Icon Sport

La Rochelle veut enfin se ressembler sur une finale

La Rochelle veut enfin se ressembler sur une finale

Le 24/05/2022 à 15:07Mis à jour Le 24/05/2022 à 18:48

CHAMPIONS CUP - Les deux finales de Top 14 et de Champions Cup perdues l’an dernier par les Rochelais les avaient marqués. Au-delà du résultat, ils avaient été déçus par leur visage. A Marseille, les Maritimes veulent enfin être à la hauteur. Il leur faudra être grands pour dominer le Leinster.

Une finale ne se joue pas, elle se gagne. Jusqu'à présent, La Rochelle a toujours buté sur la dernière marche. En 2019, contre Clermont, en Challenge européen, et, surtout, l’an passé, à deux reprises face à Toulouse, en Champions Cup et en Top 14. “L’année dernière, c’était notre première finale, nous étions un peu nerveux, évoque Ihaia West. On n’avait pas été bons sous la pression, moi notamment. Les deux fois, l'équipe n’avait pas joué son jeu.” Les Rochelais, si sereins et sûrs de leurs forces le reste de la saison, avaient déjoué. Tout particulièrement en Top 14 où ils n’avaient pas réussi à poser leur rugby et à imposer leur puissance : “On était très tendus, on avait subi l’événement”, confirme Wiaan Liebenberg.

Un an plus tard, les vaincus d’hier espèrent tirer de ces revers une expérience précieuse pour mieux aborder leur quatrième opportunité de soulever un trophée, samedi, à Marseille : “Il faut profiter de ce moment, le vivre à fond, reprend l’ouvreur. Ca va être cool, c’est en France, avec je l’espère un stade plein. Ce sera un jour spécial pour le club et pour nous tous.” Le troisième ligne sud-africain a plutôt de bonnes sensations : “Cette année, on sait ce qui nous attend. Nous sommes plus à l’aise, plus soulagés. On se sent privilégié d’être dans cette situation.” Le début de la préparation conforte cette conviction : “J’avais l’impression que c’était un lundi normal. Parfois, quand tu joues une finale, tu te dis qu’il faut faire plus que d’habitude alors que justement, il ne faut pas.” “Ronan O’Gara sait ce qui s'est passé lors des deux finales de l’an passé où on n’y était mentalement, appuie Ihaia West. Il nous donne beaucoup de confiance. On n’a rien à perdre face au Leinster.”

"On a les armes pour battre cette équipe"

La Rochelle avancera sereinement vers Marseille. Où l’attend un défi ultime : vaincre la bande à Sexton, intouchable cette saison. Le statut de chasseur va bien aux Charentais, à les en croire : “Si on était les favoris, ça rajouterait de la pression, poursuit Wiaan Liebenberg. Là, ce n’est clairement pas le cas. Le Leinster est en confiance et a raison de l’être. Tout va bien pour eux. Moi, je préfère cette position d’outsider.” Qu'importe le statut, les Maritimes devront enfin se ressembler le jour J. Et offrir la meilleure version d’eux-mêmes pour renverser le cours de l’histoire : “Si l’on veut gagner, il faut tout donner et être au maximum de notre potentiel. C’est souvent dans ces conditions que l’on performe le mieux, quand les gens ne croient pas trop en nous. On a les armes pour battre cette équipe, il faut se concentrer sur nous.”

" Il faudra être super disciplinés, ne pas donner de pénalités faciles"

La Rochelle devra élever les curseurs dans tous les registres. En commençant par les fondamentaux et la défense. Un impératif face à la meilleure attaque d’Europe et son incroyable moyenne de 49 pions par match : “Vous avez dit combien de points ? Ouah, 49, c’est costaud ?, hallucine Wiaan Liebenberg. Je ne m’attendais pas à autant même si ça ne m’étonne pas trop les connaissant. Il faudra être super disciplinés, ne pas donner de pénalités faciles. Ce sera une des clés. Il faudra aussi tenir le cardio. Il sera crucial d'appuyer sur nos forces, notre conquête marche plutôt bien en ce moment.” La Rochelle possède un des packs et une des défenses les plus performantes d’Europe depuis deux ans. C’est le moment ou jamais de le montrer.

Contenus sponsorisés