Icon Sport

Poule 4 : La fausse facile

Poule 4 : La fausse facile
Par Rugbyrama

Le 06/10/2010 à 16:16Mis à jour Le 08/10/2010 à 15:58

Sept équipes françaises dans la compétition, six poules. Avant le début de la H Cup ce week-end, notre site vous propose une présentation de chaque groupe avec un zoom sur l'ambition des clubs hexagonaux et de leurs adversaires. Place à la poule 4, celle du finaliste déchu l'an dernier, Biarritz.

Biarritz, le favori

Finaliste de la précédente édition, le club basque espère de nouveau atteindre les sommets cette année. Trois fois demi-finaliste et deux fois finaliste, le club est un habitué de la H Cup, qu'il dispute sans discontinuer depuis 2000. Mais après un début de saison mitigé avec une série de cinq victoires pour quatre défaites en Top 14, le club pointe à la neuvième place du classement et peine à faire preuve de constance. Aussi, les hommes de Jack Issac et Jean-Michel Gonzalez comptent sur la H Cup pour leur donner un nouveau souffle, comme cela avait déjà été le cas l'an passé. Le BOPB semble avoir retrouvé un niveau plus conforme à ses ambitions et à ses objectifs, comme en témoigne sa victoire à Bayonne lors de la dernière journée du Top 14. Il pourra compter sur son point fort, la conquête, et sur la grande forme actuelle de son demi de mêlée Dimitri Yachvili pour venir à bout de ses adversaires.

Bath, l'équipe à suivre

Vainqueur du Challenge européen 2008, le club anglais est revenu en H Cup depuis deux saisons. Il côtoie toutefois la coupe d'Europe régulièrement depuis sa création en 1996, et y compte huit participations, ainsi qu'un titre en 1998. Mais depuis ce succès, Bath n'est jamais parvenu a se hisser au delà des quarts de finale de la prestigieuse compétition. La saison dernière, le club anglais n'avait même pas su se sortir de sa poule, où se trouvait déjà l'Ulster. Cette année, le club, fidèle à ses habitudes, s'est accroché dès le début de la Premiership à une quatrième place à laquelle il finit chaque année depuis trois ans, affichant ainsi sa bonne forme au moment de débuter la campagne européenne.

Ulster, l'outsider

C'est peut-être le concurrent le plus dangereux pour Biarritz dans cette phase de poule. Vainqueur de la compétition en 1999, la province irlandaise fait partie de ces équipes solides et rodées dont il n'est pas facile de se défaire. Peu en vue ces dernières saisons sur la scène européenne, le club s'est armé en conséquence pour bien figurer dans cette édition. Il a notamment intégré dans ses rangs le demi de mêlée des Sharks Ruan Pienaar et le deuxième ligne des Sharks Johann Muller. Un recrutement percutant qui devrait amener à l'Ulster de quoi se poser comme l'outsider de cette poule. Sa troisième place en Ligue celte, dont il est le seul club invaincu, a d'ores et déjà prouvé que le choix de ces joueurs s'est révélé payant.

Aironi vendra cher sa peau

Tout juste créé cette année, le club transalpin, en pleine construction et qui se cherche encore une identité, fait figure de petit poucet de la compétition. Mais attention au piège, car malgré un mauvais début de saison prévisible, avec cinq matchs perdus en cinq journées de Ligue celte, il pourrait suivre le modèle biarrot et profiter de la H Cup pour se refaire une santé. S'il est peu probable qu'Aironi ait une chance de sortir de sa poule, les Italiens peuvent en tout cas se fixer pour objectif de poser des difficultés à leurs concurrents, et ne vont certainement pas galvauder la compétition qu'ils risquent fort de ne pas jouer l'an prochain au vu de leurs résultats en championnat. Ils n'ont donc rien à perdre et joueront chaque match à fond.

0
0