Icon Sport

Exeter brise le rêve des Toulousains

Exeter brise le rêve des Toulousains

Le 26/09/2020 à 18:36Mis à jour Le 26/09/2020 à 19:40

CHAMPIONS CUP - Le Stade toulousain ne disputera par sa septième finale européenne, la faute à une équipe d’Exeter victorieuse dans son Sandy Park (28-18), et à des Chiefs qui ont su faire déjouer l’adversaire pour, eux, décrocher un billet pour la première finale de leur histoire.

Quelques heures après la qualification du Racing 92, on rêvait d’un choc franco-français en finale de Champions Cup le 17 octobre prochain. Mais l’aventure des Toulousains s’est arrêtée en demi-finale, face à une équipe d’Exeter pourtant novice à ce niveau de la compétition. Les Anglais ont fait preuve de résilience et de détermination pour prendre le jeu à leur compte au fil des minutes, faisant déjouer un collectif toulousain handicapé par la sortie prématurée de Rory Arnold (23e).

Dès ce fait de match, la touche toulousaine a éprouvé des difficultés et ce petit grain de sable a ensuite enrayé une machine qui avait pourtant parfaitement débuté. Contre le vent, Toulouse parvient à prendre les commandes par deux pénalités de Thomas Ramos (5e et 14e, 0-6) et propose un jeu séduisant, basé sur la vitesse et le mouvement. Mais ce rythme soutenu, les joueurs d’Ugo Mola n’arrivent pas à le conserver au moins jusqu’à la mi-temps, se retrouvant menés de 3 points (14-11).

Sur deux finitions tout en puissance, d’Harry Williams (31e) et Sam Simmonds (40e), Exeter trouve les solutions dans une défense agressive, entretenant l’envie d’exploit. Entre temps, l’essai magnifique d’Alban Placines (36e) vient une fois de plus illustrer une philosophie haut-garonnaise de déplacement, sauf que dans un contexte hostile – à l’image des cris du banc anglais sur chaque action – cela ne suffit visiblement pas. Et le facteur-X du Stade toulousain, Cheslin Kolbe, est quant à lui bien muselé.

La défense anglaise prend le dessus

On sent alors une équipe de Toulouse à la recherche de solutions sur le plan offensif afin d’inverser le sort d’une demi-finale qui semble lui échapper, malgré de belles attitudes défensives à l’image d’un Julien Marchand précieux au contest. Et la patience change de camp, la précipitation toulousaine contraste alors avec le froid réalisme anglais. Harry Williams signe un doublé au terme d’une longue séquence de percussions devant la ligne (60e), tandis que Joe Simmonds enterre les chances françaises sur ce duel, d’une feinte de passe mais surtout après une longue action faite de prises d’espaces derrière une mêlée, (70e). Si Matthis Lebel entretient bien un infime espoir en fin de duel (76e), le retard était devenu trop conséquent pour permettre de décrocher un ticket pour une septième finale européenne. Rageant.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés