Icon Sport

Martinez : "Une année à zéro prélévement pour les clubs"

Martinez : "Une année à zéro prélévement pour les clubs"
Par Nicolas Augot via Midi Olympique

Le 26/03/2020 à 16:26Mis à jour Le 26/03/2020 à 16:27

CORONAVIRUS - Alexandre Martinez, le trésorier de la Fédération française, dévoile le financement du plan de relance du rugby français voulu par le président Bernard Laporte. Un plan qui se veut équitable pour l'ensemble des clubs et qui ne mettra pas la FFR en danger. Explications.

Quelle est la genèse de ce plan de relance annoncé par la Fédération française ?

Ce plan doit son existence à la volonté forte et très tôt exprimée de notre Président Bernard Laporte.

Il a, au tout début de cette crise, définit le cadre de ce plan de relance du Rugby Français dont le volet financier, qui me concerne tout particulièrement, doit s’appuyer sur les lignes directrices suivantes : Tout d'abord, dégager, sans remettre en question la solidité financière de la FFR, une enveloppe financière conséquente pour aider l’ensemble du monde du rugby à faire face à la crise. Ensuite, diagnostiquer ce que pourrait être l’impact de la crise sur notre rugby, puis aller vite afin d’apporter des réponses aux questions que se posent nombre de dirigeants et d’acteurs de notre rugby afin, entre autres, de les rassurer. Enfin, il ne faut pas remettre en cause le programme de réorientations de ressources en direction des clubs amateurs qui a permis de redistribuer de l’ordre de 16,5M€ aux clubs.

Quel a été le diagnostic qui a été posé ?

Ce diagnostic opéré à partir de remontées spontanées de clubs, d’échanges avec des présidents et autres dirigeants nous a permis très rapidement de constater que la fin de l’actuelle saison, suspendue, du fait de la crise présente beaucoup d’inconnues pour les clubs, notamment son devenir mais aussi et surtout la perte de recettes importantes qui pèseront dans les comptes de la saison. Il est aussi établi que le plus dur aller arriver avec le lancement de la saison prochaine qui sera probablement concomitant à la reprise d’après crise, reprise qui mobilisera tous les acteurs du monde économique, dont les partenaires de nos clubs qui auront leurs regards tournés vers de multiples horizons. Il fallait donc mettre en place un volet financier du plan de relance qui intègre une fin de saison difficile et une saison prochaine plus difficile encore, c’est le pourquoi ce volet financier s’articule autour de deux séries de mesures au bénéfice des clubs : des mesures destinées à terminer la saison en cours indépendantes de ce que sera cette fin de saison, mais aussi des des mesures visant à alléger substantiellement les contraintes financières de la saison prochaine pour nos clubs.

Pouvez-vous nous dire quelles sont ces mesures ?

Ces mesures sont destinées à aider les clubs sur la fin de saison 2019-2020 et l’intégralité de la saison 2020-2021. Au titre de la fin de la saison actuelle elles consistent à verser toutes les aides aux clubs inscrites au budget et ce quel que soit le contenu de la fin de saison ; que celle-ci se poursuive totalement, partiellement ou pas du tout. Aussi, on va stopper à la date du 1er Avril 2020 tous les prélèvements opérés par les ligues régionales auprès des clubs réduisant d’une valeur estimée à 25% le montant prélevé annuellement sur les clubs au titre des licences assurances, des cotisations licences, des coûts des mutations et des timbres non actifs. Enfin, nous allons réexaminer avec la LNR les conditions financières liées à la mise en œuvre de la convention FFR/LNR. L’ensemble de ses mesures représente une enveloppe estimée à 14 millions d'euros. Au titre de la saison 2020-2021 ces mesures consistent à faire de cette saison prochaine une année à zéro prélèvement pour les clubs soit : pas de cotisations licences, pas de licences assurances, gratuité des mutations, gratuité des timbres non actifs. L’ensemble de ces mesures représente une enveloppe estimée à 21 millions d'euros. Soit au total pour l’ensemble du volet financier de ce plan une enveloppe de 35M€, effort massif s’il en est et ce d’autant plus qu’ainsi qu’évoqué ci-dessus le programme de réorientation des ressources sera maintenu.

Comment sera financé ce plan, qu’elle est l’origine des fonds ?

Tout d’abord il est important de rappeler la solidité financière de la FFR qu’illustrent son niveau de Trésorerie qui était de l’ordre de 80 millions d'euros à la fin février 2020, dont il est vrai une part importante due au fonds assurance, son niveau de fonds propres de plus de 32 millions d'euros, l’absence de dettes ce qui n’aurait pas été le cas si nous avions à payer les frais financier et les amortissements d’un grand projet… Tous ces éléments donnent à la FFR une véritable marge de manœuvre financière. C’est pourquoi j’ai proposé qu’une partie nos fonds propres soit mise à contribution pour financer une partie de ces mesures, c’est-à-dire les mesures hors cotisations assurances dont le montant total est estimé à 18 millions d'euros environ et de recourir au fonds assurances pour financer les cotisations assurances non prélevées soit de l’ordre de 17 millions d'euros.

Connaissez-vous l’impact de ces décisions sur les fonds propres et le fonds assurances ?

Sur nos fonds propres l’impact devrait se situer autour de 7 à 8 millions d'euros faisant passer ceux-ci de 32 à 25 millions d'euros à l’issue de la présente saison, montant qui ne devrait que très peu évoluer à la fin de la saison prochaine toutes choses égales par ailleurs.

Vous nous dites que l’impact sur les fonds propres de la FFR ne sera que de 7 à 8 millions d'euros alors que vous allez financer de l’ordre de 18 millions avec ces mesures, cela mérite une explication ?

En effet la rigueur de gestion de la FFR laissait entrevoir un résultat nettement positif à l’issue de la présente saison à cela s’ajoutent une réduction des dépenses du fait d’annulations d’événements liés à la crise que nous vivons, l’utilisation des sommes inscrites au budget pour les compétitions amateurs. L’ensemble de ces opérations cumulées sont estimées à 10 millions d'euros environ qui rajoutés au prélèvement sur nos fonds propres de 8 millions d'euros environ permettent de boucler cette première partie estimée à 18 millions d'euros.

Et à propos du fonds assurance il contribuera donc à hauteur des 17M€ restants?

Vous avez parfaitement compris. En effet le fonds assurance qui correspond à des cotisations prélevées sur les Club atteint aujourd’hui un niveau (58M€) peu facile à expliquer, il est surtout le résultat d’une gestion passée que je ne commenterai pas. Sa raison d’être est de venir compléter la prime versée à notre assureur lorsque au cours d’une saison le nombre de grands blessés est élevé obligeant la FFR à compléter la prime annuelle versée.

Son dimensionnement initial, lorsque il a été mis en place était de permettre à la FFR de faire face au versement des compléments de primes grands blessés maximum sur deux saisons consécutives ce qui représente aujourd’hui un montant de 26M€ soit très, très supérieur au montant actuel du Fonds assurance. C’est pourquoi sera mis au vote lors de notre prochaine assemblée générale programmée début Juillet 2020 l’utilisation d’une partie du Fonds Assurance pour financer les cotisations assurances qui ne seront ainsi pas prélevées sur les Clubs en cette fin de saison et la saison prochaine soit 17 M€ environ cumulés. Je tiens à souligner que ce type d’opération qui consiste en fait à restituer aux clubs une partie du Fonds Assurance issus des prélèvements Clubs était trop important a déjà été réalisée par le passé, du fait d’un montant trop élevé. Il est évident que cette mesure (fonds assurance) devrait bénéficier, si elle est votée à l’AG à l’ensemble des clubs français amateurs et professionnels.

Mais ces mesures ne vont-elles pas peser lourdement sur la trésorerie lourdement sur la trésorerie FFR ?

Effectivement ces mesures auront un impact direct sur notre trésorerie que l’on peut estimer à 25 millions d'euros environ, auquel la trésorerie FFR pourra faire face très correctement.

Vous n’avez pas abordé l’hypothèse CVC dans le financement de ces mesures ?

Ainsi que vous le dites, il s’agit d’une hypothèse et donc il n’y a pas lieu, pour ce qui me concerne, dans la situation de crise que nous connaissons de construire un tel plan sur de l’hypothétique.

Enfin, comment sera répartie cette aide ?

La particularité de la mise en œuvre de ces mesures repose sur la recherche d’équité. Celle-ci sera garantie par le principe même de la suppression des prélèvements dès le 1er avril 2020 et pour l’intégralité de la saison 2020-2021, car en effet les montants prélevés sont directement proportionnels à l’activité et la taille des clubs créant ainsi un impact positif relativement homogène pour l’ensemble de nos clubs.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés