Icon Sport

L'antisèche : Sans bonus et sans briller

L'antisèche : Sans bonus et sans briller
Par Rugbyrama

Le 08/12/2019 à 19:04Mis à jour Le 08/12/2019 à 19:19

CHAMPIONS CUP - Dans ce duel franco-français, les deux formations n'ont pas pu livrer une performance des plus agréable, la faute à des conditions climatiques difficiles. Toulouse triomphe 23 à 9 sur Montpellier et confirme sa place de leader dans ce groupe.

Le match :

Ce dimanche après-midi fut doux est ensoleillé sur la capitale occitane. Des conditions climatiques qui ont tenu bon jusqu'au coup d'envoi. D'un coup un rideau pluvieux s'écroula sur Ernest-Wallon, anéantissant les espoirs de voir les arrières s'exprimer dans les meilleures conditions. Le ballon devint savon, chaque crochet une glissade, chaque inspiration un en-avant. Des conditions qui aurait pu permettre aux visiteurs de prendre le dessus, eux qui sont réputés pour la puissance de leurs avants. Mais les Rouge et Noir font également de jolie arguments devant, dans le sillage de Tekori et Kaino. Les Toulousains tentent de produire du jeu mais en vain. Plus disciplinés, les Toulousains occupent le terrain et à force domination finissent dans l'en-but.

Un essai d'avant avec du jeu à une passe suite à une mêlée dans les 22 conclu pourtant par un arrière. C'est Romain Ntamack qui se jette entre deux héraultais pour atteindre la terre promise. L'en-but il va y goûter une seconde fois en début de seconde période en interceptant une vilaine passe du double champion du monde François Steyn. Les Montpelliérains restent dans le coup grâce à la botte de Paillaugue mais surtout celle de ce même Steyn, qui sanctionne les fautes, mêmes au-delà le la ligne médiane. Petit à petit les Toulousains creusent l'écart et s'imposent sans trembler mais sans bonus.

L'homme : Ntamack et son flair

Auteur d'un doublé et seul marqueur d'essai de la rencontre, l'international français à débloqué à lui seul une rencontre pourtant bien cadenassée. Il se faufile parmi « les gros » lors de sa première réalisation pour inscrire un essai d'avant. Durant le deuxième acte, il crève l'écran en anticipant à merveille une mauvaise passe de Steyn, à plat pour ses avants. Il met les cannes et personne ne le reverra. Sans ces deux éclairs, la partie des Toulousains aurait été bien plus délicate, puisque l'ensemble de ses partenaires ont pêché à l'approche de l'en-but.

Le fait du match : Standing ovation pour Kolbe

C'était un petit événement, à la 55e minute de jeu, les travées d'Ernest-Wallon se sont levés, pas pour un essai, ni pour une action, ni pour ovationner la sortie d'un joueur, mais bel et bien, pour l'entrée de Cheslin Kolbe. Le champion du monde sud-africain retrouvait son jardin des Sept Deniers après un repos bien mérité. Le chouchou, la perle, la pépite du stade, après un repos bien mérité est apparu affûté, toujours aussi vif et rapide.

La décla de Cros

" Il faut continuer sur cette dynamique"

La question :

Le MHR va-t-il se qualifier ?

Sondage
5215 vote(s)
Oui
Non

Deuxième défaite à l'extérieur pour les Héraultais, qui plus est sans bonus. Dans une poule très serrée ou seulement 3 points séparent le 2e du 4e, la qualification s'annonce très disputée, même si la première place semble promise au Stade Toulousain. Gloucester, deuxième de cette poule, est à l'issue de la phase aller le pire deuxième de Champions Cup. Il faudrait quasiment un sans faute au MHR pour accéder aux quarts de finale. Ils recevront Toulouse et le Connacht et se déplaceront entre temps à Gloucester.

Par Baptiste Barbat

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0