Icon Sport

Que de regrets pour les Rochelais

Que de regrets pour les Rochelais
Par Rugbyrama

Le 07/12/2019 à 21:21Mis à jour Le 08/12/2019 à 09:52

CHAMPIONS CUP - Une nouvelle fois les Rochelais n’ont pas su profiter de leurs opportunités et se sont fait punir par des Ecossais réalistes. Les regrets sont grands pour les Maritimes, pratiquement éliminés dans cette Champions Cup.

Dans la grande Coupe d’Europe, le manque de lucidité est fatale. L’expérience aussi. Les Rochelais l’ont une nouvelle fois appris à leur dépend cette après-midi contre Glasgow. Au final, une défaite de trois petits points (24-27), une élimination plus que probable mais un constat amer : les joueurs de Jono Gibbes et Ronan O’Gara ont sans doute réalisé l’un de leurs meilleurs matches depuis le début de la saison.

Les dernières minutes, devant la ligne d’en-but des Ecossais renforcent encore davantage une frustration qui s’accumule depuis la première défaite à domicile contre Exeter. "Le problème c’est notre réalisme, comme depuis quelques matches maintenant, expliquait le troisième ligne Kevin Gourdon en conférence de presse. On a une balle de match à la fin, on a des pénal-touches et pas mal d’occasions de marquer et on voit que Glasgow a contrario a été réaliste. 14 points, c’est trop facile."

Champions Cup - Kevin Gourdon (La Rochelle), face aux Glasgow Warriors.

Champions Cup - Kevin Gourdon (La Rochelle), face aux Glasgow Warriors.Icon Sport

Comment expliquer ce problème de réalisme qui incombe aux Rochelais depuis le début de la saison ? Pour l’international français, c’est le manque de confiance qui ne leur permet pas de tuer les matches. " Peut-être un poil de manque de confiance même si on s’était quand même fixé de scorer sur nos temps-forts. " Contre les Warriors de Glasgow, les Maritimes n’étaient une nouvelle fois pas très loin de l’emporter. Mais s’ils ont su se procurer d’innombrables d’occasions, ils ont franchi la ligne d’en-but qu’à deux reprises en première mi-temps grâce à Dany Priso et Zeno Kieft.

"Il y a beaucoup de frustration, avouait Vincent Rattez, une nouvelle fois excellent et fer de lance de l’attaque rochelaise. Maintenant c’est terminé la Coupe d’Europe. On avait une dernière cartouche pour pourquoi pas espérer sur les derniers matches. (…) C’est la première fois qu’on ne sort pas des poules que cela soit en Challenge ou dans la grande Coupe d’Europe. C’est frustrant et décevant."

" Il faut qu’on fasse mieux"

Si les Rochelais n'y arrivent pas dans cette Champions Cup (trois défaites en trois journées dont deux à domicile), la rencontre contre Glasgow (comme celle contre Sale) a été positive dans le contenu notamment en première période. Car n’importe qui suivant avec régularité et sérieux les matches des Jaune et Noir peut reconnaître que l’état d’esprit du groupe est bon, voire irréprochable. "Aller chercher une pénalité à la 80e alors qu’on a une mêlée contre nous ça montre que même si on perd, tout le monde veut la victoire, relativisait Rattez. On n’y arrive pas et c’est rageant mais il y a un super état d’esprit. Ca ne suffit pas en Top 14 ou en Coupe d’Europe mais il y a pas mal de trucs à garder même si parfois c’est dur à entendre quand on est supporter."

Challenge Cup - Jono Gibbes (La Rochelle).

Challenge Cup - Jono Gibbes (La Rochelle).Icon Sport

Le manager Néo-Zélandais Jono Gibbes, déçu mais pas abattu a également souhaité mettre le positif en avant. " Les 80 minutes ce soir, il y a des choses qu’on doit garder pour la saison, confiait-il. Mais il y a aussi la réalité du niveau européen et il faut qu’on fasse mieux, c’est décevant de perdre à la maison. (…) Le sentiment c’est qu’il nous manque la précision, marquer les essais lorsqu'on en a l'opportunité."

Malgré la défaite, le match contre Exeter a également permis à de jeunes joueurs de montrer leurs qualités. C’est le cas du 2e ligne Thomas Lavault, du 3e ligne Paul Boudehent ou encore du jeune talonneur Brandan Lebrun même si ce dernier a longtemps patienté sur le bord du terrain que Jean-Charles Orioli cède enfin sa place après 80 minutes sur le pré. " Ils ont apporté une envie, un enthousiasme, une énergie. Cette expérience européenne est bonne pour les jeunes. Il y a des petites histoires positives pour le club et le groupe mais l’évidence c’est émotion de la défaite à la maison. "

Un match qui ne servira pas à rien pour les Rochelais, qui n’ont pas l’intention de lâcher complètement lors des trois dernières rencontres. La revanche le week-end prochain à Glasgow pourrait permettre à ce groupe de décrocher une première victoire à l’extérieur et de mettre fin à cette série noire européenne. " Ce n’est pas dur de trouver la motivation. On ne pourra pas se qualifier mais si dès lundi on se dit que c’est perdu, qu’il n’y a rien à faire, tu vas passer un week-end de merde et en plus ce n’est pas l’image qu’on a envie de montrer de l’équipe. "

Par Paul Arnould.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés