Icon Sport

Le Racing fait un pas vers les quarts de finale en maîtrisant le Stade Français à Jean-Bouin

Le Racing fait un pas vers les quarts de finale en maîtrisant le Stade Français à Jean-Bouin

Le 09/04/2022 à 20:21Mis à jour Le 09/04/2022 à 20:36

CHAMPIONS CUP - Pour le compte des huitièmes de finale aller de la Champions Cup, le Racing 92 remporte la première manche devant le Stade Français sur le score de 9-22. Une victoire à l’extérieur qui place les Franciliens dans une position idéale avant le match retour la semaine prochaine. Pour le Stade Français, il faudra maintenant créer l’exploit.

Et de trois pour le Racing ! Après avoir déjà remporté les deux confrontations en Top 14, dont la dernière la semaine passée (53-20), les Franciliens ont passé un message à l’Europe, en affirmant plus encore ses ambitions de victoire finale. Pour le Stade Français, il y avait une classe d’écart ce samedi et sauf un incroyable exploit, les Parisiens auront probablement perdu toutes leurs illusions dans cette saison, dès le week-end prochain.

Dans un match totalement différent de la semaine passée, les deux équipes se sont d’abord neutralisées, avant que le Racing ne prenne peu à peu l’avantage territorial. Macalou a offert la première munition sur une faute dans la zone de placage sur une offensive de Chavancy, que Le Garrec a convertit, pour donner un premier avantage aux siens après un quart d’heure de jeu (3-0). Dans une rencontre fermée, où l’enjeu était palpable, le Racing a su se nourrir des nombreuses fautes adverses, avec une seconde pénalité du demi de mêlée francilien à la 20e minute de jeu. Malgré des intentions de jeu, le Stade Français se montrait inoffensif dans ce premier acte mais également indiscipliné avec une nouvelle faute, pour un placage sans ballon d’Azagoh, qui permettait un premier break dans cette rencontre (0-9, 25e minute). Impeccable dans ses tentatives, Nolan Le Garrec faisait gonfler un peu plus encore la note peu après la demi-heure de jeu, dans une première période parfaitement maîtrisée par le Racing 92, et où le sentiment d’impuissance des locaux était criant, malgré deux pénalités de Joris Segonds juste avant la pause (6-12).

Nolann Le Garrec excellent dans un rôle de bourreau

Avec un avantage de 6 points à la pause, le Racing pouvait déjà rentrer dans une logique de gestion, dans cette configuration particulière et inédite de match aller-retour. Avec beaucoup d’intelligence, les hommes de Laurent Travers continuaient d’occuper le camp adverse, sans prise de risque excessive et avec beaucoup de justesse technique. Même si les intentions étaient toujours parisiennes, l’efficacité du Racing a fait la différence avec un essai de Gaël Fickou, l’homme du match, qui a profité d’un bon travail de ses avants pour conclure une action parfaitement orchestrée. À 6-19 à un quart d’heure du terme, le Racing avait fait le plus dur, et n’avait plus qu’à parfaitement gérer sa fin de rencontre. D’autant plus aisément que Latu se voyait expulsé après avoir renversé Chouzenoux dans les airs. La révolte parisienne des dernières minutes va tout de même permettre à Sanchez de réduire un peu l’écart, mais le Stade-Français finissait le plus logiquement du monde par s’incliner dans cette rencontre (9-22), avec une ultime pénalité de Le Garrec, auteur de 17 points dans ce derby européen.

Toujours invaincu cette saison en coupe d’Europe, le Racing 92 est en ballottage plus que favorable pour se qualifier la semaine prochaine dans sa Paris La Défense Arena de Nanterre. Pour le Stade-Français, il sera question d’honneur avant tout, au moment de retrouver son «meilleur ennemi» pour la troisième fois de suite. Il faudra en tous cas réunir toutes les conditions pour envisager de réaliser l’exploit dimanche prochain (16h30) et remonter un déficit de 13 points à l’extérieur.

Contenus sponsorisés