Icon Sport

Dupont : "Dans cette coupe d'Europe, on sent qu'il n'y a pas forcement d'équité"

Dupont : "Dans cette coupe d'Europe, on sent qu'il n'y a pas forcement d'équité"

Le 17/12/2021 à 13:49Mis à jour Le 17/12/2021 à 15:19

CHAMPIONS CUP - Récemment élu meilleur joueur du monde, Antoine Dupont est revenu sur son élection et donne aussi son avis sur cette coupe d'Europe chamboulée par la crise sanitaire. Pour lui, il y a sûrement un manque d'équité.

Vous avez récemment été élu meilleur joueur du monde... Encore une distinction personnelle !

Ça fait toujours plaisir de recevoir ce genre de trophée. Je vais me répéter encore et encore mais je vais remercier mes coéquipiers pour ça. Même si j'étais au courant quelques jours avant, entendre l'annonce officielle, c'est toujours différent. Il y a eu beaucoup de messages, d'articles et d'effervescence. C'est normal et je m'y attendais.

Vous allez être encore plus ciblés par vos adversaires...

Ça fait plusieurs saisons que je lis des articles comme quoi les équipes me ciblent. Si elles s'attardent trop sur moi, c'est que ça ouvrira des portes autour donc je ne suis pas sûr que ce soit forcément la bonne solution non-plus. Je m'y habitue. Quand toute l'équipe avance, c'est plus facile pour moi, ce n'est pas plus compliqué que ça.

Cette année 2021 est-elle la plus aboutie pour vous ?

Quand je fais un peu la rétrospective et que je vois tout ce que j'ai pu gagner à titre individuel cette année, ça paraît assez fou. Ça va aussi avec la saison folle qu'on a faite avec le Stade toulousain. Si on regarde d'un point de vue factuel, c'est sûrement ma meilleure saison.

Il y a eu seulement deux demis de mêlée qui ont eu ce titre : Fabien Galthié et vous...

Il m'a évidemment félicité, on a échangé assez brièvement là-dessus. On en discutera sûrement plus tard pour qu'il me transmette son vécu, de faire attention à toutes les sollicitations et de garder mon focus sur le plus intéressant.

Au vu de votre premier match, cette récompense vous a galvanisé contre Cardiff...

Je ne sais pas si il y a un lien de cause à effet entre le titre de la veille et le match du lendemain. Mais j'étais content de moi et surtout du résultat, d'avoir pris le bonus lors de cette première journée. Ça nous a bien lancé. Je ne sais pas s'il y a un quelconque lien mais ce n'est pas très important de toute facon.

Il y a beaucoup d'incertitudes sur la tenue de cette coupe d'Europe, comment voyez-vous cela ?

On n'est pas maîtres de ce qu'il peut se passer autour donc on essaye de faire ce qu'on maîtrise, c'est à dire notre entraînement et notre préparation avec le plus de sérieux possible. Après, on espère que ça puisse se jouer dans des conditions normales.

Elle a la même saveur que les autres années ?

On s'est habitué à un format différent depuis l'année dernière. On ne sait pas trop où on met les pieds. On voit que dès la première journée, il y a des annulations à cause de la situation sanitaire... C'est pas évident mais on peut encore jouer dans des stades remplis pour le moment et nous, on a pu jouer nos rencontres. On avance à vue de nez. Mais c'est vrai qu'on sent qu'il n'y a pas forcement une équité, que ce n'est pas toujours juste parce que cela ne dépend pas de nous.

Il y a une peur que ça ne se joue pas jusqu'au bout ?

On ne sait pas comment le variant va évoluer dans les différents pays concernés. Tout le monde, que ce soient les équipes ou les instances, a envie d'aller jusqu'au bout en trouvant des solutions. Après est-ce qu'elles seront justes et acceptables pour tout le monde, on verra...

Forcémement, il y a l'envie de vivre cette saison la même chose que l'année dernière ?

Oui, dès qu'on revoit les ballons de coupe d'Europe, même à l'entraînement, et le patch sur le bras droit, ça nous rappelle des souvenirs. Ça nous met directement dans le bain. Déjà avant de la gagner, c'était une compétition particulière pour le club.

Qu'est-ce que ça change d'être le tenant du titre ?

On sera sûrement plus attendus, mais on l'était déjà. C'est un statut à assumer. Ça ne change pas fondamentalement notre approche.

Toulon a gagné trois fois la compétition il y a quelques années...

Avec le recul ça paraît incroyable, le Stade toulousain a failli le faire au début des années 2000, Toulon l'a fait. Nous, on a déjà fait un doublé qu'on pensait impensable l'année dernière. Il faut juste croire en ce qu'on fait et garder cette motivation. Mais rien que d'y penser, ce qu'a réalisé Toulon, c'est quelque chose de très grand.

Personnellement vous êtes capitaine en équipe de France et parfois à Toulouse, est-ce que vous y êtes habitué maintenant ?

Plus je vis cette situation, plus je suis à l'aise. De part mon poste, j'ai toujours un rôle de leader. C'est une situation dans laquelle je me retrouve de plus en plus et dans laquelle je me sens de plus en plus à l'aise. Mais j'ai encore des progrès à faire là-dessus...

Contenus sponsorisés