Icon Sport

Les clubs anglais et gallois veulent refuser de venir en France à cause des règles sanitaires

Les clubs anglais et gallois veulent refuser de venir en France à cause des règles sanitaires

Le 11/01/2022 à 08:58Mis à jour Le 11/01/2022 à 11:11

COUPES D'EUROPE - Décidément, cette saison de coupes d'Europe tient son lot de rebondissements. Alors que les troisièmes journées de Champions Cup et de Challenge Cup doivent se dérouler ce week-end, les clubs anglais et gallois qui se déplacent en France sont prêts à boycotter la journée en raison des règles sanitaires dans l'hexagone. Des discussions sont en cours selon le Daily Mail.

Les clubs concernés sont Newcastle, Bath, Sale et les Scarlets qui doivent respectivement se déplacer à Biarritz, La Rochelle, Clermont et Bordeaux ce week-end. Pour l'heure, les médias anglais révèlent que les projets de voyage sont suspendus et que des négociations d'urgences ont été entamées pour assouplir les règles sanitaires. Pour rappel, les équipes qui se déplacent en France sont censées observer 48h de quarantaine dès leur arrivée en France et toute personne positive au virus pourrait se retrouver bloquée pendant dix jours. Une mesure trop dure selon les équipes anglaises et galloises donc, qui rappellent que les clubs français ne sont soumis à aucune restriction lorsqu'ils pénètrent au Royaume-Uni.

Newcastle lance un ultimatum, les Scarlets craignent d'être de nouveau bloqués

Les clubs d'outre-mer espèrent ainsi que les autorités et l'EPCR réussissent à convaincre le Gouvernement français d'assouplir les restrictions de quarantaine, mais cette option est jugée improbable. Newcastle, qui doit jouer à Aguilera vendredi soir, devait voyager dès ce mercredi pour être dans les temps au vu de la quarantaine de 48h, mais les Falcons ont finalement décidé d'organiser un vol seulement pour vendredi matin. Ils ne feront le voyage que si l'exigence de quarantaine est supprimée.

Les dirigeants du club anglais avaient envisagé la possibilité de rester en France entre les matchs à Biarritz et à Toulon, huit jours plus tard. Mais le coût de l'opération a été jugé trop élevé. Pour Newcastle comme pour les autres équipes d'outre-manche, un match en France reviendrait à payer environ 70 000 livres sterling (84 000 euros). "Nous avons besoin de clarté le plus tôt possible, la période de quarantaine est encore un sujet à régler", avait lancé le directeur du Rugby de Bath, Stuart Hooper.

Contenus sponsorisés