Icon Sport

UBB : quels morceaux de bravoure

UBB : quels morceaux de bravoure
Par Jérôme Prevot via Midi Olympique

Le 04/04/2021 à 20:57Mis à jour Le 04/04/2021 à 21:00

CHAMPIONS CUP - L'UBB s'est qualifiée pour les quarts de finale après une rencontre magnifique face à Bristol (36-17).

Les Bordelais ont terrassé Bristol qu'on présentait comme un ogre de la Coupe d'Europe. Ils joueront donc leur premier quart de finale de Champions Cup contre le Racing la semaine prochaine. Quelle explosion de joie sur l'ultime essai de Nans Ducuing ! 36-17 (trois essais à un), un score comme une jubilation. Les Bordelais se sont délivrés des nuages noirs qui les menaçaient depuis sept jours. Et l'opposition hyper rude des Anglais n'a fait que multiplier leur soulagement. Ce quart de finale, les Girondins sont allés le chercher, avec les dents. Il s'est forgé sur un moment-clé , cette pénalité transformée en mêlée et qui aboutit à l'essai de Matthieu Jalibert (46e).

Un choix sur lequel Christophe Urios n'était pas d'accord. "Je pense que ce fut le tournant, on est passé à plus huit (22-14). Oui, ce fut là le vrai tournant." se souvient Jefferson Poirot . "Je sentais notre pack fort en mêlée. Jefferson Poirot m'a demandé si je la sentais. Je trouvais que notre pack était bon, spécialement en mêlée. J'ai dit, mieux vaut prendre une mêlée ou aller en touche. Jeff m'a regardé et m'a dit : "Va pour la mêlée". J'ai senti que les gros se la sentaient et que collectivement, isl approuvaient cette décision. Cve fut un payant, tant mieux. Après ma décision d'y aller seul n'était pas prévue. On avait plutôt prévu une combinaison avec une croisée à l'intérieur d'un partenaire, mais j'ai vu que mon vis à vis Sheedy part vers l'extérieur et je m'engouffre dans la brèche. Ce fut un moment fort c'est sûr. A travers ça, j'ai senti qu'ont posait une première pierre ce soir. On a montré qu'on pouvait rivaliser avec les meilleurs. On peut être fiers de ce qu'on a fait. On a été constants, mentalement et physiquement. Les matchs se jouent à quelques détails et on a su faire pencher la balance en notre faveur."

Des vidéos interminables

Qu'il fut long à accorder cet essai de l'ouvreur au milieu d'un magma de joueurs, avec ces images qui ne montraient pas grand-chose et M. Adamson et son juge de touche qui mettent des plombes à décider. Les hésitations du corps arbitral ont pesé sur cette rencontre. Mais l'une d'entre elles enleva un essai à Purdy, l'ailier de Bristol en deuxième mi-temps. Romain Buros lui fit sauter in extremis le ballon des mains et pas grand monde ne s'en était aperçu.

Les Bordelais ont battu une équipe très forte, joueuse et lourde et en plus, elle a marqué très tôt un bel essai en première main par le même Purdy. Il y avait de quoi à démoraliser une équipe prise en défaut en défense. "Nous n'avons pas eu peur, nous n'avons pas paniqué , nous avons su recollé tout de suite au score." expliquait le capitaine Jefferson Poirot.

La semaine de préparation avait été marquée par les suites de la défaite en championnat contre La Rochelle. Elle avait généré des explications et des tensions en interne. J'ai été blessé personnellement par cet événement car j'avais prévenu les joueurs, » confiait Urios. La semaine fut pleine d'amertume et de désir de revanche. Non, l'UBB n'était pas en crise et n'a pas l'intention de s'en payer une. Les Bordelais ont prouvé par A plus B quel était leur potentiel. "Nous ne sommes pas encore à cent pour cent. Nous avons des axes de progression. Il faut penser à ce match de La Rochelle, oui. Pourquoi ? Parce que nous sommes une équipe qui a du mal à se gérer, on l'a vécu contre La Rochelle, mais aussi contre Pau", concluait Matthieu Jalibert.

Un essai de 95 mètres

Mais il serait trop dur de résumer ce match à une conséquence d'un match de Top 14. Il contint tellement de moments de bravoure, deux ou trois longues séquences défensives par exemple. Des contres de Petti- Pargadizabal, des ballons en touche piqués à des moments décisifs. Et puis comment passer sous silence cet essai de Joseph Dweba sur un contre e 95 mètres initié par un ballon lâché par Semi Radradra, l'homme dont on a tant parlé dans l'avant match. On conservera longtemps la vision de ce bouquet final, cet essai sur interception de Nans Ducuing qui fit plus de 60 mètres ballon en main. Il n'avait plus joué depuis le 28 novembre. "Je suis heureux pour lui. Il est si joyeux, c'est un des moteurs de notre équipe." concluait Jefferson Poirot.

On allait oublier le plus impressionnant, les Bordelais ont marqué leurs deux derniers essais à quatorze contre quinze.

Contenus sponsorisés