Icon Sport

Contrat rempli pour le Stade français face au Connacht

Contrat rempli pour le Stade français face au Connacht

Le 23/01/2022 à 15:53Mis à jour Le 23/01/2022 à 16:35

CHAMPIONS CUP - Longtemps mené au score et réduit à quatorze après l’expulsion de Tolo Latu, le Stade français s’est imposé avec le bonus offensif contre les Irlandais du Connacht, déjà qualifiés. Vainqueurs 37-31, les Parisiens font provisoirement leur entrée dans les huit et se rapprochent de la qualification en attendant le résultat des Wasps sur la pelouse du Munster (16h15).

Le Stade français devait bénéficier d’un alignement parfait des astres pour espérer se qualifier pour les huitièmes de finale de cette Champions Cup. Pour espérer entrer dans les huit, le club de la capitale se devait de gagner avec le bonus offensif et six points d’écart contre le Connacht. Grâce à une ultime pénalité de Joris Segonds sur le gong, les Parisiens ont rempli le contrat au terme d’un scénario renversant.

Pourtant, tout n’a pas vraiment bien démarré du côté du stade Jean-Bouin. Le troisième ligne Sekou Macalou aurait été sanctionné pour ne pas être arrivé à l’heure au rassemblement. La tuile. Contre une équipe irlandaise du Connacht déjà qualifiée, les Parisiens se font rapidement surprendre dès les premières minutes du match. Sur leur premier temps fort dans les 22m du Stade français, le Connacht exploite à merveille une première pénaltouche. Carty ajuste une passe au pied pour Wooton qui conclut ce premier mouvement irlandais : 0-7 (8e). Pour espérer décrocher un hypothétique billet pour la suite de la compétition, le Stade français doit s’imposer avec le bonus offensif. Le match est dynamique, les deux équipes jouent à la main. Mais Paris s’expose et le Connacht s’appuie sur une ligne de trois-quarts très véloce. Les Irlandais sont tout près d’inscrire le deuxième essai de la rencontre sur un superbe mouvement au large. Arnold croise avec Wooton sur les 22m adverses avant de retrouver O’halloran. Mais l’essai est refusé par M. Barnes pour un écran. Jean-Bouin peut souffler (10e).

Le Stade français rentre progressivement dans son match dans le sillage d’un Laumape qui retrouve enfin des attitudes dignes de son statut. Pour son retour sur les terrains après sa rupture des ligaments croisés en finale de Champions Cup la saison dernière, le pilier Clément Castets prend le dessus sur son homologue. Le pack parisien permet à Nicolas Sanchez de débloquer le compteur sur pénalité : 3-7 (17e). Dans une bonne dynamique, les joueurs de Gonzalo Quesada débordent la défense irlandaise. Adrien Lapegue fait la différence sur son aile gauche et résiste au retour des Irlandais pour allonger le bras dans l’en-but. Paris prend l’avantage : 10-7 (20e). Remis dos à dos sur une pénalité de Jack Carty (23e), les deux équipes relancent aux quatre coins du terrain. Le Connacht multiplie les fautes. Alo’Emile fait parler sa puissance plein axe sur les 22 adverses. Le ballon sort côté droit. Veainu joue les funambules en bout de ligne et donne à Barré qui plonge dans l’en-but. Mais M. Barnes est alerté pour un déblayage à l’épaule de Tolu Latu. Essai refusé et carton jaune (35e). La triple peine pour Paris qui encaisse un essai dans la foulée inscrit par Blade après une feinte de passe dans le fermé (10-17).

Lapegue héros du jour, Laumape étincelant, Latu voit rouge

Mené à la pause, le Stade français s’appuie sur la rentrée de James Hall pour mettre encore plus de vitesse dans son jeu. Nicolas Sanchez prend le trou depuis ses 40m et décale Laumape qui termine sa course dans l’en-but et inscrit donc son premier essai sous ses couleurs parisiennes (15-17, 42e). De retour de carton jaune, Tolu Latu ne passera pas beaucoup de temps supplémentaire sur la pelouse de Jean-Bouin. Sanctionné dans un ruck, le talonneur australien conteste le coup de sifflet de Wayne Barnes. Enervé par les propos tenus, l’arbitre anglais sort le rouge (47e). C’est alors le début d’un scénario complètement fou. Un nouveau match démarre. Le Connacht score à nouveau dans la foulée sur un essai de Farrell (15-24, 49e). En infériorité numérique, Paris sait qu’il n’a pas le choix. Jouer, jouer et encore jouer. Nicolas Sanchez met Hamdaoui sur orbite après une valise de James Hall (53e, 20-24). Les Irlandais répondent du tac au tac avec un mouvement d’école qui envoie Buttler sous les perches pour le bonus offensif (20-31, 61e).

La situation est délicate pour les Parisiens mais le banc va faire feu de tout bois. Titularisé en dernière minute, Ryan Chapuis permet de croire encore en l’exploit (27-31, 69e). Le Connact est à son tour réduit à quatorze suite à la sortie sur carton jaune d’Oliver (70e). S’en suit une fin de match totalement folle et renversante. Les séquences de jeu s’éternisent dans un rythme endiablé. Segonds ajuste une longue sautée pour Lapègue qui rentre sa course. Le Stade français repasse devant : 34-31 (75e). Adrien Lapegue que l’on retrouve en sauveur sur une contre-attaque irlandaise, mettant un surnombre en échec et qui aurait condamné tout espoir de victoire et de qualification. Sur une ultime mêlée, Joris Segonds a l’occasion de creuser cet écart de six points, 50 mètres face aux poteaux (79e). Le ballon s’écrase entre la barre et le poteau gauche. Le Connacht relance mais se met à la faute. Un caviar pour Joris Segonds, 15m sur la droite, qui permet au Stade français d’y croire encore.

Contenus sponsorisés