• Champions Cup - Cobus Reinach (Montpellier) face aux London Irish
    Champions Cup - Cobus Reinach (Montpellier) face aux London Irish

Montpellier renverse les London Irish et glane le bonus offensif !

Par Mathias Merlo
Le

CHAMPIONS CUP - Au terme d'un match spectaculaire, bien que mené 24 à 6 après la première demi-heure de jeu, le champion de France en titre s'est imposé sur la pelouse des London Irish (27-32), qui auront souffert après l'expulsion de Creevy (37e). Les Anglais doivent se contenter d'un bonus défensif.

C’est certain, la Champions Cup et ses longues séquences de jeu sont de retour. Dans la fraîcheur du Gtech Community Stadium, les London Irish et Montpellier ont offert une boulimie d’ovale, et ont fait honneur à leur sport alors que la coupe du Monde de football bat son plein. Après une longue période d’observation (6-6), les locaux ont allumé la lumière. Après une répétition de fautes, Enzo Forletta a laissé ses coéquipiers en infériorité numérique (24e), et les Anglais ont vite pris les choses en main. En force, après une pénalité rapidement jouée par White, Juan Martin Gonzalez a trouvé la terre promise (10-6, 27e).

Sonnés, les Cistes ont continué à prendre la marée. Après une percée de 50 mètres de Loader, les "Exiles" ont fait rebondir le cuir au large. Et dans un tango argentin, Creevy, après contact, a livré une offrande vers Cinti Luna (17-6, 34e). Le champion de France était au bord du KO. C’est le moment choisi par Creevy pour relancer la partie. Le talonneur n’a rien trouvé de mieux que de mettre son épaule directement dans la tête de Bouthier. Cette expulsion est restée comme le tournant de cette partie (17-6, 34e). En infériorité numérique, les London Irish ont trouvé la force pour inscrire, à nouveau, un merveilleux essai. Cette fois, c’est Hassell-Collins qui a fait parler ses appuis, sur trente mètres, pour servir sur un plateau Juan Martin Gonzalez (24-6, 39e).

Juste avant le retour aux vestiaires, le MHR a eu la bonne idée de relever la tête. Sur une penaltouche de Carbonel, les Cistes ont fait parler leur puissance sur un maul porté, et dans l’axe des rucks. Un jeu rudimentaire dont a profité Cobus Reinach pour échapper à la vigilance de ses adversaires (24-13, 40e+4). L’espoir est né.

Darmon marque un doublé, Mercer brille de mille feux !

En supériorité numérique sur la plupart de la seconde période – Coly a écopé d’un carton jaune à cinq minutes du terme de la rencontre -, le champion de France a infligé un cinglant 19 à 3 après avoir regagné la pelouse. La bande à Saint-André a choisi la méthode la plus courte en passant dans l’axe. À la suite d’une belle relance de Bouthier, Chalureau a pris le relais de son arrière. Face à une défense désorganisée, le duo Reinach – Carbonel a joué le sens, relevé les courses, pour libérer Darmon en coin (24-20, 54e). La remontée était lancée.

Justement, peu de temps après, les Héraultais ont enfoncé le clou, en force, par l’intermédiaire de Bécognée (24-27, 62e). Le troisième ligne a récompensé l’activité impressionnante de Mercer, élu logiquement homme du match. L’Anglais a montré dans son Royaume, qu’il était bien le roi des terrains. Avec le score dans la poche, il restait à glaner un point de bonus offensif. Bien servi par Coly, Darmon a conclu une attaque d’envergure des avants. Le centre s’est également offert son premier doublé en Champions Cup (24-32, 67e). À l’abri, les Héraultais ont fini par laisser une miette au London Irish. Les Vert et Marine ont longtemps cherché le double bonus. Il l'aurait eu avec un essai en plus au compteur. Mais après avoir buté pendant une vingtaine de séquences, et devant la fatigue des siens, Jennings a assuré une dernière pénalité (27-32, 79e).

Avec ce succès bonifié, malgré 17 pénalités concédées, les partenaires de Camara, sortis à la pause, se placent idéalement dans le groupe B, avant de recevoir les Ospreys. Surtout, le champion de France a montré la voie à tous ses petits camarades de classe.