Icon Sport

Roumat : "Rien à perdre ? Plutôt tout à gagner !"

Roumat : "Rien à perdre ? Plutôt tout à gagner !"

Le 08/04/2021 à 10:14Mis à jour Le 08/04/2021 à 11:44

CHAMPIONS CUP - Après la belle victoire contre Bristol, l'UBB entend conserver son élan et poursuivre son aventure en Champion's Cup. Léquipe est focus sur son futur match contre le Racing, club qui était venu les battre à Chaban-Delmas cet hiver.

Vidéo - La question qui fâche : la Champions Cup conserve-t-elle du crédit après l'incident de Toulon ?

06:34

"La valeur sur laquelle on est reconnu" indique Alexandre Roumat,"c'est celle de l'engagement et quand on mouille le maillot et face à La Rochelle, on ne l'avait pas fait. Alors, oui, c'était une fierté à la fin de produire une grande phase de défense, de ne rien lâcher et en plus avec un essai au bout qui illustrait l'état d'esprit qu'on avait retrouvé sur ce match et qui nous avait fait défaut face à La Rochelle." Le point rageur de Nans Ducuing résume bien cette envie de ferrailler jusqu'au bout, que le groupe girondin a retrouvé à point nommé pour poursuivre dans la compétition phare.

Alors quand "une 2e très grosse équipe européenne" dixit le 3e ligne bordelo-béglais se retrouve sur le chemin, pas besoin de motivation ou de discours fleuve. Romain Buros est déjà focus : "on veut déjà basculer sur un autre match, car le jeu du Racing n'est pas celui de Bristol. Et puis de confirmer une grosse performance. On connaît l'envie du Racing d'aller loin en Champion's Cup"..

UBB-Racing, 3ème

L'Union va donc retrouver le Racing 92, le finaliste de l'an dernier. Un club qui est venu briser en décembre dernier, l'invincibilité de l'UBB en Top 14, avec un essai en fin de match signé Teddy Thomas. Si les Girondins avaient réussi l'exploit de s'imposer sur le synthétique de l'Arena, Christophe Urios compte s'appuyer sur le contenu de ce match victorieux, sur le score de 32-33. "Ce sera un match totalement différent. On s'appuie sur le match qu'on a fait là-bas, mais c'est tellement particulier de jouer à l'Arena. On n'a pas voulu s'appuyer sur le match qu'on a fait ici, parce que je n'avais pas envie de ça. Mais cela peut-être un match qui va se rapprocher de ça."

Le manager pense dans un premier temps à une météo un plus humide et puis à la puissance de l'équipe francilienne. "Il faut qu'on accepte le bras de fer, parce qu'ils vont nous mettre un bras de fer. Cela ne va se décanter rapidement." Et d'ajouter : "Ils vont essayer de nous mettre sous pression. Ils vont nous mettre en touche, nous faire des mauls, nous faire faire des fautes, nous faire jouer chez nous, nous mettre de la pression au sol." Longue liste et joli programme pour un quart de finale européen historique pour l'UBB.

"Plus qu'à profiter"

L'UBB devra monter encore le curseur au niveau de l'engagement et puis aussi au niveau de la discipline. "En plus, on sait que les arbitres pénalisent fortement en Coupe d'Europe" prévient Alex Roumat. "C'est un secteur sur lequel on va devoir s'améliorer parce que 14 fautes à ce niveau-là, sur ce tour, c'est passé, mais cela peut nous coûter un match". Christophe Urios est moins inquiet ou plus discret : "Contre La Rochelle, on en a fait 13 et on fait un match de merde. Là, on en a fait 16 et on a fait un très bon match. Tu sais, la discipline, on en parle assez souvent. Il vaut mieux être une équipe disciplinée, évidemment". et de poursuivre "il faudra faire attention, mais en même temps, il faudra s'engager."

Pour autant, l'UBB semble savourer ses moments de phase finale qu'elle n'a que si peu goûter. Alexandre Roumat préfère une autre formule que "rien à perdre". "Je dirais plutôt que l'on a tout à gagner. Dans la même optique, pour le match de Bristol, on voulait se mesurer à ce qui se fait de mieux en Europe. Le Racing, c'est une grosse écurie. Nous, on veut montrer qu'on peut rivaliser avec les grands. Donc, on n'a pas de pression particulière. Juste l'ambition de gagner." L'UBB se prépare pour "un match exceptionnel. Et comme le dit le 3e ligne, il n'y a plus qu'à profiter".

Contenus sponsorisés