Icon Sport

La Rochelle veut se lancer sur la voie de la régularité

La Rochelle veut se lancer sur la voie de la régularité

Le 12/12/2021 à 11:23Mis à jour

CHAMPIONS CUP - Ce dimanche débute une nouvelle campagne européenne pour les Rochelais, qui espèrent tout de suite trouver le bon rythme, avec une première confrontation contre Glasgow, à Marcel-Deflandre.

Rappelez-vous, La Rochelle - Leinster, demi-finale de Champions Cup, la saison dernière. Le Stade rochelais dominait sans contestation l'un des ogres de la compétition, dans un stade vide pour cause de Covid. Eh bien, pour les retrouvailles des Maritimes avec la compétition européenne, la Covid s'est de nouveau invitée à la fête, mais cette fois dans la préparation des Jaune et Noir.

Deux cas ont ainsi été détectés dans la semaine, perturbant l'entraînement de l'équipe, avec notamment un report de la session de mercredi. Mais les tests antigéniques effectués vendredi matin se sont tous révélés négatifs. La Rochelle recevra donc bien les Glasgow Warriors, ce dimanche après-midi, avec encore une fois l'appui de son formidable public.

Glasgow, "une équipe très agressive"

Alors, même si ce n'est pas une équipe phare du rugby européen, Glasgow est largement à prendre au sérieux. Et Grégory Alldritt le sait bien : "C'est une équipe un peu à l'image de la sélection écossaise. Une équipe qui est très physique, des joueurs qui courent beaucoup et qui aiment bien jouer sur du large-large." Ronan O'Gara et son staff ont largement analysé les forces et faiblesses de cette formation, remise en confiance par sa victoire acquise dernièrement contre les Dragons, après avoir été battue auparavant par Trévise.

Question confiance, La Rochelle n'en est pas totalement remplie. La défaite au Stade français pose une fois de plus problème. Ces performances en dents de scie, Donnacha Ryan, l'entraîneur des avants, ne les oublient pas : "Les 30 premières minutes, on a très bien joué. Et malheureusement, juste avant la mi-temps, on a perdu notre concentration." Et de poursuivre : "Les joueurs étaient très frustrés après le match, car on avait très bien commencé. Et leurs attitudes cette semaine étaient au top. On a fait une très bonne réunion ensemble, mardi. On a tourné la page, corrigé les erreurs."

" La conquête, c'est hyper important pour nous"

Après cette véritable contre-performance à Paris, marquée par de nombreuses erreurs défensives en 2ème mi-temps, et une réussite face aux buts toujours aussi faible, La Rochelle pourrait bien faire payer aux Écossais ce relâchement coupable. "La conquête va être très important, lâchait Greg Alldritt, et la défense aussi, qui fait notre force depuis le début de saison en Top 14. On va devoir s'appuyer sur ces deux points." Et nul doute, au vu des mots de Donnacha Ryan sur son secteur de prédilection, que les Rochelais seront en mode combat, ce dimanche à Marcel-Deflandre. "La conquête, c'est hyper important pour nous. Les touches et les mêlées, je pense que ce seront les clés pour le match." Paroles d'Irlandais.

Pour cela, Ronan O'Gara a choisi un 8 de devant d'expérience et de fort tonnage. Avec Reda Wardi, Pierre Bourgarit, Uini Atonio, Romain Sazy, Will Skelton, Paul Boudehent, Victor Vito et Grégory Alldritt capitaine, voilà qui précise a minima le début de match. Le banc, avec Dany Priso et Ramiro Herrera, accompagnés du jeune talonneur Guillaume Lagahe, aura aussi son rôle à jouer.

Pour la charnière, Kerr-Barlow et Ihaia West constituent une assurance quasi-tous risques. Bref, dans toutes les lignes, on retrouve de l'expérience, de la solidité : du papa au centre avec Jérémy Sinzelle, du frontal avec Levani Botia, de l'expérience à l'arrière avec Brice Dulin... Tout ce qui a fait les belles heures des Maritimes l'an passé.

" On a envie d'y retourner"

Grégory Alldritt et ses coéquipiers n'ont qu'une envie : retrouver ce qui les a tant fait vibrer, tant progresser l'an dernier, cette compétition européenne si différente du Top 14. "L'idée, c'est d'aller le plus loin possible. Je pense que l'on est tous de gros compétiteurs, et ce qu'on a goûté l'an dernier, ça ne nous a pas rassasié. On a envie d'y retourner. Après, cela serait idiot de ne pas faire les choses dans l'ordre. Déjà, ce sont d'abord ces deux premiers matchs. Et ensuite, on verra."

Aussi, la priorité, c'est déjà de ne pas se louper à domicile, chose qui n'est arrivée qu'une seule fois cette saison, face à leur bourreau préféré, le Stade toulousain. L'autre bonne raison de l'emporter face à Glasgow, c'est évidemment de récompenser la ferveur unique de leurs supporters. La Rochelle a été privée l'an dernier de cette ambiance si particulière, quasi-unique en France. "On était déçus bien sûr de ne pas avoir nos supporters, regrette encore aujourd'hui le capitaine rochelais. Quand on joue Leinster à domicile, on connaît le stade. Cela aurait été la folie. Mais on les a vus quand même à la sortie du stade. Il y avait cette atmosphère un peu particulière qui est différente de celle du Top 14, et ça fait du bien."

Le Stade rochelais retrouvera ce dimanche un stade plein, coloré, vivant, inconditionnellement amoureux. C'est aussi ça, la Champions Cup à La Rochelle. Une communion rare, qui pourrait enfin lancer ce club, sur la voie de la régularité.

Contenus sponsorisés