Icon Sport

Baille et Cros ont brillé... Les notes du Stade toulousain

Baille et Cros ont brillé... Les notes du Stade toulousain
Par Midi Olympique

Le 22/05/2021 à 20:39Mis à jour Le 23/05/2021 à 00:35

CHAMPIONS CUP - Baille, Cros, Mauvaka ont brillé ce samedi, tandis que Kolbe et Lebel se sont moins distingués. Découvrez les notes du Stade Toulousain.

Ils ont brillé

François Cros (8/10)

Sa première intervention balle en main, qui le vit réussir une des seules franches percées de la partie, a donné le ton d’une prestation globale de très, très haut niveau. En effet, de par son abattage défensif et dans le jeu au sol, le troisième ligne du XV de France peut pratiquement être considéré comme l’homme du match. Un poison constant pour les porteurs de balle rochelais, qui l’ont toujours trouvé sous les roues de leur camion pour les empêcher de valider leurs temps forts, hormis sur l’essai de Kerr-Barlow où il s’est avéré quelques centimètres trop court. Ce dont personne ne lui tiendra rigueur.

Juan-Cruz Mallia (6/10)

Le centre argentin disputait son premier match en Champions Cup, et on était à l’origine plutôt disposé à se montrer clément vis-à-vis d’erreirs évitables, entre cette mêlée à cinq mètres concédée après une pénalité manquée de Ihaia West et ces trop nombreux plaquages manqués pour ne pas être catalogué au rang des relatives déceptions. Et finalement, après être monté en régime parès la pause, c’est bien lui qui inscrivit l’essai de la victoire au soutien de Tolofua, donnant raison à son staff de ne pas l’avoir sorti plus tôt pour faire entrer Ramos à l’ouverture et décaler Ntamack au centre. Un coup plus que gagnant, donc...

Rory Arnold (7/10)

Touché à l’épaule en fin de première mi-temps, le Wallaby a serré les dents pour garder sa place sur le terrain le plus longtemps possible, livrant au passage une nouvelle performance de haut vol. Remplacé par Thibaut Flament (70e), qui s’est démultiplié en défense pendant dix minutes.

Peato Mauvaka (7/10)

Touché à l’oeil très tôt dans la partie, le remplaçant de Julien Marchand a serré les dents pour rester sur le terrain le plus longtemps possible. Chirurgical dans ses lancers en touche, il s’est surtout avéré d’un apport appréciable ballon en main, où son dynamisme a régulièrement permis aux siens de jouer dans l’avancée. Remplacé à la 70e par Guillaume Marchand qui a apporté sa part à l’édifice.

Cyril Baille (7/10)

Opposé à forte partie en mêlée fermée avec Uini Atonio, celui que Fabien Galthié considère comme « le meilleur pilier gauche du monde » a un moment souffert avant de trouver son meilleur régime après la pause, au point d’être tout proche d’inscrire un essai en force. Remplacé par le malheureux Clément Castets (70e) obligé de quitter la pelouse sur commotion à la dernière minute de la partie, laissant à Baille le soin d’assurer le gain du dernier ballon.

Ils ont tenu leur rang

Maxime Médard (6/10)

Son principal fait d’arme sera probablement d’être resté puis revenu sur la pelouse après le plaquage qui valut à Levani Botia une logique expulsion. Pour le reste, le vétéran stadiste a joué une partition plutôt sobre été efficace, sans jamais avoir été pris à défaut dans sa couverture du terrain.

Pita Ahki (6/10)

Son choc avec Botia était annoncé explosif, il a malheureusement tournée court après l’expulsion de ce dernier. Reste que le Néo-Zélandais s’est encore avéré un indispensable de la maison rouge et noire, précieux en défense et dans le gain de la ligne d’avantage.

Romain Ntamack (6/10)

Clairement ciblé et mis sous pression par les Rochelais, il n’a pas vécu un première période idéale, entre un en-avant sous une chandelle, une pénaltouche non trouvé et plusieurs transmissions manquées. Reste que l’ouvreur des Bleus sut malgré tout rester solide en défense et d’une précision chirurgicale face aux perches même dans ses temps faibles (17 points au total), avant de se montrer décisif sur l’essai de Mallia par le biais d’une longue et judicieuse passe sautée pour Tolofua. Aura également été à l’origine de la dernière sueur froide toulousaine, en commandant le ballon un temps de jeu trop tôt avant la sirène !

Antoine Dupont (6/10)

Derrière un pack sur le reculoir, le demi de mêlée du XV de France s’est avéré plus en difficulté que d’habitude, multipliant les initiatives individuelles qui ont parfois placé les siens sous pression en première période. C’est ainsi lorsqu’il changea on fusil d’épaule après la pause qu’il se montra le plus dangereux, en se se mettant davantage au service de ses partenaires pour favoriser leurs desseins offensifs, à l’image d’une passe au pied lumineuse que Kolbe ne parvient malheureusement pas à transformer en essai. Il faut également saluer son engagement de tous les instants en défense, notamment dans les temps faibles de la première période.

Rynhardt Elstadt (6/10)

Sanctionné d’un carton jaune logique après intervention de l’arbitrage vidéo pour une faute maligne sous ses poteaux, le Sud-Africain n’en a pas moins été d’un abattage particulièrement précieux pour les siens, s’avérant l’un des rares toulousains à répondre à l’énorme défi physique imposé par le pack rochelais.

Jerome Kaino (6/10)

Un roc, comme toujours. Ultra-précieux en première période sous les renvois ochelais, le presque quadragénaire a usé de son expérience sur la pelouse de Twickenham, influençant même M. Pearce en première période pour récupérer une mêlée sur un contact involontaire. Un monument de sérénité et d’expérience sur lequel ses coéquipîers ont pu s’appuyer jusqu’à l’entrée en jeu de Selevasio Tolofua (55e), pratiquement décisif sur son premier ballon qui le vit déborder pour offrir l’essai de la victoire à Juan Mallia.

Charlie Fauimuna (6/10)

En l’absence de son remplaçant attitré Dorian Aldegheri, sa principale mission consistait à teir le plus longtemps sur la pelouse, et le moins que l’on puisse dire est qu’il l’a remplie en ne sortant qu’à la 64e, remplacé par Ainu’u. Et pourtant, le All Black avait été copieusement secoué en première période par Dany Priso dans le secteur de la mêlée fermée, si bien qu’on pouvait craindre le pire en voyant Reda Wardi entrer dès la pause. C’est pourquoi le fat de le voir récupérer une pénalité sur une importantissime introduction à cinq mètres de son en-but peut légitimement être considéré comme un des tournants du match.

Vidéo - Debrief : est-ce Toulouse qui a gagné, ou La Rochelle qui a perdu ?

04:03

Ils ont déçu

Mathis Lebel (5/10)

Le meilleur marqueur d’essais du championnat a manqué de réussite à Twickenham, manquant notamment un ballon en or en première période dont on est à peu près certain qu’il l’aurait transformé en essai dans le contexte du Top 14. Il également gâché une autre occasion en tentant une passe impossible pour Médard, à la poursuite d’un judicieux coup de pied à suivre de ce dernier. Il a en revanche réalisé avec efficacité le Smic d’un ailier, en assurant de bonnes montées défensives et des bonnes couvertures.

Cheslin Kolbe (5/10)

Le champion du monde sud-africain ne réalise pas la meilleure saison de sa carrière, mais on demeure persuadé que ce genre de rendez-vous était de ceux sur lesquels il pouvait peser. Las, après avoir été sevré de ballons en première période, le Springbok n’a pas réussi à se montrer décisif lors des quarante dernières minutes. Probablement coupable d’avoir attendu un rebond de trop sur une passe au pied de Dupont, Kolbe a vu son essai en deuxième période logiquement refusé pour passage en touche après un bon sauvetage de Doumayrou.

Richie Arnold (non noté)

Le pauvre deuxième ligne s’est surtout déçu lui-même, obligé de céder sa place très tôt dans le match en raison d’une blessure à un ischio-jambier. Son replaçant Joe Tekori s’est mis au diapason de ses coéquipiers.

Contenus sponsorisés