Icon Sport

Les clubs français s’en remettent à leurs "supporters de Londres"

Les clubs français s’en remettent à leurs "supporters de Londres"
Par Rugbyrama

Le 21/05/2021 à 12:58Mis à jour

CHAMPIONS CUP - Les règles strictes en vigueur en Angleterre ne permettent pas le déplacement des différents groupes de supporters français pour les finales de Coupe d’Europe. Néanmoins, les clubs peuvent compter sur leurs supporters qui habitent déjà à Londres.

L’absence des groupes de supporters français dans le stade pour les finales de Coupe d’Europe, c’est une succession de malchances. La crise sanitaire due à la pandémie mondiale impacte encore grandement l’Europe et forcément, les finales de Coupe d’Europe de rugby en font les frais. Ces dernières, programmées vendredi et samedi, ne pourront accueillir que 10 000 spectateurs à Twickenham.

Un moindre mal lorsqu’on sait que toute la saison, les clubs ont dû disputer leurs matchs sans le moindre supporter dans les gradins. Mais voilà, la finale étant justement dans le stade londonien, il a été impossible pour les supporters français de se procurer des places et de faire le déplacement, malgré les 1 000 promises aux supporters des clubs.

Les clubs de supporters malheureux

Les mesures mises en place Outre-Manche obligent une quarantaine de 10 jours et plusieurs tests PCR. Une situation qui exaspère du côté des supporters rochelais notamment. "On s’était projeté avec les supporters des autres clubs pour faire le déplacement en avion ensemble, en partant de Toulouse. Ça aurait été génial", explique Nicole Romez, secrétaire du club des supporters du Stade rochelais.

Pourtant, les inconditionnels des Jaune et Noir ont tenté par tous les biais d’obtenir une dérogation pour passer outre les contraintes de quarantaine : "On a demandé au Ministère des Sports. L’ambassade de France nous a dit qu’ils allaient essayer de faire la demande, mais que l’autorisation arriverait sûrement après la finale." Sans possibilité d’encourager leurs protégés, les Rochelais sont d’autant plus frustrés que c’est la première fois que leur club vit une telle épopée dans la "grande" Coupe d’Europe. "On est frustrés et en colère oui", concède Nicole Romez.

Les expatriés pour donner de la voix

Les dures mesures liées à la crise covid impactent aussi les clubs, qui seront limités à 52 personnes dans le groupe pouvant faire le déplacement, joueurs et staff compris. Les blessés ne pourront donc pas être du voyage pour Twickenham. Alors s’il est très compliqué de faire le déplacement entre les deux pays, les supporters expatriés à Londres, eux, en profitent.

"Quand l’occasion se présente, il faut la saisir", s’enthousiaste Romain Garcia, supporters du Stade toulousain, qui assistera à la finale. Ce dernier profite d’un concours de circonstance, qui a vu les finales être délocalisées dans la capitale anglaise, après avoir été initialement prévues à Marseille. Ce choix est lié au fait que 10 000 places soient disponible à Twickenham, contre seulement 1 000 à Marseille.

Pour avoir des tickets, lui et les autres supporters ont dû payer environ 90 pounds, soit 110€, sur le site de l’EPCR. Romain Garcia fera donc partie des privilégiés, mais il sait que sans les groupes de supporters, l’ambiance risque de ne pas être la même : "Je ne sais pas à quoi m’attendre. Je ne pense pas qu’il y aura énormément de monde du côté de La Rochelle ou de Toulouse." Pourtant, plusieurs milliers de Français vivent à Londres et pourraient potentiellement être présents pour les matchs. Mais il y aura aussi sans doute des supporters anglais présents au stade pour profiter de cette belle affiche.

" Pour une fois, la chance tourne pour moi"

"Après, moi n’ai rien vu de vraiment mis en place de la part des clubs pour les expatriés qui voulaient avoir des places", confie Romain Garcia. Le supporter toulousain sera en tout cas aux premières loges pour donner de la voix et encourager son club de cœur. De quoi rendre jaloux tous ceux qui n’ont pas pu faire le déplacement, et qui devront en plus se restreindre à voir le match en petit comité en France. "Il y a beaucoup de supporters qui vont me jalouser, et je me dis que si ça se trouve, on ne sera que quatre Toulousains dans le stade (rires)".

Mais en dehors de ça, Romain Garcia, qui a fait rapatrier son maillot pour l’occasion, n’a comme peur que celle de perdre la finale. "Même si juste voir le Stade toulousain à Londres, c’est déjà énorme. D’habitude je dois suivre les lives sur Rugbyrama pour savoir le score. Pour une fois, la chance tourne pour moi." En cas de victoire, les supporters des différents clubs devraient tout de même se retrouver pour célébrer dans les rues de leur ville. "Pour le retour, ils n’empêcheront pas le rassemblement sur le port comme en demi-finale", pense Nicole Romez. De quoi apporter un peu de gaieté dans "une année triste pour les supporters."

Par Yanis GUILLOU

Contenus sponsorisés