Nick Evans se chargeait de punir les fautes toulousaines au pied dans un premier temps, avant que Ugo Monye n’enfonce le clou à la 29ème minute sur un bel essai. Après plusieurs temps de jeu de son équipe dans le camp adverse, l’ailier des Harlequins prenait l’intervalle sur l’extérieur de Jean-Baptiste Elissalde, avant de filer seul aplatir dans l’en-but. 14-0 à la pause, les mots de Guy Novès n’ont pas du être tendres.

Un retour fracassant

Dès leur retour sur le terrain, les Français montraient un changement d’attitude déroutant. Beaucoup plus présents au combat, précis dans les transmissions de balle, euphoriques offensivement (chanceux par moments), les Stadistes assommaient rapidement les Londoniens, surpris par la révolte des joueurs de Novès. En cinq minutes, les Toulousains marquaient deux essais. Un essai de trois-quarts à la 45ème minute par Yves Donguy, énorme ce samedi, et un essai d’avants quatre minutes plus tard grâce à Shaun Sowerby, s’écroulant dans l’en-but après un bon travail de tout le pack sur un ballon porté.

Tout le monde croyait alors les Anglais au bord de l’agonie. La réaction d’orgueil d’un club touché dans sa fierté par le récent scandale du "bloodgate" ne se faisait pourtant pas attendre. A la 54ème minute, Ugo Monye signait un doublé et permettait aux Harlequins de repasser devant. Mais la grinta et la rage étaient du côté toulousain. Une rage symbolisée par une défense héroïque durant plus de cinq minutes, quasiment sur leur ligne d’en-but…Sans craquer. Michalak, dès son entrée, permettait aux siens de reprendre l’avantage en passant trois points, avant que Florian Fritz ne réussisse une pénalité à son tour, d’environ 60 mètres cette fois !

Les Harlequins ne pouvaient plus revenir même s'ils jouaient le tout pour le tout pendant les dernières minutes. Le Stade Toulousain tenait son deuxième succès en coupe d’Europe cette saison. Un succès qui lui permet de prendre le large au classement avec neuf points. La défaite de Cardiff hier soir à Sale (27-26) laisse le champ libre aux Rouge et Noir qui peuvent envisager la suite avec sérénité.

Contenus sponsorisés