Icon Sport

Coupes d’Europe : les coulisses d’une journée dingue, qui pourrait chambouler le calendrier

Coupes d’Europe : les coulisses d’une journée dingue, qui pourrait chambouler le calendrier
Par Nicolas Zanardi via Midi Olympique

Le 17/12/2021 à 15:21Mis à jour Le 17/12/2021 à 16:34

CHAMPIONS CUP / CHALLENGE CUP - Alors que la journée de Coupes d’Europe semblait tant bien que mal devoir se dérouler, une série de réunions à l’heure du déjeuner a décidé du report de toutes les rencontres du week-end, celles du vendredi demeurant maintenues. Pourtant, la compétition devrait malgré tout aller à son terme.

L’information est allée si vite qu’elle en a surpris plus d’un. Alors qu’à midi, seulement trois forfaits pour cause de Covid avaient été actés (les Saracens à Pau, le Leinster à Montpellier et les Ospreys au Racing) et que le reste de la journée semblait devoir se dérouler normalement, l’EPCR a brutalement annoncé à 14h15 le report de 7 rencontres (Champions Cup et Challenge confondus) : à savoir Bath-Stade rochelais, Sale-Clermont, Scarlets-UBB, Toulouse-Wasps, Paris-Bristol, Worcester-Biarritz et London Irish-Brive. Mais pourquoi toutes ces rencontres (prévues ce week-end) et pas celles de ce vendredi soir ?

Pour le comprendre, il faut se pencher sur le dernier décret pondu par le gouvernement français qui impose à partir de samedi minuit un test négatif et dix jours d’isolement à toute personne désireuse de rentrer dans l’Hexagone. Les clubs ayant légitiment craint qu’au cas (possible) où un membre de leur délégation soit déclaré positif pendant le temps passé en déplacement, celui-ci ne puisse pas rentrer passer Noël en famille. Et la réciproque pour les clubs d’outre-Manche est vraie, bien sûr…

De fait ? Seuls les matchs prévus ce vendredi se dérouleront normalement. Le cas des Lyonnais (seule équipe française en déplacement, à Newport) ne devrait à ce titre pas poser de problème particulier en ce qui concerne leur rapatriement, les Rhodaniens ayant reçu de la part de leur préfecture l’assurance qu’ils pourraient tous prendre part au voyage retour, prévu dans la foulée de leur rencontre au pays de Galles.

Vers des huitièmes de finales secs

Pour la suite ? Les rencontres ayant d’ores et déjà donné lieu à des forfaits ne devraient pas être rejouées, et les scores maintenus en l’état (bien qu’il faut évidemment s’attendre à ce que les Saracens, le Leinster et les Ospreys portent d’éventuels recours au nom de l’équité sportive). Quant aux matchs de ce week-end qui sont officiellement reportés, reste à trouver une date pour les jouer…

À ce titre, si rien n’est encore officiellement décidé, la solution la plus simple et la plus plausible consisterait à les décaler au week-end des 8, 9 et 10 avril, dates initialement prévues pour les huitièmes de finale aller, afin de jouer des 8e de finales secs sur le terrain des mieux classés à la date originalement prévue pour les matchs retours, c’est-à-dire le week-end des 15, 16 et 17 avril. En espérant que d’ici là, de nouveaux rebondissements épidémiques ne viennent pas tout remettre à plat...

Contenus sponsorisés