Other Agency

Dans les coulisses du retour des champions d’Europe rochelais

Dans les coulisses du retour des champions d’Europe rochelais

Le 29/05/2022 à 12:39Mis à jour Le 29/05/2022 à 14:18

CHAMPIONS CUP - Ils étaient évidemment attendus, très attendus même, par leur public si fidèle. À l’aéroport, un demi-millier de supporters chauffés à blanc a offert un accueil triomphal aux joueurs rochelais, arrivés au bout de la nuit. Un moment court, mais intense et historique.

Aux alentours d’1h du matin, les drapeaux du Stade rochelais flottent au vent partout sur les murs de l’aéroport et une centaine de supporters attend impatiemment l’arrivée des héros, prévue aux alentours de 4h du matin.

Les supporters prennent déjà place au bord des rambardes qui font office de couloir vers le bus. "On est super heureux, c’est un moment historique. Ils nous ont fait rêver cet après-midi, c’est normal qu’on leur montre notre soutien en ce jour historique", clame Fabien, peint de jaune et noir sur le visage. "Et comme disait Thierry Roland, après avoir vu ça, je peux mourir tranquille. Mais le plus tard possible quand même", relance un des ses amis.

Des familles entières sont là pour vivre cet instant qui restera évidemment ancré dans les mémoire, les petits parfois épuisés par cette journée intense en émotions, dorment sur les bancs emmitouflés dans des couvertures. Mais pas d’inquiétude : ils seront réveillés en temps voulu. Tout proche d’eux, un jeune brandit un carton avec écrit "Merci", aux couleurs du Stade.

Pressés de voir leurs idoles mettre un pied sur le sol charentais, ils suivent sans relâche le trajet de l’avion sur une application dédié au trafic aérien. Mais nul ne sait quand ils arriveront exactement. Les prévisions varient en permanence. De 4h à 4h30, puis même 5h. Mais qu’importe, tous ces fidèles resteront jusqu’au bout de la nuit s’il le faut.

Et il le faudra, puisque c’est à 5h33 exactement que le président Vincent Merling est le premier à apparaître devant les portes coulissantes. Évidemment, il harangue une foule qui n’attendait que ça en portant fièrement ce trophée qu’il convoitait depuis si longtemps. Les 500 supporters présents sont en furie, brandissent les drapeaux, entonnent des "on est champions, on est champions" à tue-tête. Le long de leur chemin, Romain Sazy, Grégory Alldritt et Matthias Haddad font glisser la coupe le long de mains tendues pour toucher le Graal. Un moment d’échange et de communion avec leurs supporters qu’ils espéraient depuis si longtemps.

Probablement épuisés par cette journée, les joueurs traversent cette vague de fans passionnés en moins de cinq minutes, afin de rejoindre leur bus. Direction le stade puis la maison, avant d’entamer ce dimanche le début des festivités dans le centre-ville et sur le Vieux-Port, où des dizaines de milliers de personnes sont attendues.

Contenus sponsorisés