Icon Sport

Trop imprécis, le Stade Français chute à Bristol

Trop imprécis, le Stade Français chute à Bristol

Le 15/01/2022 à 22:47Mis à jour Le 15/01/2022 à 23:13

CHAMPIONS CUP - Mené 14-7 à la pause, le Stade français n’a pas su renverser la tendance en seconde période et s’est incliné 28-17 face aux Bristol Bears, portés par un Harry Randall des grands soirs.

Après avoir été battu par Connacht lors de la première journée (36-9), puis avoir vu la réception de Bristol être annulée à cause du contexte sanitaire, le Stade français s’est incliné ce samedi soir 28-17 sur la pelouse des Bristol Bears. Avec deux défaites pour un nul, les joueurs de Gonzalo Quesada sont désormais onzièmes du classement de la poule B.

Au Ashton Gate Stadium de Bristol, les deux équipes proposaient rapidement un beau spectacle. Si l’entame de match était marquée par de nombreux turnovers, elle permettait surtout de voir une défense anglaise hermétique et bien organisée, sur laquelle se heurtait l’attaque parisienne, sans trouver de solution. De leur côté, les Bristol Bears ouvraient le score au quart d’heure de jeu. Harry Randall décidait de jouer rapidement une pénalité dans son propre camp et le demi de mêlée anglais surprenait tout le monde avant de servir Henry Purdy (7-0, 15e).

En difficulté en mêlée fermée, le Stade français avait du mal à mettre son jeu en place. Dix minutes après l’ouverture du score, et à la suite d’un magnifique “50-22” trouvé par Harry Randall, Piers O'conor gagnait son duel face à Paul Champ petit côté et les locaux doublaient la mise (14-0, 25e). Il fallait attendre le temps additionnel et un nouveau “50-22” trouvé, cette fois, par Arthur Coville, pour voir Paris marquer ses premiers points de la rencontre. Après une touche bien négociée par l’alignement des visiteurs, Nicolas Sanchez tapait un petit coup de pied par-dessus la défense adverse et Léo Barré filait dans l’en-but (14-7, 40+2e).

Randall, quel match !

Impliqué sur les deux essais de son équipe en première période, Harry Randall décidait de jouer rapidement une mêlée à 5 mètres de l’en-but adverse en début de deuxième mi-temps. Grâce à ses crochets, il éliminait trois défenseurs et redonnait un matelas confortable aux siens (21-10, 49e). Comme en première mi-temps, dix minutes plus tard, Bristol assommait le Stade français. Après une percée de Luke Morahan depuis ses 22 mètres, Piers O'Conor s’offrait un doublé (28-10), 59e).

Distancé, mais pas résigné, le Stade français pouvait compter sur la fraîcheur de son banc et la bonne entrée de Marcos Kremer pour relever la tête dans le second acte. L’Argentin, grâce à sa densité physique, remettait son équipe dans le droit chemin et son compère Antoine Burban, en force, redonnait un peu espoir aux joueurs de la capitale (28-17, 65e). Trop imprécis, à l’image de cette pénaltouche non trouvée par Nicolas Sanchez (69e), les soldats roses ne parvenaient cependant pas à inverser la tendance en fin de match et s’inclinaient 28-17.

Avec cette défaite à zéro point, la qualification s’éloigne pour Paris, qui n’a plus son destin entre les mains.

Contenus sponsorisés