Icon Sport

L'antisèche : l'indiscipline de Clermont donne la victoire aux Toulousains

L'antisèche : l'indiscipline de Clermont donne la victoire aux Toulousains
Par Rugbyrama

Le 11/04/2021 à 19:46Mis à jour Le 11/04/2021 à 21:15

CHAMPIONS CUP - Le Stade Toulousain s'est imposé 21-12 sur la pelouse du stade Marcel-Michelin. Une victoire historique pour les Toulousains qui n'avaient pas gagné chez les Clermontois depuis 2002. L'indiscipline de l'ASM a très certainement couté la victoire aux Auvergnats. Les hommes d'Ugo Mola eux, se qualifient pour leur troisième demi-finale de Champions Cup consécutive.

Le résumé : beaucoup de pénalités mais pas d'essai...

Les conditions de jeu sont très pluvieuses, ce qui donne un premier acte très fermé. Dans les premières minutes de jeu, les deux équipes tâtent le terrain, l'ambiance est électrique, la bataille est rude dans les rucks mais personne ne cède avec une défense bien en place de chaque côté. La sortie de Camille Lopez, touché à l'épaule gauche sur un plaquage haut, est un coup dur pour l'ASM. Mais les hommes de Frank Azéma ne lâchent rien et Romain Ntamack, en manque de réussite au pied, rate ses deux premières tentatives de pénalité. En revanche, pas d'échec pour Morgan Parra, qui en profite pour ouvrir le score et donner l'avantage à l'ASM. Ntamack passe finalement deux pénalités offertes par des Clermontois qui se mettent à la faute. L'ASM et le Stade Toulousain se retrouvent donc dos à dos à la mi-temps (6-6).

Au retour des vestiaires, la pluie cesse et le jeu s'ouvre enfin. Les Toulousains enchaînent de bonnes séquences de jeu mais ne parviennent toujours pas à concrétiser. Les deux équipes s'échangent les coups sans jamais parvenir à aller aplatir ce ballon ovale dans l'en but. La fin du match est quasiment aussi triste que la première période: les deux équipes ont du mal à enchaîner les temps de jeu, la pluie fait son retour et les Clermontois s'enfoncent dans une indiscipline chronique. Le Stade toulousain accumule les points par le pied de Ntamack et s'impose (21-12).

Les déclas : " 20 ans qu'on n'avait pas gagné ici "

C'était un gros défi pour les Toulousains. Gagner chez les Clermontois n'était pas une mince affaire et Ugo Mola s'est montré réaliste avant le coup d'envoi : " On s'est préparé le plus correctement possible pour essayer de faire une performance, face à une équipe qui nous contraint souvent de repartir avec la défaite, depuis 2002. On s'est préparé comme il se devait pour jouer cette belle équipe de Clermont. "

Cette fois Clermont a cédé et laisse la victoire aux hommes d'Ugo Mola, au terme d'un match intense. Cyril Baille, au micro de France Télévision, savourait : " On s'attendait à un gros match aujourd'hui et Clermont a effectivement sorti un gros match. Respect à eux. A chaque fois qu'on joue contre eux, ce sont des matchs très engagés. La preuve, ça fait 20 ans qu'on n'avait pas gagné ici."

Le fait du match : un duel de buteurs

L'ensemble des points ont été inscrits par Romain Ntamack du côté toulousain et Morgan Parra pour Clermont. L'indiscipline des Clermontois donnait l'avantage aux Rouge et Noir, qui n'hésitaient pas à grappiller un maximum de points. Malgré une petite frayeur pour Ntamack en début de match, qui loupait ses deux premières pénalités, le demi d'ouverture se reprenait rapidement et enchaînait les succès au pied. Pour Morgan Parra, c'étiat tout l'inverse: confiant en début de match, il signait d'abord un quatre sur quatre. La fatigue finissait toutefois par avoir raison de lui: à trois minutes du terme, il ratait son seul coup de pied. Celui qui aurait encore permis aux siens d'espérer une victoire in exrtremis.

Romain Ntamack et Morgan Parra lors du quart de finale de la Champions Cup

Romain Ntamack et Morgan Parra lors du quart de finale de la Champions CupIcon Sport

La question : Matthis Lebel est-il le grand absent de cette rencontre ?

L'ailier toulousain, meilleur marqueur de Top 14 était bien présent sur le terrain cette après-midi. Mais le manque de ballons ne lui a pas permis de s'exprimer lors de ce quart de finale de Champions Cup. Il faut dire que la météo était capricieuse en Auvergne, ce qui privait le Stade toulousain de ce jeu de mouvement, qui lui permet habituellement de faire la différence. Pour Lebel, la seule vraie opportunité de se mettre en évidence arrivait à la 79e minute: décalé sur son aile, il débordait le bloc défensif clermontois, se rapprochait de la ligne d'en-but et cherchait une passe intérieure pour Baptiste Germain, fraichement entré enjeu. Mais le demi de mêlée remplaçant toulousain ne captait pas cette ultime passe. Un match donc discret pour Lebel, brillant la semaine précédente contre le Munster mais qui a, cette fois, cruellement manqué d'opportunités.

Matthis Lebel est-il le grand absent de cette rencontre ?

Sondage
7577 vote(s)
Oui
Non

Par Manon Moreau

Contenus sponsorisés