• Top 14 - Lyon - Xavier Garbajosa
    Top 14 - Lyon - Xavier Garbajosa

Garbajosa : "Si on avait gagné ce match, on n'aurait pas crié au hold up"

Le | Mis à jour

CHAMPIONS CUP - Après la défaite (20-28) du LOU au Matmut Stadium de Gerland face aux Saracens, son manager Xavier Garbajosa était déçu et frustré. Il a senti son équipe en mesure de l’emporter, capable de rivaliser avec le triple champion d’Europe, mais au final pas récompensée.

Est-ce qu’il y a des regrets à l’issue de cette rencontre ?

Au regard du contenu du match, effectivement ne pas prendre de points c’est regrettable. Il aurait peut-être fallu avoir un autre arbitre, un autre arbitrage en première période… Quand je vois l’arbitrage, il n’y a pas grand-chose pour nous. Je trouve que l’on est beaucoup sanctionné. On le reverra à la vidéo, à froid, mais je ne suis pas persuadé que l’on ait été arbitré de la même façon que les Saracens.

L’entame de match a été compliquée mais il reste que vous avez affronté une grosse écurie européenne !

On est bien d’accord que l’on a reçu les Saracens, avec tout ce qu’il se fait de mieux. À part Maro Itoje, ils étaient au complet. Devant, c’était une équipe qui était habituée à la Coupe d’Europe, et qui quand elle se déplace en Coupe d’Europe reste pragmatique et efficace. Aujourd’hui, je ne vais pas dire qu’il y a un match abouti car il n’y a pas le résultat au bout, mais dans le contenu, de la part des garçons, je suis plutôt fier de leur engagement et de leur investissement sur l’ensemble du match. Il nous manque des détails, d’un peu plus de froideur et d’efficacité dans les moments clés. Je crois que le match peut aussi tourner en notre faveur à un moment donné. Ce n’est pas le cas pour l’instant, et il faudra travailler pour corriger ces détails.

Votre équipe s’est envoyée et ne passe pas loin !

Bien sûr que l’on a des regrets quand on voit la débauche d’énergie des garçons, l’abnégation et le courage, c’est toujours regrettable de ne pas être payé. Je pense que ce match-là, ils méritent de le gagner. En étant tout à fait honnête, en étant efficace dans ces moments clés, si on gagne ce match on ne crie pas au hold-up non plus. Maintenant, j’aimerais qu’ils puissent se payer de ces efforts car ce sont des matchs de très haut niveau. Ça a tapé très fort. Non seulement on n’est pas ridicule, mais en plus on a les occasions pour le gagner. Ça reste un match référence.

Lyon échoue d'un rien face aux Saracens !

Le film du match > https://t.co/HZQJ3TR72v#LOUSAR pic.twitter.com/uOMGw747O1

— RUGBYRAMA (@RugbyramaFR) December 17, 2022

Que faut-il justement faire pour parvenir à faire basculer du bon côté ce type de rencontre ?

Aujourd’hui, à 90%, ils ont rempli toutes les cases en termes de jeu ou d’état d’esprit. Il faut aller chercher ces 10% qui ne sont peut-être pas les plus simples. Il faut travailler en conséquence ces petits détails qui sont peut-être un peu "chiants" à faire à l’entrainement. Mais ils vont nous permettre de devenir une meilleure équipe et de gagner des matchs.

Sur la scène européenne, le LOU est quand même capable de rivaliser avec les Saracens et c’est une progression ?

Au-delà des progrès, ce qui est plutôt intéressant c’est que cet état d’esprit et cette envie perdurent. C’est positif. Il y a une vraie appétence pour continuer à travailler et à progresser. On ne va pas gagner tous les matchs, c’est sûr. Mais parfois, dans certaines défaites – comme ce soir – il faut savoir tirer des conclusions pour se dire que l’on n’est pas très loin. Mais que l’on n’y est pas encore. Il faut continuer à travailler les bonnes choses, sur les qualités de cette équipe, et travailler les points d’amélioration pour gagner ce genre de match. Cela doit nous donner les moyens d’en vouloir toujours plus, d’aller chercher encore plus loin. Pour être les meilleurs, il faut s’entrainer pour être les meilleurs. Franchement, cette défaite à zéro point ce soir me fait "chier" pour les garçons. Je suis déçu. Il faut se servir de ça, de ce vilain goût dans la bouche que l’on doit atténuer avec l’entrainement pour ne pas les revivre. Il faut gagner en efficacité.