Icon Sport

Le Stade rochelais retrouve la finale, au détriment d’un Racing 92 trop indiscipliné

Le Stade rochelais retrouve la finale, au détriment d’un Racing 92 trop indiscipliné

Le 15/05/2022 à 18:04Mis à jour Le 15/05/2022 à 18:30

CHAMPIONS CUP - Les Rochelais disputeront une deuxième finale de rang, au bénéfice de leur victoire sur le fil face au Racing 92, 20 à 13, au stade Félix-Bollaert de Lens. Les Maritimes ont notamment profité de la grande indiscipline de leur adversaire pour tirer leur épingle du jeu, cela malgré du déchet.

19 à 12, ce n’est pas le score, mais il s’agit du nombre de pénalités concédées par les deux équipes, ce qui en dit long sur la physionomie de la rencontre. Les Franciliens ont été les plus sanctionnés, à l’image de ces deux cartons jaunes contre Chat (52e) et Tanga (53e) au retour des vestiaires.

Un moment de bascule qui a alors vu les Maritimes prendre le dessus d’un essai de pénalité pour maul écroulé (53e, 13-15), et ne plus jamais perdre le leadership d’un duel accroché, disputé, marqué tout de même par un certain déchet ; l’enjeu ayant pris le pas sur le jeu…

Autre fait marquant de cette partie, des buteurs pas en réussite, en partie à cause d’un vent plutôt imprévisible, et peut-être aussi à cause de la pression. On pense alors à Ihaia West du côté de La Rochelle, qui a laissé 8 points en route (12e, 40e et 46e), terminant avec un bilan de 1 sur 4, et à Pierre Popelin par la suite, avec deux échecs et 5 points manqués (69e et 80e), mais dans des positions plus délicates. D’abord auteur d’un 3 sur 3 pour le Racing (3e, 28e et 51e), Nolann Le Garrec a ensuite laissé filer 6 points (60e et 62e) qui auraient pu changer la donne.

Malgré Vakatawa, le Racing chute ; Alldritt et West en finisseurs

Cette demi-finale de Champions Cup avait pourtant vu le Racing prendre les devants et mener 10 à 0 quasiment jusqu’à la demi-heure de jeu. Dans un très bon jour, Virimi Vakatawa était parvenu à ouvrir une brèche dans la défense après une session de pick and go (26e, 8-0).

Mais juste avant la pause, suite à une phase de domination de plusieurs minutes près de la ligne, La Rochelle a aussi trouvé la faille par l’intermédiaire de Gregory Alldritt sur un côté fermé, après une mêlée (40e, 10-8). Les Jaune et Noir étaient alors, pour la première fois, récompensés de leurs efforts, après s’être logiquement vu refuser un essai à la vidéo (21e).

Alors que l’on a déjà évoqué l’essai de pénalité en faveur de La Rochelle comme un tournant, le choix du Racing d’aller en touche (65e) sans parvenir à scorer, après deux échecs au pied, a aussi fait basculer la fin de partie. Et dans un final où les vice-champions d’Europe en titre sont entrés en mode gestion, c’est Ihaia West – pourtant frustrés par ses échecs au pied – qui est venu porter l’estocade sur un côté fermé d’un saut aussi démonstratif que libérateur (80e, 13-20).

Le Stade Rochelais disputera donc une deuxième finale européenne en deux ans, et retrouvera le Leinster le 28 mai prochain du côté de Marseille.

Contenus sponsorisés