Icon Sport

Vers un adoucissement du protocole sanitaire ?

Vers un adoucissement du protocole sanitaire ?

Le 06/09/2020 à 09:12Mis à jour Le 06/09/2020 à 09:13

CORONAVIRUS - La Ligue 1 de foot, afin de connaître une saison à peu près normale, va adoucir son protocole sanitaire. Et au rugby, alors ?

A l'heure actuelle, le protocole sanitaire de la Ligue Nationale de Rugby est clair : si une équipe de Top 14 ou de Pro D2 présente plus de trois cas positifs au Covid 19, elle est alors dans l'impossibilité de disputer la rencontre du week-end. Particulièrement exigeant, ce protocole a par exemple poussé la semaine dernière à l'annulation des matchs Béziers-Carcassonne et Oyonnax-Montauban, en deuxième division. Aujourd'hui, des voix s'élèvent donc dans le rugby professionnel français afin d'assouplir le règlement, arguant que la Ligue 1 a de son côté considérablement adouci le sien : au football, les matchs peuvent se disputer normalement tant que vingt joueurs sur trente ont été testés négatifs au Covid 19.

Pourrait-on, au rugby, arriver très vite à un modèle similaire? Bernard Dusfour, le président de la commission médicale de la LNR, explique : « Nous y réfléchissons mais nous ne ferons pas n'importe quoi. D'abord, il faut voir ce que va exiger le Ministère des Sports. Ensuite, il faut bien comprendre que nous ne sommes pas dans le même sport : au foot, ils ne font pas de mêlée et ne s'entassent pas les uns sur les autres, que je sache. […] L'équilibre est très instable. Nous ne voulons pas avoir un deuxième Stade français (un cluster de 25 personnes survenu au mois d'août). » Au sujet de la situation sanitaire du rugby français, beaucoup d'entre-nous se sont également interrogés sur le fait qu'en Angleterre, où 1000 tests sont réalisés toutes les semaines en Premiership depuis deux mois et demi, aucun cas positif n'a jusque-là été détecté. Pourquoi un si grand différentiel avec le Top 14, au juste ? « Le virus circule moins fortement au Royaume Uni, poursuit Dusfour. Si les Anglais venaient aujourd'hui autour de Bordeaux ou en Ile de France, ils auraient peut-être aussi des cas positifs ».

Contenus sponsorisés