Icon Sport

Le festival anglais pour le Racing

Le festival anglais pour le Racing

Le 20/12/2020 à 18:12Mis à jour Le 20/12/2020 à 19:19

CHAMPIONS CUP – Les Racingmen ont enchainé un deuxième succès ce dimanche sur la scène européenne, en faisant preuve d’une grande maitrise sur le terrain des Harlequins (7-49), bonus offensif à la clé.

Voilà l’exemple parfait d’une victoire qui ne souffre d’aucune contestation et qui est le fruit d’une maitrise totale de la part des Franciliens. Dominateurs d’un bout à l’autre de la rencontre face à des Anglais dépassés, et indisciplinés (16 fautes contre 4 seulement pour le Racing), les joueurs du Racing 92 ont déroulé, inscrivant la bagatelle de 7 essais. Le bonus est donc venu bonifier une prestation aboutie, face à une adversité relative. Et c’est un second succès en deux matchs pour ce Racing.

C’est Teddy Thomas qui ouvre le bal en première main, après une touche et après avoir percé (4’). Kevin Le Guen est ensuite à la conclusion d’un ballon porté pour un premier break (17’), qui s’ajoute aux points au pied de Maxime Machenaud pour un premier acte abouti (0-20). Simon Zebo ne laisse aucun répit aux Quins par une combinaison avec Donovan Taofifenua sur le couloir gauche au retour des vestiaires (41’) et le bonus offensif arrive sur une supériorité numérique, avec la réalisation de Georges-Henri Colombe en force à la suite d’une autre pénaltouche (51’). Donovan Taofifenua participe également à la fête en étant à la réception d’un jeu au pied de Finn Russel (58’), puis ce sont Teddy Baubigny en sortie de mêlée et en force (71’) et François Trinh-Duc sur un surnombre (77’) qui terminent ce festival offensif.

Une heure d’attente pour voir les points anglais

Étrangement absents, les Anglais n’ont rien montré, et doivent se contenter d’un essai de Scott Steele par une petit combinaison dans le couloir gauche permettant d’éliminer les défenseurs adverses (61’). C’est bien trop faible pour espérer quoi que ce soit, tant cette équipe a été sevrée de ballons, dominée dans tous les compartiments et sans cesse sur le reculoir pour ne jamais parvenir à inverser la pression. Sans pitié, le Racing s’est fait plaisir et enchaine sur la scène européenne.

Contenus sponsorisés