Icon Sport

Menace sur la deuxième journée de Coupe d'Europe avec la propagation du variant Omicron

Menace sur la deuxième journée de Coupe d'Europe avec la propagation du variant Omicron
Par AFP

Le 16/12/2021 à 16:45Mis à jour Le 16/12/2021 à 18:58

CORONAVIRUS - Alors que les clubs commençaient ce jeudi à donner leurs compositions l'équipe pour la 2e journée de Coupe d'Europe, on apprend que les autorités françaises pourraient refuser l'accès aux équipes britanniques et irlandaises. Aussi, les équipes françaises se déplaçant outre-Manche pourraient ne pas obtenir le "motif impérieux".

La menace Covid. La Coupe d'Europe de rugby, dont la 2e journée doit se disputer de vendredi à dimanche, est à nouveau perturbée par la pandémie et les nouvelles restrictions de voyages entre France et Royaume-Uni.

Pas de déplacements professionnels

La nouvelle est tombée jeudi matin, prenant les différents acteurs du rugby européen par surprise: le gouvernement français a annoncé rétablir, à compter de samedi, l'obligation de "motifs impérieux" pour les voyageurs en provenance et à destination du Royaume-Uni face à "la diffusion extrêmement rapide du variant Omicron".

Ainsi, "à compter de ce samedi matin 0 heure", il y aura "obligation de disposer d'un motif impérieux pour se rendre ou venir du Royaume-Uni, pour les personnes non vaccinées comme les personnes vaccinées" mais ces motifs "ne permettront pas de se déplacer pour raisons touristiques ou professionnelles", a précisé le gouvernement.

Ce qui complique les affaires de La Rochelle (en déplacement à Bath), de Clermont (à Sale), de Castres (au Munster), de Bordeaux-Bègles (Scarlets). Mais aussi celles du Racing 92 (qui reçoit les Ospreys), du Stade toulousain (Wasps) et du Stade français (Bristol).

"L'EPCR est en contact avec les autorités françaises afin de comprendre les nouvelles mesures annoncées et d'évaluer l'impact sur les matchs de la 2e journée", a d'ailleurs expliqué l'EPCR à l'AFP.

Multiplication de cas

Avant même les annonces françaises, la Coupe d'Europe était menacée par une multiplication des cas positifs dans les équipes de part et d'autre de la Manche.

La 1re journée avait déjà vu l'annulation de Bristol-Scarlets après le placement en quarantaine d'une trentaine de membres de l'équipe galloise, joueurs et staff.

Pour la 2e journée, Montpellier a annoncé mardi un cinquième cas positif au Covid-19, forçant le club héraultais à adapter son entraînement, avec des groupes séparés. Le MHR a pu souffler un peu puisqu'aucun des nouveaux tests de mercredi n'est revenu positif.

Le Leinster, leur adversaire de vendredi, avait de son côté décalé sa séance d'entraînement de lundi à mardi. Les Irlandais, titrés à quatre reprises dans la compétition, ont également détecté de nouveaux cas positifs.

Dans la "petite" Coupe d'Europe, le Challenge européen, le match entre Pau et les Saracens a été annulé en raison du trop grand nombre de cas dans le club anglais. Quatre cas positifs à Lyon mettent en balance la tenue du déplacement à Newport, chez les Gallois des Dragons.

Toulouse pour confirmer, l'UBB pour se rattraper

Si les matches devaient bien avoir lieu, les huit clubs de Top 14 devront faire mieux que lors de la 1re journée: avec seulement trois victoires, celles du Racing 92, de Toulouse et de La Rochelle, les Français, le bilan hexagonal n'est pas vraiment reluisant.

Assommé par Exeter (42-6), Montpellier aura d'ailleurs du pain sur la planche face à l'ogre Leinster. Comme l'UBB, battu de justesse par Leicester (16-13) et qui aura à coeur de se reprendre devant les Scarlets.

De son côté, le Racing voudra confirmer sa bonne forme retrouvée face aux Ospreys tandis que le tenant toulousain affronte les Wasps, l'occasion de retrouvailles pour le deuxième ligne des Rouge et Noir et des Bleus Thibaud Flament, passé par le club anglais avant de débarquer dans le Sud-Ouest.

Contenus sponsorisés