Icon Sport

56 millions d'euros de perte, baisse de 25% sur les salaires... On fait le point en Angleterre

56 millions d'euros de perte, baisse de 25% sur les salaires... On fait le point en Angleterre
Par Simon Valzer via Midi Olympique

Le 31/03/2020 à 12:21Mis à jour Le 31/03/2020 à 13:13

CORONAVIRUS - Alors que l'épidémie de Covid-19 s'apprête à frapper de plein fouet le Royaume-Uni, la fédération anglaise a estimé ses pertes financières à plus de 56 millions d'euros dans les 18 mois à venir.

Alors que le Royaume-Uni compte près de 20 000 cas déclarés et déplore 1200 décès dû au coronavirus, la fédération anglaise se mobilise aussi sur le plan financier et élabore un plan pour que le rugby anglais survive à cette crise sans précédent. En effet, c'est par l'intermédiaire d'un communiqué que le président de la RFU, Bill Sweeney, a fait savoir que son instance avait estimé ses futures pertes à plus de 56 millions d'euros sur les 18 prochains mois.

Des pertes records que le président explique ainsi : « La Fédération s'était déjà préparée à de possibles pertes financières en raison des coûts liés à la participation à la Coupe du monde 2019 ainsi qu'au fait de ne recevoir que deux fois à Twickenham pour le dernier Tournoi des 6 nations. Seulement, les pertes que nous allons subir seront très nettement supérieures à cela, de la même façon que toutes les entreprises du pays se trouvent face à une crise grave. Nos plus grandes pertes viennent de la fermeture du stade de Twickenham. Nous sommes dans la même position que n'importe quel club de rugby : si nous ne pouvons organiser des rencontres dans notre stade nous ne pouvons générer des revenus. »

Dans la foulée, Sweeney a annoncé que tous les membres du comité exécutif de la RFU acceptaient de voir leurs salaires réduits de 25 %, tandis que les frais divers allaient être réduits de 75 %. La fédération anglaise a aussi tenté de venir en aide à ses clubs amateurs avec un plan d'environ 8 millions d'euros. Un plan qui paraît pourtant maigre au vu du nombre de clubs anglais, et qui a surtout tardé à voir le jour en comparaison aux fédérations écossaises et galloises qui ont pris des mesures bien plus rapides.

Le Premiership songe à organiser quatre matchs dans un même stade

En clair, le rugby anglais va devoir se serrer la ceinture. La majorité des clubs du Premiership ont d'ores et déjà annoncé à leurs joueurs qu'ils devront consentir à une baisse de 25 % de leurs revenus. En milieu de semaine dernière, ce fut au tour du sélectionneur anglais Eddie Jones de le faire : « Eddie est actuellement à l'étranger mais il a immédiatement accepté ma demande de baisser son salaire de 25 % quand je lui ai demandé », a affirmé Bill Sweeney.

De leurs côtés, les dirigeants du Premiership espère toujours terminer la saison régulière, à la différence de tous les championnats inférieurs qui se sont vus annulés il y a dix jours. Officiellement, le Premiership est suspendu jusqu'au 24 avril prochain. Mais comme en France, ses dirigeants planchent sur différents scénarii de reprise : « Notre priorité numéro un est de trouver un moyen de reprendre la compétition », a martelé cette semaine Darren Childs, patron exécutif du Premiership. « Nous voulons terminer la saison, et cela implique de jouer pendant l'été, nous le ferons si cette solution est sûre pour la santé de tous. Nous ne prendrons aucun risque sur la santé de chacun. On travaille tous à remettre du sport à la télévision, que ce soit dans un stade vide ou plein. » Et les dirigeants anglais vont loin dans leur brainstorming : « Il n'y a pas de raison qui nous interdirait de jouer quatre matchs dans un week-end à l'intérieur d'un même stade. Cette concentration réduirait considérablement l'organisation autour des rencontres. » A situation exceptionnelle, mesures exceptionelles...

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés