Icon Sport

La Rochelle : Alldritt, la constance dans la peau

La Rochelle : Alldritt, la constance dans la peau

Le 27/04/2021 à 10:24

CHAMPIONS CUP - Modèle de régularité dans ses performances, Grégory Alldritt sera l'un des indéniables atouts du Stade Rochelais pour tenter de renverser le Leinster, dimanche (16h), en demi-finale de Champions Cup. Cette constance, le Gersois la doit notamment à son "jeu".

"Tu as souvenir d'avoir déjà vu Grégory Alldritt passer au travers, franchement ?" Il y a quelques mois, lors d'un échange avec un confrère maritime, au bord de la pelouse de Deflandre, on s'était faussement posé la question en regardant le troisième-ligne porter le ballon sous nos yeux. On a (très) vite arrêté de chercher. Si tant est qu'on ait vraiment essayé. On voulait juste, en réalité, bétonner la conviction qui s'impose. Alldritt est bel et bien un monstre de régularité.

Pas plus tard qu'au mois de mars dernier, Ronan O'Gara est venu appuyer - au détour d'un débat sur les prestations parfois en dents de scie de ses ouvreurs West et Plisson - cet implacable constat. "Une mauvaise journée, pour Greg Alldritt, c'est 7 sur 10, nous glissait l'entraîneur en chef du Stade Rochelais. J'ai besoin de deux n°10 comme ça. C'est le minimum dans un mauvais jour […] Et le plus important, sur un match, c'est d'avoir treize mecs sur quinze capables d'arriver à 80% de leur potentiel. 10/10 ? Non, ça n'existe pas. 9,9, oui. Pour Dupont, Alldritt ou Skelton."

Conditionné par Collazo

Mercredi dernier, quand on a rapporté ces propos au principal intéressé, l'ancien joueur d'Auch, avec l'humilité qu'on lui connaît, est d'abord resté impassible. Puis, la tête plongée dans ses souvenirs, il a esquissé un sourire dédié à son premier manager chez les professionnels, Patrice Collazo : "Quand je suis arrivé à La Rochelle (en 2017, NDLR), Patrice m'avait dit : “ T'as le droit de faire un mauvais match après avoir fait dix bons matches. Une fois que t'as fait un mauvais match, tu n'as pas le droit d'en faire deux d'affilée. ” (rires) J'ai toujours gardé ça en tête. Et c'est vrai que quand je ne suis pas très content de mon match, je me répète cette phrase. Gamin, j'étais plus ou moins régulier. J'ai passé un cap depuis mon arrivée ici."

"Bien sûr que j'ai l'impression, des fois, de faire des moins bons matches, reprend sincèrement l'international aux 23 sélections avec le XV de France qui attribue, avant tout, la clé de sa régularité à son profil. J'ai un jeu qui est énormément basé sur l'attitude. Je m'interdis de ne pas mettre d'engagement et de passer à côté au niveau de l'attitude. On peut passer à côté sur des gestes techniques des choses comme ça - d'ailleurs, quand je loupe une passe, j'ai des messages des copains, de mes frères, de la famille (rires) - mais tant que l'attitude y est, c'est le principal."

La cuisine comme soupape de décompression

Dimanche, face au Leinster, nul doute donc que le conquérant Alldritt sera à la hauteur du rendez-vous. Avec, peut-être même, un petit supplément d'âme en plus au regard de la dimension historique de cette demi-finale de Champions Cup disputée par le Stade Rochelais. "C'est sûr que ça va être quelque chose d’énorme, s'émerveille le troisième-ligne qui a atteint le cap des 100 points inscrits sous le maillot jaune et noir lors du quart de finale remporté face à Sale (45-21). Mais à nous de faire en sorte qu'on marque plutôt la finale dans les bouquins (rires)."

Son investissement sans faille, à longueur de saison, le pèse-t-il mentalement ? "Ça ne me déstabilise pas, non. Je sais aussi couper du rugby quand je rentre chez moi et, ça, c'est important, souligne le Gersois. J'adore la cuisine et passer des moments avec mes amis. Recevoir autour d'une belle table, j'aime bien. Avec un bon confit, un bon magret, peu importe, tant qu'il y a des amis. Je m'évade ! En plus, ma copine est Gersoise mais elle ne connait pas grand-chose au rugby donc c'est parfait (rires)."

Contenus sponsorisés