• Premiership - Le talonneur Jamie George (Saracens)
    Premiership - Le talonneur Jamie George (Saracens)

George et Kaabèche omniprésents, les touches ont coulé : le baromètre de Lyon-Saracens

Par Rugbyrama
Le | Mis à jour

CHAMPIONS CUP - Les Lyonnais n'ont pas démérité mais se sont incliné contre le leader anglais toujours invaincu en championnat. Il leur aura manqué un peu de consistance, notamment dans le final et dans le secteur des touches. A contrario, Ben Earl et Jamie George ont étalé toutes leurs qualités.

Les tops

  • Ben Earl

Le meilleur joueur de Premiership édition 2021-2022 aura justifié son statut. Quand Owen Farrell temporise avec une feinte de passe avant de la donner à Ben Earl, celui-ci est bien dans l'intervalle. Le troisième ligne aile peut aller conclure pour faire un premier break dans le match (0-15). Sans compter le franchissement réalisé en début de match, qui donne sur une pénalité contre Taufua. Utile en défense (9 plaquages), il aura parcouru 35 mètres ballon en main : de loin le meilleur avant sur la pelouse de Lyon.

  • Jamie George

Jamie George collects his own lineout at the back of a maul and the pack do the rest ?

An early lead for @Saracens in France ?#HeinekenChampionCup pic.twitter.com/7JIugSF6oy

— Heineken Champions Cup (@ChampionsCup) December 17, 2022

Tout n'aura pas été parfait pour le talonneur du XV de la Rose, à l'image de cette erreur de transmission avec van Zyl avant la pause ou les difficultés anglaises en touche. Mais son activité dans le jeu courant a été précieuse pour les Sarries. Au-delà de ses neuf plaquages (2e meilleur total du match), il aura conclu le premier essai des siens en pilotant un ballon porté, et il aura gratifié le public de Gerland d'un superbe coup de pied pour l'essai de Maitland. Le talonneur était le premier à recevoir le ballon après la percée de Lozowski.

More front rows doing special things in open spaces ?

Just the inch-perfect try-assist kick from @J_George2 for Sean Maitland as @saracens retake the lead ?#HeinekenChampionsCup pic.twitter.com/YJFQWk5duA

— Heineken Champions Cup (@ChampionsCup) December 17, 2022
  • Hamza Kaabèche

"C'est la première fois que je met un doublé !" Le pilier gauche du Lou est apparu tout sourire à la mi-temps au micro de beIN Sports. Avant le retour aux vestiaires, il s'était déjà offert deux essais. Le premier grâce à sa puissance et la bonne avancée de Théo William ; le second parce qu'il était resté seul dans le couloir gauche. Et ses partenaires sont parvenus à le trouver. Lancé à toute vitesse, il résistait au retour de Callum Hunter-Hill. Ses quelques belles percussions dans le jeu ont permis à Lyon de souffler.

You love to see it ?

Loosehead prop Hamza Kaabeche out on the wing and blazing over for his second try to put @lelourugby back in the game ?#HeinekenChampionsCup pic.twitter.com/8TXVNV2SWR

— Heineken Champions Cup (@ChampionsCup) December 17, 2022

Les flops

  • Alec Clarey

Le pilier droit remplaçant n'était rentré que depuis six minutes quand il s'est rendu coupable d'un geste violent, à savoir un plaquage à l'épaule contre la tête d'Arno Botha. Après visionnage à la vidéo, M. Murphy n'a pas hésité à sortir le carton rouge. Et cela a mis ses partenaires dans une situation délicate pour les quatorze minutes restantes dans le match.

  • Les touches

Dans une rencontre aussi agréable, tant sur le plan du contenu que du suspense, il est dommage de constater que les lancers en touche ont rarement été assurés, et ce des deux côtés. La plus symbolique est sans doute la touche de Guillaume Marchand captée par Félix Lambey. Si ce premier geste est assuré, Loann Goujon ne contribue pas à la bonne formation du maul. Écran pénalisé et ballon rendu dans les 22 mètres anglais...

  • Loann Goujon

Trop peu actif dans le jeu à son entrée (63e), Loann Goujon se sera surtout fait remarquer par deux pénalités coup sur coup qui annihilèrent les chances lyonnaises. Pour la première, il est coupable d'être du mauvais côté de la formation du maul lyonnais dans les 22 mètres adverses. Dans la foulée, il est sanctionné au même titre que Théo William pour avoir fait écrouler le maul adverse. Elliot Daly pouvait passer la pénalité de la gagne.