Icon Sport

"Ce sont des moments qui changent votre vie"... Les anecdotes d'O'Gara après le sacre rochelais

"Ce sont des moments qui changent votre vie"... Les anecdotes d'O'Gara après le sacre rochelais
Par Rugbyrama

Le 03/06/2022 à 13:48Mis à jour Le 03/06/2022 à 19:00

CHAMPIONS CUP - Dans sa chronique hebdomadaire pour l'Irish Examiner, l'entraîneur principal de La Rochelle, Ronan O'Gara conte la fin de semaine glorieuse du club charentais. Tout en livrant ses sentiments, l'Irlandais joint plusieurs anecdotes croustillantes tout au long de son récit. De la préparation du match à la transformation libératrice d'Ihaia West...

Le coup de sifflet final l'a libéré. Ronan O'Gara, entraîneur en chef de La Rochelle depuis le départ de Jono Gibbes en fin de saison dernière, a réussi ce que personne n'avait fait avec le club à la caravelle : remporter le titre européen suprême, celui de la Champions Cup. Un succès d'autant plus spécial que l'ancien joueur historique du Munster l'a glané contre son ennemi juré, la province du Leinster. "Ce sont des moments qui changent votre vie", décrivait-il dans sa savoureuse chronique, rédigée pour l'Irish Examiner, ce jeudi.

Kerr-Barlow et Vito, éléments (très) importants

Bien que forfaits, les deux Néo-Zélandais ont tout de même eu un rôle important, en amont de la finale. Comme lorsqu'ils ont apporté plusieurs gourmandises dans le vestiaire, après l'entraînement du vendredi, pour donner le sourire à leurs coéquipiers. "Des petites choses comme ça font une énorme différence en termes de moral. Ils n'avaient pas besoin de faire ça. Les garçons débarquent après une bonne séance, de bonne humeur pour et accueillis par des gourmandises au chocolat, à la vanille et à la framboise. Cela a créé un environnement charmant."

La transformation de West, à la limite de la règle

La gestion de l'effectif a aussi été importante pour Ihaia West. Le buteur rochelais, largement critiqué ces derniers temps, a été mis en confiance par le staff selon O'Gara : "J'ai tout misé sur Ihaia West cette saison. Je l'ai soutenu, l'ai défié, et l'ai mis en face de ses responsabilités. Une des choses qu'on a réussi à faire est de lui dire que le tir au but était un bonus. Son rôle était de dicter le jeu et le tempo du match". Auteur d'un gros match, l'ouvreur aura donné raison à son entraîneur.

Champions Cup - Ihaia West (La Rochelle)

Champions Cup - Ihaia West (La Rochelle)Icon Sport

À la dernière seconde, c'est lui qui a même passé la dernière transformation du match... Après 1min10 de temporisation. "Il y avait 78'50 au compteur (après l'essai de Retière, NDLR) et cela donnait assez de temps au Leinster pour effectuer un autre renvoi. Je l'imagine déjà. Ils vont essayer d'en faire un court et de sauter pour récupérer le ballon, Wayne Barnes va nous pénaliser pour un contact aérien et Ross Byrne va égaliser sur la pénalité. Il y a soixante secondes autorisées pour taper une pénalité en Top 14, 90 secondes pour une transformation. Mais en Champions Cup, y a-t-il une limite à cet égard ? Au micro, le quatrième officiel communique qu'Ihaia West peut utiliser plus d'une minute pour sa transformation et laisser le chrono filer dans le rouge. Ce sont les petits moments qui peuvent changer votre vie, qui changent votre vie. Et c'est un point qui mérite d'être souligné".

Passé par toutes les émotions, jusque dans l'ivresse du sacre, O'Gara expliquait aussi, entre autre, avoir demandé à Eddie Jones, qui se tenait non-loin de lui, quel choix faire sur une pénalité cruciale. Il livrait aussi son ressenti sur le carton jaune évitable de Thomas Lavault. "S'il y a un joueur dans ce groupe qui tient plus au Stade Rochelais que Thomas Lavault, je ne l'ai pas encore rencontré." Tout en se remémorant ces moments glorieux, l'Irlandais trouvait tout de même une once de lucidité, en confessant vouloir se remettre au travail et basculer sur le déplacement à Lyon, décisif en Top 14. "Il est temps de reprendre le rythme."

Contenus sponsorisés