• Champions Cup - Grégory Alldritt (La Rochelle)
    Champions Cup - Grégory Alldritt (La Rochelle)

Le baromètre de La Rochelle-Northampton : des "gros" très costauds, Kerr-Barlow dans leur sillage

Le | Mis à jour

CHAMPIONS CUP - Dans une rencontre totalement à sens unique, nombreux ont été les Rochelais à s’illustrer dans ce premier match de Champions Cup. Devant, c’est un satisfecit général, derrière, Dulin et Kerr-Barlow ont brillé... Voici le baromètre de La Rochelle-Northampton !

Les tops

  • Brice Dulin

C’est lui qui a permis de parfaitement lancer la rencontre pour les Rochelais. Après un jeu au pied rasant dans le dos de la défense des Saints, il a su profiter du loupé de Tom James pour inscrire le premier essai de son équipe. Ensuite, son pied gauche a souvent été précieux. Il a notamment trouvé une belle touche "50/22" (19e). Il a également su soulager ses partenaires à l’instant de la période d’infériorité numérique suite au carton jaune de Jonathan Danty (31e). Globalement, il a été un des meilleurs rochelais durant cette rencontre.

  • Tawera Kerr-Barlow

Certes, le demi de mêlée rochelais a joué dans un fauteuil tant ses avants ont dominé les collisions et le combat, mais il a su parfaitement gérer le jeu rochelais. Souvent en faisant jouer ses avants autour des zones de ruck, parfois avec de l’alternance et des petits jeux au pied pertinents. C’est lui qui a contré son vis-à-vis Tom James en début de seconde période pour offrir un essai à son troisième ligne centre Grégory Alldritt. Un grand match de la part de l’ancien All Black.

  • Le paquet d’avants rochelais

Quelle puissance ! Quelle maîtrise ! Les "gros" ont réalisé un match de costaud. Non seulement, ils ont dominé les phases de conquêtes classiques, mais ils ont toujours réussi à jouer dans l’avancée. Atonio, comme à son habitude, a été un point d’ancrage important. Tout comme Will Skelton. De son côté, Pierre Bourgarit s’est montré égal à lui-même dans le combat au sol. Il s’est même offert un essai solo avec feinte de passe en prime (22e). Yoann Tanga a également été dans tous les bons coups, affichant une activité XXL. Quant à Grégory Alldritt, très en colère après la défaite samedi dernier à Paris face au Stade français, a réalisé une performance internationale.

Les Rochelais atomisent Northampton ! #HeinekenChampionsCup ?

Le film du match > https://t.co/pzRDxyg5VP ? pic.twitter.com/f8BG9moqpG

— RUGBYRAMA (@RugbyramaFR) December 10, 2022

Les flops

  • Tom James

On ne peut pas dire de Tom James qu’il ait su "driver" son équipe. Le demi de mêlée de Northampton s’est montré fébrile dès le début de la rencontre. D’abord, c’est lui qui a raté le contrôle du jeu au pied à suivre de Brice Dulin. Un loupé qui a permis à l’arrière rochelais de merveilleusement bien lancer la rencontre avec ce premier essai moins de deux minutes après le coup d’envoi du match. Ensuite, il a, à plusieurs reprises, montré une qualité de passe très médiocre et s’est fait contrer un jeu au pied en début de seconde période par Kerr-Barlow, amenant l’essai de Grégory Alldritt.

  • Aaron Hinckley

Le troisième ligne aile des Saints s’est érigé en symbole de l’indiscipline anglaise. Non pas qu’il ait commis plus de faute que ses partenaires, mais il a écopé d’un carton jaune quatre minutes avant la pause. Et pour cause. A cet instant de la rencontre, Northampton avait déjà commis plus de dix fautes. Un chiffre pharaonique. Le grand chauve au bandeau noire a donc payé pour l’ensemble de ses partenaires une fâcheuse indiscipline.

  • La défense des Saints

Encaisser 32 points en quarante minutes (sans en rendre un seul), ça n’arrive pas tous les jours en Champions Cup. C’est pourtant ce qu'ont réussi les Saints de Northampton sur la pelouse du Stade rochelais lors de la première période de cette rencontre. Evidemment, on pensait les joueurs anglais capables de sonner la révolte lors du deuxième acte. Raté. Ils ont affiché autant d’insuffisances dans leur animation défensive que dans leur agressivité sur l’homme. Les joueurs D’Alan Dickens ont constamment perdu les collisions. Ils ont au moins eu le mérite de sauver l'honneur en fin de match... profitant d'une supériorité numérique.