Icon Sport

Guirado : "Prendre ce match comme une sélection"

Guirado : "Prendre ce match comme une sélection"

Le 14/01/2022 à 18:33Mis à jour Le 15/01/2022 à 10:44

CHAMPIONS CUP - Titularisé face au Leinster, le talonneur et ex-capitaine du XV de France s'attend à une opposition féroce à Dublin, face au Leinster. Mais il insiste aussi sur le fait qu'il est précieux d'affronter une telle formation.

Comment abordez-vous votre deuxième titularisation de la saison, sachant que le MHR se présentera avec une équipe amoindrie face à un Leinster remonté ?

C'est en effet ma deuxième titularisation, après celle à Toulon en Top 14 et ma première en Coupe d'Europe. On va dire que c'est maintenant que je vais lancer ma saison donc je suis content, surtout que l'on s'apprête à affronter l'une des meilleures équipes d'Europe. On sait qu'ils sont en manque de rythme car ils n'ont pas joué depuis longtemps. Cela va être un gros test, mais on veut bien figurer. C'est une compétition courte, avec seulement quatre matchs et des péripéties. Nous avons gagné sur tapis vert le match aller et cela a fait polémique, cela a dérangé pas mal de monde. Mais on ne contrôle pas ces décisions. Nous sommes tous frustrés d'avoir peu joué ces derniers temps mais il faut remettre le rugby au milieu de tout ça et c'est pour cela qu'on a hâte d'être à dimanche.

Quel regard portez-vous sur le Leinster ?

C'est toujours agréable de jouer contre eux car ils pratiquent un rugby très léché, avec peu d'erreurs dans leurs systèmes. Ils sont convaincus de leurs forces, appuient sur un bouton au coup d'envoi et n'arrêtent qu'au coup de sifflet final. On devra être solidaires car on sait où on met les pieds. Quand on joue la Coupe d'Europe, le niveau se rapproche d'un match international et il faut prendre cette rencontre comme une sélection puisque l'on va affronter la moitié de l'équipe d'Irlande.

Philippe Saint-André dit souvent que ce genre de rencontre vaut six mois d'entraînement, vous confirmez ?

Ce sont des matchs qui marquent à vie, oui. Le rythme est vraiment supérieur, et ces moments marquent une saison. Malheureusement, nous n'avons que peu joué en décembre. Il faut aussi se souvenir que l'année dernière, les matchs européens nous avaient permis de basculer sur autre chose, mais si c'était en Challenge. Cela nous avait permis d'élever notre niveau. C'est pour ça qu'on a très envie de jouer dimanche.

Pensez-vous que le manque de compétition a brisé votre dynamique positive ?

Du temps s'est écoulé et des choses se sont passées aussi. On a eu des cas de Covid, on a dû s'adapter au quotidien. Ca fait bizarre mais cela nous fait aussi sourire car on se rend que d'un jour à l'autre, tout peut changer. C'est pour cela qu'il est important de garder l'ensemble du groupe concerné, et responsabilisé. On garde donc notre dynamique et la confiance que l'on a pu engranger sur les derniers matchs, mais on sait qu'il faut toujours repartir à zéro après chaque rencontre. Nous avons en tout cas des atouts à faire valoir pour faire un bon match en Irlande.

Cette Coupe d'Europe sous covid a t-elle la même saveur que les autres ?

Nous n'avons encore jamais vécu ce format jusqu'au bout, puisque la compétition a été interrompue l'année dernière. Mais je vous avoue que j'aimais bien l'ancien format, avec quatre équipes dans la poule et six matchs. Après, il faut s'adapter au renouveau. Beaucoup d'équipes auront la chance d'être qualifiées ou d'être reversées en Challenge. En tout cas, il ne faut pas se focaliser sur le négatif.

Ce format plus court est-il plus excitant ?

L'idée des huitièmes de finale aller et retour me plaît. On le voit au football, cela donne lieu à des retournements de situation improbables que personne ne voit venir. Cela peut être intéressant au rugby, un sport dans lequel on peut être transcendé par le public. En tout cas, il faut se qualifier cette saison, c'est le plus important.

Contenus sponsorisés