Icon Sport

Travers : "L’odeur de la merguez ne sera pas présente"

Travers : "L’odeur de la merguez ne sera pas présente"

Le 16/10/2020 à 13:17Mis à jour Le 16/10/2020 à 13:27

CHAMPIONS CUP - Dans sa bulle en Corse après avoir enregistré neuf cas positifs au Covid-19 dans son effectif, le Racing 92 a connu une préparation singulière avant d’affronter Exeter Chiefs en finale de la Champions Cup. Une rencontre disputée dans un contexte à huis-clos que les Racingmen devront également appréhender.

Ils auraient pu espérer une préparation plus sereine. Pour leur troisième finale de la Coupe d’Europe, les Racingmen sont passés en l’espace de quinze jours par tous les sentiments. Confrontés à neuf cas de Covid-19 en début de mois, les Franciliens s’étaient dans un premier temps isolés dans un hôtel du Plessis-Robinson, à côté de leur centre d’entraînement, avant de s’envoler pour la Corse et Porto-Vecchio pour préparer leur finale de la Champions Cup contre Exeter Chiefs.

"Il y a eu beaucoup d’appréhension par le fait qu’on ait été touchés. Mais il ne faut pas chercher des excuses. La préparation est ce qu’elle est. Il faut regarder l’honneur que l’on a de jouer une finale. L’essentiel, c’est de rester concentré sur les 80 minutes de la finale. Si on commence à s’éparpiller, à perdre patience, on va oublier de combattre pendant les 80 minutes de la finale. Il faut qu’on soit capable de maîtriser notre finale", explique le directeur du rugby Laurent Travers.

" On est ensemble sans trop y être non plus"

Dans ces conditions particulières, les entraînements ont forcément dû être adaptés. "On a fait du collectif mais sous forme de groupes assez restreints. Il n’y avait pas de contacts, que de la transmission de ballon qui était désinfecté. Mardi, on a mis de l’intensité en terme de course et d’entraînement. Aujourd’hui (jeudi), la séance a été beaucoup plus en profondeur pour rentrer pleinement dans notre finale. C’était des contacts raisonnés mais plus appuyés avec également un travail sur la mêlée", détaille Laurent Travers.

Les joueurs, eux, tentent de trouver une certaine émulation malgré des chambres individuelles et un climat un peu pesant en début de semaine. "On est ensemble sans trop y être non plus. Mais si j’ai envie de parler d’un lancement avec un autre joueur, j’ai la chance de pouvoir le faire. On a des groupes sur Whatsapp pour échanger. On échange peut-être même plus encore", explique le demi de mêlée Teddy Iribaren tout en confiant dans un sourire, "faire des conneries, on y arrive. On a passé du bon temps ensemble. Il y a des joueurs qui amènent de la bonne humeur. Il y a quelques mecs drôles dans le staff aussi…"

" La pression, la motivation et la concentration sont montées d’un cran"

Ce jeudi 15 octobre, les neuf joueurs testés positifs au Covid-19 ont pu réintégrer l’effectif. Un retour vécu comme une délivrance par le groupe Ciel et Blanc. "On sent une motivation, une concentration spéciale cette semaine. Ça n’a rien à voir avec les autres semaines de préparation. Une fois les résultats connus mercredi soir (joueurs négatifs), je peux vous dire que la pression, la motivation et la concentration sont montées d’un cran", confie le demi de mêlée Maxime Machenaud.

Reste le contexte de la finale à Bristol, disputée à huis-clos dans l’enceinte d’Ashton Gate. Si les joueurs d’Exeter Chiefs ont désormais l’habitude d’évoluer sans public dans les tribunes, ce scénario sera tout nouveau pour les Racingmen. "Je ne suis pas sûr que l’on puisse se préparer à ça. Même 1000 personnes et zéro, ça n’a rien à voir. On en a conscience. Dans les têtes, il faudra faire face à ce contexte unique", glisse Machenaud. Et Laurent Travers de préciser : "On a commencé à en parler, à prévenir les joueurs. Il est important de préparer les cerveaux pour que tout le monde analyse bien qu’il va y avoir beaucoup moins d’engouement autour du stade. L’odeur de la merguez ne sera pas présente… il n’y aura pas les bandas".

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés