Icon Sport

Duel du jour : Moala - Ahki, les deux perce-murailles au centre des attentions

Duel du jour : Moala - Ahki, les deux perce-murailles au centre des attentions
Par Rugbyrama

Le 11/04/2021 à 11:43Mis à jour Le 11/04/2021 à 11:50

CHAMPIONS CUP – Un choc entre Clermont et Toulouse en phase finale, n’est jamais anodin, et la bataille au centre du terrain devrait être rude. Aujourd’hui nous nous concentrons sur un duel de néo-zélandais entre le Clermontois George Moala et le Toulousain Pita Ahki, qui brillent depuis leur arrivée en 2018, à la fois en Top 14 et en Champions Cup.

Les mêmes origines

Nés tous les deux à Auckland, à deux ans d’intervalle, ils ont des origines tongiennes. George Moala participe d’ailleurs à la Coupe du monde des moins de 20 ans 2010 avec les Tonga, imité un an plus tard par Pita Ahki. Le centre toulousain a ensuite représenté la Nouvelle-Zélande pour l’édition 2012, aux cotés du Rochelais Ihaia West, de Jordan Taufua ou encore d’Ofa Tu’ungafasi.

Ils ont ensuite porté les couleurs des Blues, pendant six saisons pour Moala, qui s’offre le luxe d’être appelé par les All-Blacks en lors de la saison 2015-2016 (4 sélections), alors qu’Ahki s’est rapidement tourné vers le Sevens, avant de tenter une première aventure en Europe au Connacht. Sur les bords du Connemara, Ahki ne s’acclimate pas et quitte le club après seulement 8 rencontres.

A l’été 2018, le beau-frère de Luke McAlister rejoint le Stade toulousain sur la pointe des pieds. Dans le même temps, George Moala débarque en Auvergne, avec un statut tout autre.

Les deux larrons au physique impressionnant, 1,89m et 96kgs pour Ahki et, 1,81m et 106kgs pour Moala, marquent rapidement les esprits et se font petit à petit une place dans les effectifs toulousains et clermontois, jusqu’à la finale, remporté par celui qui arbore un casque rouge à chaque match.

CHAMPIONS CUP

CHAMPIONS CUPIcon Sport

L’attaque : avantage Moala

Les deux centres sont redoutables avec le ballon en main, pourtant, des deux, c’est George Moala qui affiche les meilleures stats de franchissements et de mètres ballons en main cette saison en Top 14 avec plus de 1000 mètres parcourus avec le ballon et 10 franchissements en 13 matches. Le Clermontois ajoute deux essais et 4 passes après contact, une catégorie statistique où Ahki a l’avantage, avec 12 offloads réalisés en 15 matches disputés.

Explosif, rapide, puissant, Moala est aussi un des joueurs qui bat le plus de défenseurs, en championnat, une des rampes de lancement favorite pour Camille Lopez et l’ASM. Pita Ahki est plus discret sur un terrain mais il commet rarement d’erreurs, et arrive systématiquement à trouver de l’avancée.

CHAMPIONS CUP

CHAMPIONS CUPIcon Sport

La défense : avantage Ahki

Si l’on compare les statistiques défensives des deux néo-zélandais, le centre toulousain est clairement gagnant. En 15 matches, le premier centre du Stade toulousain comptabilise 123 plaquages, contre 45 plaquages pour son adversaire du jour (en 13 matches). Moins mis à contribution que le centre des Rouge et Noir, Moala ne s’échappe tout de meme pas en défense, et peu sont ceux qui ose venir se confronter à son épaisse carcasse.

La forme du moment : les deux

George Moala a parcouru 73 mètres ballon en main face aux Wasps en huitième de finale, effectuant 4 offloads dans la rencontre, dont une passe décisive pour l’essai de Ravai, après une percée dévastatrice. Pita Ahki a été moins en vue, mais l’homme de l’ombre toulousain est toujours aussi propre, jouant toujours juste, et important, dans la spectaculaire attaque toulousaine.

Qui est le meilleur entre les deux ?

Sondage
3593 vote(s)
George Moala
Pita Ahki

Jules Poquet

Contenus sponsorisés