Icon Sport

Lyon : À la recherche du fameux déclic

Lyon : À la recherche du fameux déclic

Le 21/11/2019 à 19:00Mis à jour

CHAMPIONS CUP – Après un nouveau revers, d’entrée, à Northampton, le LOU n’a toujours pas connu la victoire dans la compétition en sept matchs. Alors avant de recevoir le Leinster, vice-champion d’Europe en titre, une question demeure : pourquoi Lyon n’y arrive toujours pas ?

Le peu flatteur compteur des Gones en Champions Cup affiche désormais sept défaites en autant de matchs, sans le moindre point de bonus. Le moins que l’on puisse dire, c’est que cela vexe. "Il faut arrêter de dire que l’on apprend", lançait Jonathan Pélissié après le revers (25-14) à Northampton, sous-entendu tout de même que ces contre-performances sont frustrantes. Après les six échecs de la saison passée, ce nouvel exercice ne débute pas idéalement bien que le moral ne soit pas affecté.

"Si ça persiste à la fin des six matchs, là ce sera un vrai problème. C’est vrai que l’on est complètement passé à côté en première période mais on s’était bien préparé", affirme l’entraineur des trois-quarts Kendrick Lynn qui assure avoir fait "un bon retour de match. On a vu et on a dit les choses qu’il a fallu dire."

Apprendre à gérer la pression

Comme constater l’énorme indiscipline au Franklin’s Gardens, rédhibitoire à ce niveau. "On a donné 17 pénalités. Si on règle ça, je pense que le reste ira", explique Kendrick Lynn. L’unique défaite en championnat, à Clermont, résultait du même phénomène et se pose alors la question de savoir comment faire pour que l’équipe ne se perde pas quand elle est sous pression ? "C’est dur à travailler. Il faut identifier, individuellement, les choses qui nous mettent dans le stress et ce que l’on peut faire pour se remettre dans le match et retrouver de l’élan", enchaine le Néo-Zélandais.

Car le constat est fragrant, les erreurs faites dans les débuts de duel ont un impact sur le terrain ET dans les têtes, la faute à un déficit "d’expérience et le savoir-faire qui sont des choses qui prennent du temps à développer", précise Lynn.

" Il y a toujours une petite faute individuelle qui perturbe l’esprit et le jeu"

C’est en tout cas ce que le LOU travaille à l’entrainement, des séances que le staff juge malgré tout conformes aux attentes avant ce type de rendez-vous. C’est donc en match que le bât blesse (parfois), comme "à Northampton où la mêlée a bien fonctionné mais on a manqué d’un peu d’intelligence avec des fautes bêtes, comme entrer avant ou des bras cassés. Il y a toujours une petite faute individuelle qui perturbe l’esprit et le jeu", constate à son tour le talonneur Mickaël Ivaldi tout en assurant au sein du groupe d’une "prise de conscience. On a vu aussi que lorsque l’on enfonce des mêlées, ils sont un peu moins basés sur l’essai de pénalité. Il faut que l’on s’habitude à cet arbitrage que l’on ne peut pas changer, car le tempo, lui, reste le même. Il faut être très fort devant pour que, derrière, ils puissent s’éclater."

Le Leinster, un symbole

Le leader du Top 14 a payé pour apprendre la saison dernière et ne veut pas revivre ça. Il positive. "Peut-être qu’il faut un déclic et une victoire pour vraiment prendre conscience que l’on peut gagner ces matchs-là. On a l’ambition de vraiment jouer la coupe à fond", assure Mickaël Ivaldi. Quoi de mieux alors que le Leinster comme détonateur sur la scène européenne ?

"Au minimum, on va jouer comme le LOU en a l’habitude en championnat. On a une opportunité d’écrire quelque chose dans notre histoire. Ce sera énorme. Honnêtement, je pense que l’on va avoir un très bon match. J’ai confiance en l’équipe. On a beaucoup de motivation et on va remettre les choses en place", lance un Kendrick Lynn déterminé qui scrutera ses joueurs dans leur capacité à se relever, et sur leurs attitudes dans les rucks et les plaquages.

Le LOU est attendu au tournant et n’aura, quoi qu’il arrive, pas le choix. "C’est toujours bon de jouer ces matchs-là, de voir une autre culture et une autre base de jeu. On le prend au sérieux et il faudra mettre les choses à l’endroit", prévient Ivaldi. Et dès samedi, l’on connaitra également l’avenir des Lyonnais dans la compétition car un revers supplémentaire viendrait chasser tout espoir de qualification.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0